Insultes sexistes !

 » Du sexisme…même dans les insultes!

…En effet, il est « intéressant » de constater que les mots pour mépriser les hommes sont pratiquement tous des insultes provenant d’une féminisation ou d’un état de « non-virilité » des hommes: moumoune, felluette, tapette, fif, mal baisé, mauviette, gamine, fillette, pédale, couille mole, enculé, fils de pute, etc. L’insulte envers les hommes revient à utiliser des qualificatifs touchant à la représentation d’un sexe considéré comme « inférieur » ou encore à l’homosexualité. Rien de tel que d’être associé aux femmes ou aux hommes « moins vrais » pour être insulté ! Cela démontre toute la construction sociale qui entoure la hiérarchisation des sexes et l’hétéronormativité…
…Même à l’âge adulte, les femmes seront constamment comparées à l’ensemble des animaux de la ferme : vache, cochonne, chienne, truie, poule, pie, dinde, bécasse, pouliche et j’en passe. L’homme, quant à lui, sera plutôt comparé à l’étalon (effigie de la force et de la virilité), au coq (la fierté) ou au chaud lapin (aimer les plaisirs sexuels). Les noms des animaux femelles cités précédemment n’ont pas leur équivalant masculin. J’ai bien cherché d’autres termes (peut-être un manque d’imagination de ma part?) à connotation animalière dans les insultes faites aux hommes, mais sans succès. En effet, être traité de chien ne réfère pas au même sens péjoratif et symbolique que le terme chienne pour les femmes…
Le langage est l’un des symboles de la société dans laquelle nous vivons et chaque jour, nous acceptons, à des degrés plus où moins fort, cette oppression. Le langage nous le savons, est la première forme de violence, et sans doute la pire si nous considérons son côté sournois et difficile à déconstruire. Alors mesdames, je vous en supplie, la prochaine fois que vous appeler votre amie « ma poule », « poulette » ou « Chick », pensez-y à deux fois. À moins que ce ne soit un moyen utilisé pour se réapproprier ces termes, mais j’en doute fort… »
Marilyn Ouellet
Je suis féministe.com
lien http://www.jesuisfeministe.com/?p=2837

jesuisfeministe.com

—————————————————————————————

Un com éloquent qui en dit long, sur la société française:
 » Valérie a écrit le 1 décembre 2010
Ça n’a pas de lien directement avec le sujet, mais une chose m’a frappée cette semaine alors que je regardais un documentaire français :
La non-féminisation des termes.
La dame se présentait ainsi :
-J’avais toujours voulu être avocat…
Avocat?
Les personnes qui siègent à l’office de la langue française ont beau se marrer, je réalise que je ne me passerais pas de ce «e» qui me fait exister »

***************************************************************************************

Moi aussi, ce « e » me fait EXISTER!(Je sais, en France il contribue, ENCORE à…DEVALORISER le titre ou la fonction!)

Fière d’être une femme et fière d’être féministe !

Non, ce n’est pas un gros mot: juste une propension à être à l’écoute, à RELAYER et à S’INDIGNER des graves effets pervers du machisme social, familial, planétaire…

Les mecs? On les adooore pas machos: juste égaux dans la différence!

A propos des femmes qui se défendent d’être féministes:

« ça me fait le même effet qu’un juif antisémite! » dit Johanna B; ( 93 ans) dans le documentaire de Veronika Minder, « Le bal des chattes sauvages ».

Amitiés aux féministes du Monde, qui se sont tant battues pour améliorer le mauvais sort fait aux femmes, partout sur la Terre!

Sans oublier les mecs indignés et révoltés eux aussi par les injustices et les violences machistes, réservées aux nanas.

Téléréalité et…Précarité !

 » Précarité des femmes : Quand Pôle Emploi s’inspire de la téléréalité !

S’il suffisait aux femmes touchées par la précarité ou le chômage d’une  » journée relooking » de haut de gamme pour en sortir, ça se saurait! C’est pourtant ce que Pôle Emploi entend faire avec une fondation dont l’épouse du premier ministre est la marraine.
…Alors qu’on se gargarise au gouvernement sur l’égalité des chances et la parité, le Secours Catholique fait un constat : les femmes sont les  » premières victimes de la pauvreté  » ! Ils l’indiquaient dans un rapport publié par le Journal La Croix :  » (…) Les femmes représentent 54,4 % des personnes accueillies en 2008 alors qu’elles n’étaient que 51 % en 1989. Surtout, leur vulnérabilité augmente : près de six femmes sur dix vivent seules, 7,6 % travaillent à temps partiel contre 2,5 % des hommes rencontrés et, à l’âge de 35 ans, 83 % d’entre elles ont des enfants à charge contre seulement 53 % des hommes (…)  »

