Je la trouvais tellement belle…

Marina Vlady 73 ans photo_1327945142842-1-0[2]

On avait à un an près, le même âge…Mais elle, elle était si belle!
( Le crapaud et la princesse aurait dit l’auteur de mes jours).
J’admirais aussi Romy Schneider (2 ans de plus que moi), qui elle, a échappé…A la vieillesse! 😉

 » La comédienne Marina Vlady et le cinéaste Jean Becker ont tous deux été lauréats lundi du prix Henri-Langlois, décernés lors des Rencontres internationales du cinéma de Vincennes.

Marina Vlady, actrice mais aussi chanteuse et écrivain de 73 ans, s’est vu décerner un Prix Henri-Langlois 2012 d ?Honneur pour l ?ensemble de sa carrière.

Ces prix, qui portent le nom du fondateur de la Cinémathèque française, récompensent ceux qui « oeuvrent pour partager leur passion du cinéma et transmettre aux nouvelles générations la connaissance du patrimoine cinématographique », selon un communiqué des organisateurs de ces Rencontres.

Le Prix Henri-Langlois 2012 a été décerné à Jean Becker, « pour l ?ensemble de sa carrière et au nom d ?une grande famille du cinéma français, la famille Becker », selon les organisateurs.

Le cinéaste de 78 ans, réalisateur notamment de « L’été meurtrier » avec Isabelle Adjani ou « Les Enfants du Marais » avec Michel Serrault, est le fils de Jacques Becker, qui a tourné des films comme « Casque d’Or » avec Simone Signoret ou « Touchez pas au grisbi » avec Jean Gabin.

Parmi les autres prix, le cinéaste Georges Lautner (« Les Tontons flingueurs », « Flic ou voyou » …) a reçu le 1er prix Henri-Langlois du cinéma de comédie. »

********************************************************************

Chez les comédiens, j’aime bien la personnalité (que je perçois), de Lambert Wilson – et d’autres…

George Clooney ? Qui c’est ? Hahaha !

La VRAIE vie avec un VRAI mec, pas avec un MACHO qui n’en est que son indigne CARICATURE !!!

Machisme à vomir(Fusain: Machisme à vomir).

Témoignage d’Andreas(Com sur l’article: »Des hommes de Cro-Magnon »):

 » Ma fille (30 ans maintenant) avait vécu bien cette histoire et bien sur cette île.

Ce qui ne veut rien dire, sauf qu’elle s’y était réfugiée de l’Europe pour y trouver la vraie vie. Et un vrai homme. Elle y avait trouvé les deux, pendant six mois. Puis la grossesse, puis le bébé. Puis sa douloureuse découverte de sa réalité et du vrai caractère de son prince charmant.

Puis sa fuite, retour vers ici, à partir d’un village aux fins fonds de la montagne….

Cette histoire, ce n’est pas à moi de la raconter.
J’en raconte quand même un petit peu, pour témoigner que sur l’île de la Réunion il y en avait aussi des gens, des hommes surtout, qui l’aidaient pour disparaître.

Aujourd’hui, ce bébé a presque six ans, et Sophie rêve d’avoir un père au point qu’elle m’a demandé de l’être. »

********************************************************************

 » elle s’y était refugiée de l’Europe pour y trouver la vraie vie. Et un vrai homme »…

Chaque fois que je tombe sur une histoire violente concernant les femmes…

Je retourne un instant à ma propre histoire infernale

Et j’ai tellement mal pour toutes les femmes encore prises dans l’enfer « conjugal »

Beaucoup resteront prisonnières du « bagne » à vie, pour X, MAUVAISES raisons ( menaces de mort, problème des enfants, dépendance financière et dépendance totale, etc…)

Beaucoup TROP y laisseront leur vie…

…BARREZ-« vous » pendant qu’il en est encore temps: NON! « Il » ne changera pas…Au contraire !!!

Une,(ou des) « amputation », quelle qu’elle soit(!) est parfois la seule façon de rester en vie…

Pour VIVRE, enfin SA vie, et non plus celle d’un clown indigne, frustré et pervers.

Oui, je sais, JE SAIS, le prix à payer est trop souvent…Inhumain !

Mais la VRAIE vie (La…NÔTRE!) est à CE prix là…

Un BIG bisou à Sophie et au « Papa » que j’apprécie et que je respecte infiniment

Pouvoirs demeusurés et abus de pouvoir…

Posté par Virginie ALBA-SIMM le 29/01/2012:

 » Le père ne peut faire les lois seul pour la bonne raison qu’il n’existe pas, seul.

Il existe parce qu’il y a une mère, un enfant, au moins. Que la loi accorde plus de pouvoir à l’un, (le père), qu’à l’autre ne pouvait amener qu’à des excès, de la tyrannie.

