"Furieux, le père jette de l’huile bouillante au visage de sa fille et la frappe avec la poêle"

… »En instance de divorce, cette Aixoise était partie en vacances au Maroc avec ses enfants. De retour dans la station thermale, elle a la mauvaise surprise de trouver son mari dans l’appartement alors qu’il avait obligation de le quitter.
Une dispute commence entre les parents et le père fait mine de taper sur la mère. C’est alors que la fille aînée, tout juste majeure, s’interpose pour protéger sa maman. Fou de rage, le père attrape une poêle où se trouvait de l’huile bouillante et la jette sur sa fille, brûlant celle-ci au visage, avant de la frapper avec l’ustensile de cuisine. Avertie, la police est intervenue et a interpellé le mari, qui se trouvait toujours en garde vue au commissariat d’Aix-les-Bains lundi matin »…

http://www.ledauphine.com/savoie/2015/08/31/le-pere-frappe-sa-fille-a-coups-de-poele-et-l-asperge-d-huile-bouilllante

******************************************************************************

Les moments invivables et dangereux* pour des compagnes:

– La séparation

– Le droit de visite

Je les* ai expérimentés en me cachant dans les toilettes d’un avion, pour fuir l’enfer conjugal et rester vivante…

"Minute" fait des émules ? "Le Fidjien Timoci Nagusa, -de Montpellier(Rugby)- traité de singe."

« Le Fidjien Timoci Nagusa, -de Montpellier(Rugby)-, traité de singe.

« Ainsi, sur les images filmées par les caméras de Canal+, le Nagusa semble en effet s’expliquer avec véhémence avec un groupe de supporters palois dans la foulée de son exclusion temporaire (30e). Le club palois, qui s’était d’ailleurs excusé via Twitter dès la nuit de samedi à dimanche, « réitère ses excuses auprès de Timoci Nagusa et du Montpellier Hérault Rugby »…

(http://www.metronews.fr/sport/timoci-nagusa-traite-de-singe-montpellier-pau-et-le-top-14-promettent-de-la-fermete/mohE!LB3Cfik1KoqQ2/

******************************************************************************

L’Eglise et les Noirs ?

… »Le réservoir africain était là, il ne restait qu’à y puiser matière à asservir, pour mettre en valeur le Nouveau Monde. L’envoyé de Sa Sainteté, homme délicat, crut nécessaire de justifier la cause en ces termes : « S’il est clair que les Indiens ont une âme, en revanche les habitants des contrées africaines sont plus proches de l’animal. Ils sont noirs et frustes. Ils ignorent toute forme d’art et d’écriture. Toutes leurs activités sont physiques et depuis l’époque de Rome, ils ont toujours été soumis et domestiqués. Ils n’ont pas d’âme et ne sont point nos semblables… »
La suite ici http://www.africultures.com/php/?nav=article&no=11267#sthash.TQ3cVVaJ.dpuf

Ahhhhh, la France « Fille aînée de l’Eglise »(!!!)

Et les… « Noirs », en général! :##

La "Poire d’angoisse" pour torturer les homosexuels, durant l’Inquisition"

Poire d'angoisse, fr.wikipédia.org(Pointez souris pour légende).

… »La poire d’angoisse utilisée de manière anale servait pour punir les homosexuels. Pour punir les femmes soupçonnées d’avoir eu des rapports sexuels avec le diable, elle était utilisée de manière vaginale. De manière orale, elle sert aussi d’instrument de torture et peut, si elle est ouverte avec assez de force, faire exploser le crâne du supplicié. Par cet orifice, elle servait à punir les menteurs et les blasphémateurs

…La poire d’angoisse est un instrument de torture dont les origines remontent au Moyen Âge utilisé notamment lors de l’inquisition espagnole…

Cet instrument était une sorte de petite boule, munie parfois de piques[réf. nécessaire], qui, par des ressorts ou une vis situés à l’intérieur, venait à s’ouvrir et à s’élargir, de sorte qu’il n’y avait aucun moyen de la refermer sauf à l’aide d’une clé »…

…Elle est aussi utilisée dans Borgia (saison 2 – épisode 2) sous le nom de « poire du pape »…(Extrait).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Poire_d%27angoisse

*****************************************************************************

« Pour punir les femmes soupçonnées d’avoir eu des rapports sexuels avec le diable, elle était utilisée de manière vaginale. »

Comment prouver qu’une femme a eu des rapports avec le diable:

Avec des traces de sperme…diabolique(!), peut-être ? :##

Shame on l’Eglise ! pour toutes ses barbaries misogynes et homophobes

La chasse aux homos perpétrée par l’Eglise ne date pas d’hier, hélas!