..En effet, c’est par un communiqué du 10 janvier, baptisé : « 1ère journée Action Relo.oking » que Pôle Emploi présente l’opération

…Tous les mois à partir du mardi 11 janvier 2011 et pendant une année complète, un petit groupe de femmes se retrouvera dans le cadre feutré des shows roo ms du « Bureau d’image by Cynthia Cohen Peres » 71 avenue de Wagram Paris 17ème (…) De 10 heures à 17 heures avec une pause déjeuner organisée et financée par le Fonds de dotation EREEL, elles participeront à divers ateliers coaching destinés à leur donner les bons « réflexes » à reproduire facilement chez elles :

Les ateliers coaching beauté 1/ Atelier soin de la peau : bien préparer sa peau avant le maquillage – conseils.
2/ Atelier maquillage (mise en beauté pour un entretien) – conseils et cours de maquillage.
3/ Atelier mains et ongles (importance des mains pendant un entretien) – conseils, soins des mains et des ongles.
4/ Atelier coiffure (coupe et brushing) Mise en beauté, relooking coiffure – Conseils pour bien se coiffer.
5/ Atelier Image de soi : Test de couleurs (quelle couleur choisir pour mettre en valeur son teint, ses cheveux ?).

Essayage de vêtements et conseils suivant sa morphologie et adaptés au poste recherché. Conseils pratiques sur l’importance de l’allure, de la gestuelle, de la démarche, de la diction et des intonations de voix en entretien professionnel. (…) lors de la première journée d’inauguration, Bernard Debré Président d’honneur d’EREEL, Penelope Fillon Marraine de coeur d’ EREEL et Marie-Anne Chazel Marraine d’EREEL tous très touchés par cette initiative, seront présents (…) Un reportage photo sera réalisé et chaque participante sera photographiée avant et après la séance de Relooking. Elle repartira avec des cadeaux (produits de maquillage, échantillons soins de beauté, vêtements) et sera suivie individuellement tout au long de l’année par Pôle emploi et EREEL(…)  »

Le communiqué n’indique, toutefois pas, si des vidéos de la transformation de « souillons » en princesses, seront disponibles sur Youtube ou Daily Motion. Ni si celles-ci deviendront ambassadrices de la cosmétique française auprès des autres femmes précaires …

Sans commentaire ! »

Source Marianne.

****************************************************************************************

 » près de six femmes sur dix vivent seules »…

On se demande bien…POURQUOI ! (Une piste?)

De choses et d’autres…

La bonne musique ne se trompe pas, et va droit au fond de l’âme chercher le chagrin qui nous dévore.
[ Stendhal ]

Ou la joie qui nous explose!

La vieillesse est si longue qu’il ne faut pas la commencer trop tôt.
[ Benoîte Groult ]

C’est bein vlai, ça… Je n’ai même pas encore COMMENCE la mienne, c’est dire 😉 !

Un dictateur n’a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi.
(François Mitterrand)

Pour un dictateur familial, c’est tant que son punching ball femelle n’aura pas éreinté ses bijoux de famille. Dé-fi-ni-tive-ment! (Adverbe souvent employé à Maurice).

La femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente.
(Françoise Giroud)

Et un homme sera VRAIMENT « supérieur » à la femme, le jour où il sera capable de donner la vie!

L’orgasme, sujet fascinant…

orgasme féminin
 » L’orgasme reste un sujet fascinant.

Les livres, les études et les discussions sur ce thème sont toujours plus nombreux. Il y a peu, une étude dévoilait par exemple que les cochons avaient la chance de connaître un orgasme puissant (durant jusqu’à une demi-heure) tandis que les serpents ont droit à un double orgasme. Que pourrions-nous encore apprendre sur le sujet?

1) Dès le plus jeune âge
Jouer au docteur, tripoter son pantalon…, les plus petits savent de façon instinctive que ce qui se cache dans leur culotte peut donner du plaisir. Leurs organes sexuels ne sont évidemment pas encore développés et ces jeux ne sont pas abordés dans un contexte sexuel, mais ils éprouvent tout de même une sensation agréable. Même en tant que foetus, les futurs petits garçons (plus rarement les filles) effectuent parfois des gestes proches de la masturbation.