Et l’Eglise n’a pas de « leçon à donner » concernant l’actuelle folie sanguinaire de Daesh ? :##

"L’inquisition et les femmes:«La poire vaginale», «les griffes à poitrine», «Les araignées espagnoles» ", et autres …

… »L’inquisition et les femmes

«La poire vaginale», «les griffes à poitrine», «Les araignées espagnoles»,
la ceinture de chasteté, le masque de la honte

Dans l’église dont la structure est patriarcale et profondément masculine, les femmes devaient inévitablement être punies, souvent de manière bien pire encore que les hérétiques de sexe masculin. A l’encontre de celles-ci l’agressivité et la perversion sexuelle des inquisiteurs se déchaînèrent véritablement. Il y avait des instruments de torture spécifiques, conçus tout spécialement pour les femmes, par exemple «la poire vaginale» qui, par l’action rotative d’une vis, élargissait et déchirait l’utérus et les viscères. Il y avait des «griffes à poitrine» qui déchiquetaient les seins; «d’autres griffes» qui, chauffées au rouge, causaient «seulement» une «morsure» à la poitrine des mères célibataires, dont les enfants se tenaient à leurs pieds, arrosés de leur sang. Il y avait ce qu’on appelait les «araignées espagnoles», c.-à-d. des griffes à cinq doigts en ciseaux qui soulevaient la victime par le postérieur, la poitrine, le ventre ou la tête, mais aussi par les yeux et les oreilles à l’aide de deux griffes. «La ceinture de chasteté» contrairement à la mystification qu’il en a été faite, était en réalité également un outil de torture. Naturellement, il y avait aussi «les masques de la honte» pour les femmes, ainsi que les «poires buccales» confectionnées spécialement contre leur prétendu verbiage. Il s’agissait en fait de bâillons en fer, dont l’extrémité aiguisée en pointe avait pour effet de leur trancher la gorge. Mais au besoin des pierres suffisaient aussi pour mener à bien cette œuvre de destruction. Les femmes ayant commis l’adultère, étaient lapidées ou jetées dans une fosse aux serpents …
Jamais il n’y eut une religion qui prêcha autant l’altruisme et l’amour pour le prochain et qui, en même temps, pratiqua autant «la haine du prochain» et la haine des femmes en particulier! C’est en cela que le christianisme catholique et protestant se distingue de toutes les autres religions, à savoir de manière négative. Il ne s’est jamais distingué de manière positive en ce qui concerne l’humanité et la protection des droits de l’homme. Au contraire, il a fallu lutter pour chacun des droits de l’homme à cause de la résistance acharnée de l’église, aussi bien catholique que protestante.

Le pape dans un «souci brulant» lance la chasse aux sorcièreses

Le fait de reconnaître la femme en tant que personne humaine ayant les mêmes droits que l’homme fût de tout temps une chose impossible pour l’église. En fait, les femmes n’avaient nié que rarement les dogmes de la foi en comparaison aux hommes. Celles-ci auraient donc dû être bien moins persécutées que les hommes. Mais en les accusant de sorcellerie, on pouvait ainsi les accuser d’hérésie. La sorcellerie était une hérésie, telle était l’équation. Et ainsi, l’inquisition s’ouvrit elle-même un nouveau champs d’action justifiant son existence, se confirmant elle-même. Les envoyés du pape Grégoire IX (1167-1241, pape à partir de 1227), désignés inquisiteurs par ce dernier, ont annoncé au Pontifex Maximus une explosion du nombre de sorcières ainsi que de pactes terribles avec le diable faits par des femmes de toutes les couches de la société. Grégoire fut le premier pape qui, dans «un souci brûlant», ordonna la chasse aux sorcières. Celle-ci se perpétra jusqu’au 18ème siècle, faisant rage sous toutes ses formes et excès les plus variés.

Les victimes des persécutions

Le pape Innocent VIII (1432-1492, pape à partir de 1484) avait menacé de sentences terribles tous ceux qui s’opposeraient à son décret d’extermination des sorcières. C’est donc sous la menace de la plus haute sanction papale que commença l’extermination quasiment orgiaque des sorcières. Pendant la deuxième moitié du 17ème siècle, au cours duquel un million de personnes, bien souvent des femmes, furent victimes de ce processus d’extermination, l’évêque de Bamberg fit encore brûler 600 femmes, l’évêque de Salzburg 97, l’évêque Philippe Adolf von Ehrenberg de Würzburg fit brûler 219 sorcières et sorciers, dont 18 jeunes garçons en âge d’aller à l’école, une fille aveugle, une enfant de neuf ans et sa petite sœur. Dans la deuxième moitié du 16ème siècle, l’archevêque Jean de Trèves fit brûlé tant de sorcières que dans deux villages il ne resta plus que deux femmes. Un décan de Mayence fit brûler plus de 300 personnes dans deux villages, dans le seul but de s’accaparer leurs biens. L’esprit orgiaque de l’extermination «des sorcières» fut encore plus excité dans la mesure où les inquisiteurs, mais également les juges et les confesseurs qui, faisant fi sans vergogne du secret de confession, recevaient des primes pour chaque «sorcière exécutée». Un dicton de l’époque disait que le moyen le plus rapide et le plus facile de s’enrichir était de brûler des sorcières.
La brutalité et la cruauté sadique de cette guerre d’extermination menée par les papes avec leurs inquisiteurs contre «les sorcières» dépassent tout ce que l’on peut imaginer. On estime à environ trois millions les victimes, surtout des femmes, qui furent ainsi bestialement assassinées …

Les deux églises, catholique et évangélique, portent une dette énorme et indélébile envers les femmes, à cause de leur diabolisation, diffamation, persécution et exécution en masse. Pensons en cela aussi aux inventions perverses dont le seul et unique but était de punir «les mauvaises femmes» avec les méthodes les plus diverses …

Le supplice des femmes soupçonnées de «sorcellerie»

… Souvent, elles agonisaient pendant des années dans des cachots souterrains froids et humides, sombres et fourmillants de rats, de souris et autre vermines. Les plus jeunes femmes étaient en outre exposées aux viols par les ecclésiastiques et les gardiens de prison. On attachait de nombreuses «sorcières» sur des croix de bois ou on les fixait à un mur, on les laissait pendre en l’air à des chaînes par leurs membres déjà torturés, accrochées dans la tour à sorcière, où elles mourraient à petit feu de faim et de soif. Les supplices infligés aux sorcières par «la religion de l’amour» étaient inimaginables.

«Le marteau des sorcières» de l’église

Un livre ayant joué un rôle particulièrement effrayant dans la persécution des femmes est Le Marteau des sorcières (Malleus Maleficarum) qui a fait l’objet de 29 éditions entre 1486 et le 17ème siècle. Il a servi de manuel de référence pour déterminer les caractéristiques des «sorcières», comment les dépister et quels châtiments leur imposer, et est sans doute l’ouvrage qui a causé le plus de préjudices aux femmes de toute l’histoire. Le Marteau des sorcières traite de manière complète de tout ce qui concerne la persécution des sorcières, que ce soit au niveau théorique ou pratique. Cet ouvrage prouve de manière impressionnante que l’on peut faire de n’importe quelle idiotie une théologie des plus sérieuse, pour autant que l’on soit suffisamment pervers … Le sort des femmes sous l’inquisition, comme nous l’avons décrit ici de façon élémentaire, n’a d’égal que le sort réservé aux juifs par les inquisiteurs (p. 45f.48f.51.53.58). »

Cet extrait sur l’inquisition ecclésiastique est tiré du livre en allemand de: Hubertus Mynarek, Die neue Inquisition, Sektenjagd in Deutschland – Mentalität, Motivation, Methoden kirchlicher und staatlicher Sektenbeauftragter, Maison d’édition Das Weisse Pferd, Marktheidenfeld 1999 (http://www.das-weisse-pferd.com/buecher.html#Inquisition)
L’auteur: Le Prof. Dr. Hubertus Mynarek (né en 1929) est un ancien professeur catholique de théologie et ancien doyen de la faculté catholique-romaine de l’université de Vienne. En 1972, il se retira de l’église et travailla en tant qu’auteur et conseiller. A côté de Karlheinz Deschner, Eugen Drewermann et Horst Herrmann, il compte parmi les critiques de l’église les plus réputés et les plus compétents. Il vit à Odernheim dans la Rhénanie-Palatinat »…(Extrait).

http://www.theologe.de/inquisition.htm

****************************************************************************

C’est ça, aussi…l’Eglise !