2) Haut et fort!
Les gémissements bruyants auraient une fonction précise: les hommes arrivent plus vite à l’extase lorsque les femmes expriment leur plaisir à voix haute.
3) Point G, chez les femmes et les hommes:Le mystérieux point G, celui qui fait douter les hommes: c’est qu’il se cache le bougre et il n’est pas facile à localiser. En réalité, les hommes comme les femmes disposent d’un ou plusieurs points G, des endroits qui nous propulsent dans une autre galaxie. Chez les hommes, on compte le frein du pénis (un petit tendon situé entre le prépuce et le gland), le périnée (la partie de peau se situant entre les testicules et l’anus) et la prostate. Beaucoup plus facile à trouver que le point G au féminin…

4) Des litres de sperme
Une éjaculation comprend environ 10cm3 de sperme. Ce qui représente sur une vie, une moyenne de 53 litres!

5) RèglesIl semblerait que les orgasmes sont plus fréquents durant les périodes de menstruations. Hélas, peu de couples sont sexuellement actifs durant celles-ci.

6) Marilyn
L’un des plus grands fantasmes féminins, Marilyn Monroe, a avoué n’avoir jamais connu d’orgasme. Le président Kennedy, Frank Sinatra et Joe DiMaggio ont apprécié ce détail….

7) Plus vite, plus vite
Lors de l’éjaculation, le sperme est propulsé dans le vagin à une vitesse moyenne de 45km/h. De quoi leur donner un peu de force pour continuer leur route, de 12 à 16 centimètres, jusqu’à leur objectif final: l’ovaire à féconder.

8) Les morts aussi?
L’orgasme aurait lieu lorsque les nerfs de la colonne vertébrale sont stimulés et qu’ils contiennent de l’oxygène, ce qui fait que même les morts sont capables d’avoir un orgasme, d’après une théorie qui n’a pas encore été testée…

9) Orgasmes multiples
Les femmes sont capables de ressentir plusieurs orgasmes d’affilée. Le record serait de 134 orgasmes par heure, c’est-à-dire plus de deux par minute. Certaines atteignent la béatitude simplement en se caressant les sourcils, en frottant leurs genoux ou en se lavant les dents.

10) Sélection naturelle
L’orgasme jouerait un rôle non négligeable dans l’évolution de la race humaine. En donnant du plaisir aux hommes lors de l’acte sexuel, la reproduction a été facilitée. De même pour les femmes: grâce au plaisir ressenti, elle reste sagement couchée afin que le sperme ait plus de chance de parvenir à son but.
Le fait que l’orgasme féminin soit plus difficile à atteindre serait aussi un maillon de la sélection naturelle. Les hommes faisant preuve de plus de créativité et d’intelligence pour donner du plaisir aux dames, sont ceux qui ont le plus de chance de donner naissance à des descendants. »
Source 7sur7.

***************************************************************************************

En réalité, on n’atteint pas l’orgasme, parce qu’on n’a PAS (plus?) de DESIR et que l’on s’ENNUIE un max. Quand on désire un mec, et qu’il se donne la peine de « réveiller » notre libido, jusqu’à ce qu’une tiède ondée nous inonde, alors là…Y en a plus d’un qui ont été effrayés, par la violence de nos orgasmes, multiples ou pas,…Un TSUNAMI !!!

Les films pornos auraient un effet contraire, chez une majorité de nanas, malgré les affirmations de certaines!
Alors ? Il FAUT VRAIMENT qu' »ILS » mouillent leur tee-shirt! ;)Comme le font tous les mâles du règne animal!

Petite note optimiste: « ils » auront moins à trimer, pendant l’ovulation…comme chez toutes les femelles du règne animal !

La nature n’avait pas prévu le mariage et ses avatars, dans son logiciel; c-à-d que des nanas soient « contraintes » à de nombreuses pénétrations en dehors de la période qu’elle avait programmée pour cela: l’oestrus !
Par contre, son logiciel prévoit bien un max de fécondations à réaliser par les mecs pour assurer la survie de l’espèce !

Voilà ce qui arrive quand les religions et les sociétés jouent aux apprentis sorciers: OVERDOSE et FRUSTRATION…Légitimes, de part et d’autre !

"Pionnière du rock…

…Dans un milieu d’hommes.

Wanda Jackson : « Hard headed woman »,

« Let’s Have e Party »

 » Celle que l’on considère comme la pionnière du rock, est née à Maud, dans l’Oklahoma, le 20 octobre 1937. Tom Jackson, son père, est musicien et joue du piano, du violon et de la guitare et c’est ainsi que sa fille apprend à jouer…

…Dans un milieu d’hommes:

La reine du rockabilly, peut fêter sans rougir plus d’un demi siècle de carrière dans la grande famille du rock’n’roll. Elle s’est produite avec les plus grands, de Elvis Presley, Gene Vincent, CARL Perkins, à Jerry Lee Lewis ou Johnny Cash, mais sa voix suraigüe et puissante s’est aussi illustrée dans la country et le gospel. Une polyvalence qui lui vaut l’admiration des grands d’hier et d’aujourd’hui. Wanda Jackson a notamment créé deux titres de gloire : « Fujiyama Mama » et « Let’s Have a Party » à la fin des années 1950.