Entre autres saloperies concernant les sanglantes Croisades, l’esclavage ignoble, l’indifférence pendant des décennies concernant la pédophilie de ses prêtres, les centaines de bébés enterrés dans des fosses septiques etc…

Quand « Véronique de Bure conte les mésaventures de son fils dans une école privée catholique. A lire ! »

Par Véronique de Bure, écrivain:

… »Les brimades, l’hypocrisie : je balance tout

Alors je l’ai fait. J’ai raconté. Tout, ou presque.

Les brimades (aspergées d’eau bénite), les humiliations (il faut souffrir pour gagner son paradis), l’étroitesse d’esprit, les tonnes de devoirs, l’intolérance (sous le masque de la bonté chrétienne), l’hypocrisie, la messe obligatoire (non, on ne m’avait pas prévenue), le pèlerinage à Vézelay – un car pour les filles, un car pour les garçons –, les colles à tire-larigot pour un oui, pour un non, les mères d’élèves qui, tout en tirant sur leurs jupes pour cacher leurs genoux, s’extasient face aux petits miracles que l’Esprit saint accomplit sur leurs rejetons qui se préparent à être « confirmés ».

Pas besoin d’effort, ça vient tout seul, devant mon MacBook je m’éclate, je me moque (oh, la vilaine), de la messe, des pèlerinages, de la pastorale, et j’essuie une larme (vilaine mais sensible) quand j’évoque quelques gamins fracassés, broyés. »…(Extrait).

…Véronique de Bure est éditrice et écrivaine. Elle raconte la déferlante de haine qui a accompagné la sortie de son nouveau livre, « J’ai mis mon fils chez les cathos » (éd. Belfond).

http://rue89.nouvelobs.com/2014/10/11/tout-a-coup-parce-jai-critique-lecole-catho-avalanche-haine-255395

*****************************************************************************

« Tout à coup, parce que j’ai critiqué l’école catho, une avalanche de haine »

OUF ! Elle, au moins, a échappé à l’ignoble…Inquisition ! :## (Voir article ci-dessus)

57 ans, mis en examen pour viol; une prostituée est une personne et non pas des latrines à sperme!

Par E.F.

… »Alertés par la victime qui avait eu l’esprit de noter la plaque d’immatriculation de l’agresseur présumé, les policiers ont convoqué le client, qui s’est présenté lundi à la brigade des moeurs. L’homme, qui comptait s’en sortir en dédommageant simplement la victime, a été confronté à la prostituée et mis en examen. Il a été laissé libre, mais l’enquête se poursuit dans le cadre d’une commission rogatoire, précise le quotidien régional »…(Extrait).

http://www.20minutes.fr/lyon/1675359-20150830-lyon-prostituee-violee-tabassee-avoir-impose-port-preservatif

******************************************************************************
Sale temps pour le client prostituteur !

Le tribunal lui apprendra, peut-être(!), à respecter une prostituée qui est une…PERSONNE(!) et non pas des…latrines à sperme !!!!!!!!!!!!!!!!!

Bar australien "Des femmes dévêtues sur des tables avec des fruits sur leur corps comme plateau" !

Dans un  bar austrralien, par Melanie James(Pointez souris pour légende).

… »Sur les réseaux sociaux, des internautes ont rapidement dénoncé une manifestation « inacceptable », « sexiste » ou encore « dégradante », rapporte Mashable, dont Melanie James, ci-dessus.

« Jane Oakley, la responsable des Verts australiens, a notamment pris la parole sur la page Facebook du bar. « Merci au Cruise Bar de montrer si ouvertement votre mépris pour les femmes et de contribuer à l’idée répugnante selon laquelle leur corps est un objet. Je ne viendrai pas chez vous si je cherche un endroit où sortir », écrit-elle dans ce message. De son côté, le bar n’a pas souhaité répondre aux critiques, ni aux sollicitations des journalistes »…(Extrait).

http://www.huffingtonpost.fr/2015/08/27/sexisme-bar-australien-polemique-femmes-nues-plateaux-reseaux-sociaux_n_8047486.html

*****************************************************************************

« Merci au Cruise Bar de montrer si ouvertement votre mépris pour les femmes et de contribuer à l’idée répugnante selon laquelle leur corps est un objet. Je ne viendrai pas chez vous si je cherche un endroit où sortir »

Boycotter ce bar ?

A voir les mines réjouies des… nanas(!!!), ravies de se servir sur ce corps nu, ce n’est pas gagné !!! :## (Voir les autres photos de Twittos)

Peut-être un boycott de la part de…mecs(!) pour lesquels la femme n’est pas un objet sexuel ou de… cuisine (? !) Alors ?