En 1957, elle enregistre une incroyable version de la chanson « Fujiyama Mama » qui prouve qu’elle n’a rien à envier aux hommes, Gene Vincent, CARL Perkins, Jerry Lee Lewis avec qui elle se produit sur scène dans des tournées mémorables. Mais son plus grand tour de force, et surtout son plus grand tube, est une reprise très personnelle du « Let’s Have A Party » d’Elvis, qu’elle enregistre en 1958, et qui lui vaut une renommée mondiale en 1960. Sa voix, son énergie, ses irrésistibles cris rauques provoquent l’enthousiasme à chacune de ses apparitions. C’est bien sur en hommage à ce titre qu’elle nomme ses musiciens les Party Timers.

…Reconnaissance tardive ?

Sa carrière se poursuit et sa place légendaire de pionnière du rock, la fait revenir pour deux titres rockabilly qu’elle enregistre, afin qu’ils figurent sur une compilation, en 1996. Elle vit toujours en Oklahoma avec son mari et participe régulièrement à de grands festivals country au Canada et aux Etats-Unis. Vocaliste sauvage, parfois surnommée « la Callas country », sa carrière est peut-être arrivée trop tôt dans un monde musical peu ouvert aux femmes.
Mais de nombreux artistes comme Johnny Cash ou Jerry Lee Lewis lui ont voué une profonde admiration ainsi que des références du rock contemporain comme Bruce Springsteen ou Elvis Costello. Nominée en 2008, elle devrait faire son entrée en 2009 au Rock and roll Hall of Fame. »
Source Deezer.
Lien http://www.deezer.com/fr/music/wanda-jackson#music/wanda-jackson

****************************************************************************************

Super bandante en plus ! 😉

Liens http://www.youtube.com/watch?v=pzJ3hiqsi0U

http://www.youtube.com/watch?v=7ksBcV-qrgo

Femmes de dictateur…

« La foule, comme les femmes, est faite pour être violée », écrivait Mussolini.
—————————————————————————————
[Femmes de dictateur, pour le meilleur et pour le pire
Par Emmanuel Hecht.

Clara, Nadia, Jiang Qing…, épouses ou concubines, elles ont partagé la vie et la couche de Mussolini, Staline, Mao… Elles ont été triomphantes et sacrifiées, rappelle Diane Ducret dans Femmes de dictateur.

« La foule, comme les femmes, est faite pour être violée », écrivait Mussolini, toujours volontaire pour soulever le peuple et les jupons. La tyrannie, qui corrompt les valeurs et martyrise les peuples, détraque aussi les sens. Le pouvoir est un aimant, le pouvoir absolu, un aphrodisiaque. Les histoires d’amour avec un tyran ont beau débuter comme des bluettes, elles se terminent au mieux en vaudeville, le plus souvent en tragédie. Diane Ducret en administre la preuve dans sa galerie de Femmes de dictateur, portraits brillants des compagnes de route de mégalomanes du xxe siècle nommés Lénine, Staline, Hitler, Mao… Les petites fiancées des despotes rêvaient de passer à la postérité, elles ont fini dans les poubelles de l’Histoire.

Saintes ou gourgandines, elles ont saccagé leur vie, à l’image de Clara Petacci, violée, battue et pendue par les pieds par des partisans italiens à la fin de la guerre. La fille du médecin personnel de Pie XI avait eu le malheur de croiser, treize ans plus tôt, sur la route d’Ostie une Alfa Romeo décapotable. Le conducteur dissimulé derrière de grosses lunettes de soleil s’appelait Benito Mussolini et la « povera » ignorait tout des affres de la Duce Vita. Le maître de l’Italie fasciste avait en effet gros appétit. Il n’était pas du genre bégueule, plutôt gourmand que gourmet. Paysannes ou bourgeoises, femmes de tête ou têtes en l’air, matrones ou filles enfants, elles passaient toutes par sa couche. Le Romagnol était large d’esprit. Jeune, il penchait pour les cérébrales : Angelica Balabanoff, bourgeoise ukrainienne, l’initie à la révolution et, surtout, Margherita Sarfatti, grande bourgeoise vénitienne racée, s’impose en dircom et stratège. C’est elle qui convaincra un Benito indécis et prêt à se réfugier chez les Helvètes de lancer la marche sur Rome, étape décisive de la prise du pouvoir. Au fil des ans, l’aventurier de l’amour, abonné aux ruptures violentes, se fera popote. Les soucis, sans doute : la guerre en Ethiopie, puis en Grèce et en Albanie… Il n’empêche. L’ancien socialiste-révolutionnaire supporta mal la tyrannie domestique de Rachele, l’ex-jeune serveuse du bar de son père, devenue épouse et mère de ses enfants : un statut en or dans un régime célébrant la famille. Faute de rompre, le Duce s’égaiera en compagnie de jeunes maîtresses. Dont Clara.

Staline acculera son épouse au suicide

Cherchez la femme. On rêverait d’affiner le portrait d’un tyran, d’expliquer la nature d’un régime politique à partir de la personnalité et des atours – poitrine généreuse pour le Duce, jambes longues pour le Führer – des (mal) heureuses élues. L’exercice est périlleux, mais il est parfois probant. Ainsi, la sauvagerie du Staline privé n’étonnera personne. Le maître du Kremlin acculera au suicide Nadia Allilouïeva, son épouse – qu’il sauva de la noyade à 6 ans et viola dans un train à 18 ans… – après l’avoir, dans un état d’ébriété avancée, agonie d’injures devant toute la nomenklatura. Dans la foulée, il fera déporter au goulag sa belle-soeur, après qu’elle a refusé ses avances. Il terminera ses jours avec une gouvernante rustre et silencieuse : c’est elle qui servit le repas aux invités de Yalta, Churchill et Roosevelt. Dans le même registre paraît évidente la propension de Hitler – Alfi pour les intimes – à semer la mort parmi les femmes qu’il aime – sa nièce Geli, 23 ans – et celles qui l’aiment, même secrètement : la terrible Magdalena Goebbels, l’épouse du ministre de la Propagande du Reich, présente jusqu’à la fin dans le bunker de Berlin. Reste que, comme pour les couples ordinaires, certaines associations sont étranges, voire inexplicables. Pourquoi, Lénine, plutôt séduisant avec ses yeux bridés de Tatar, s’est-il entiché de Nadejda Kroupskaïa – Nadia – une future épouse affublée d’un « physique de hareng », selon la mère de Vladimir Ilitch, il est vrai jalouse et peu charitable ? Mystère – et vertiges – de l’amour.

Lénine s’entiche de Nadia, au « physique de hareng »
Diane Ducret ne tire d’ailleurs aucune conclusion, politique ou psychologique, elle trousse (sic) de jolies histoires et « tend un miroir aux femmes », pour démontrer, noir sur blanc, la responsabilité des égéries, maîtresses, épouses de dictateurs dans les drames de l’Histoire. Si les unes pèchent par indifférence (Eva Braun, la compagne de Hitler), d’autres, politiquement engagées, sont directement impliquées. C’est le cas de Jiang Qing, l’une des nombreuses « madame Mao », ancienne starlette renconvertie en mère maquerelle pour apaiser la libido du Grand Timonier et en chasseuse de sorcières pendant la Révolution culturelle ; d’Elena Ceausescu, grande prêtresse du régime policier roumain, etc. Entre secrets d’alcôve et histoire politique, l’auteure a trouvé sa voie. Certains épisodes plus ou moins connus, mais souvent de manière partielle – les frasques de Mussolini et de Staline – acquièrent plus de relief dans cet ensemble.

D’autres sont des révélations : par exemple, la vie sentimentale encombrée d’Antonio de Oliveira Salazar. Le maître du Portugal entre 1933 et 1968 avait un slogan pour sa politique isolationniste : « orgueilleusement seuls ». D’évidence, il ne se l’appliquait pas. L’ancien séminariste, jadis troublé par la belle Felismina, officiellement célibataire, ascétique et saturnien, fut un homme couvert de femmes. Jouant la discrétion jusqu’à l’effacement – comportement rarissime chez les dictateurs qui sont enclins à jeter leur ego démesuré à la face du monde – il affirmait que les « bonnes ménagères » ont « beaucoup à faire dans leur maison, ne fût-ce que dans l’apprêt du repas et le soin des vêtements ». Cela ne l’empêcha pas de tomber follement amoureux, en 1951, d’une jeune femme libre : une journaliste française nommée Christine Garnier. Mais le Doutor n’en démordra pas : « On peut faire de la politique avec le coeur, mais on ne peut gouverner qu’avec la tête. » ]
Par Emmanuel Hecht
Source L’Express.fr publié le 27/01/2011

***************************************************************************************

Femme amoureuse n’a plus de cervelle!