Cette histoire (Joseph Fritzl, père incestueux autrichien qui avait enfermé sa fille dans une cave, avec les enfants qu’il lui avait faits, pendant vingt-quatre ans) en est l’exemple. On peut supposer que la terreur qu’il avait instaurée n’était questionnée par personne, la mère n’ayant aucun rôle si ce n’est d’obéir, comme les enfants. C’est bien un example des conséquences négatives du patriarcat que nous avons ici: un père avec trop de pouvoir, une mère qui en est dépourvue et qui l’a intériorisé si bien qu’elle ne fait rien pour gérer sa famille, s’oppopser aux dérives du père et des enfants, bien évidemment, à la merci des deux tyrans. Car la mère, par sa soumission, l’est aussi devenue, tyrannique.

Il faut cesser de donner par décret des pouvoirs démesurés à quelqu’individu qu’il soit, au père ou à la mère et considérer les contributions réelles de chacun. La famille, c’est un travail d’équipe. Le nier, c’est se vouer à reproduire les excès des familles où des pères, des mères ont trop de pouvoir sans contre-pouvoir et abusent de ce pouvoir pour détruire » …

http://www.marianne2.fr/La-bonhomie-du-mal_a214714.html?com#comments

******************************************************************

Cela vaut pour tout un chacun

Et c’est pour cela que JE trouve que N. Sarkozy est néfaste pour la société française !

Qui s’apprête à le réélire

Pour ne pas se déjuger ?

Des hommes de Cro-Magnon ?

Lapetitetruffe :

 » Je suis à la Réunion pour le moment et un sujet commence enfin à faire la une de l’actualité.

La Réunion c’est de très beau Paysages, ce sont des gens très accueillant et très gentils, mais malheureusement aussi plus de 33% des femmes battues par leurs Maris ou Conjoints. Et encore c’est ce qui est connu, alors imaginez avec toutes les femmes qui n’osent pas se plaindre de peur que leur conjoint devienne encore plus violant à combien ce chiffre peut augmenter.

Tous les jours aux informations il y a des sujets sur ce que certains hommes Réunionnais font subir à leurs conjointes.

Depuis que je suis ici, en moins de six mois, plus de trois femmes sont mortes du fait de la violence de leur conjoint (reporté à la population de la métropole cela fait 225). Je pense que toute la France à été choqué par l’histoire de la fin de l’année dernière où cet homme, qui après avoir tué sa femme, l’a conservé plusieurs jours dans son congélateur. Je ne sais pas si c’est parce que je n’ai jamais vu mon père lever la main sur ma mère, mais cette violence m’horripile et quand c’est envers des enfants ou des femmes cela me mets hors de moi.

Je veux bien que la vie ne soit pas la plus facile qui soit à la Réunion. Il y a entre 30 et 35% de chômage. Mais je suis désolé cela ne peut pas expliquer cette situation, et encore moins l’excuser.

Je ne pense pas que dans le Nord de la métropole, qui connaît aussi un fort taux de chômage, se soit la même situation. Enfin j’espère !!! Dans une île où les hommes arrêtent de respirer dès qu’une belle femme passe, ou leurs discutions tournent souvent autour des Tantines (les Femmes dans le langage courant Réunionnais), Je ne comprends pas que l’on puisse massacrer celles que l’on admire.

Par contre pour leur voiture ça ils ont de l’amour et du temps. Juste pour avoir sur une note moins négative, la Réunion c’est aussi beaucoup d’hommes qui ne battent pas leurs femmes, alors ne généralisons pas.

Alors Messieurs, vous qui êtes normaux, vous qui avez dépassé ce stade de l’home de Cro-magnon, dénoncer les violences que vous pouvez connaître afin que cela cesse. Je sais que malheureusement des femmes sont battues dans le monde entier, mais je trouve ça encore plus inadmissible en France.

Voilà, pour mon premier sujet, j’ai préféré ne pas me lâcher réellement car les qualificatifs pour ce genre d’individu ne seront jamais assez forts. Je pense que nous qui ne battons pas les conjointes avec qui nous vivons, ne sommes pas non plus innocent.

Personnellement j’ai aidé des femmes qui se faisaient battre. Mais le principal problème pour ces victimes est où allez après ? Quand il y a des enfants c’est encore pire. Il faut absolument que se soit les coupables qui quittent le foyer. De plus il faut qu’ils ne puissent plus menacer leur femme.

Il faudrait les placer en sorte de conditionnel. Contrôler leurs mouvements, les obliger pointer deux fois par jour dans un commissariat qui soit à une distance ne leur permettant pas d’aller harceler leur victime.

Alors à tous ces hommes qui battent leur femme (en supposant que l’on puisse encore les appeler des hommes), et qui chouchoute leur voiture, pensez plutôt à offrir des fleurs, des soirée sympa à votre conjointes plus tôt que de changer d’enjoliveur. Au lieu d’aller regarder les autres femmes, essayez plutôt de porter une attention particulière à toutes ces petites choses que font vos femmes pour vous faire plaisir. Elles vous ont déjà fait l’honneur de vous choisir »…

Source http://lapetitetruffe.kazeo.com/?page=lastarticle&id=119446&ajcoms=119446

Vendue 12 fois, avortée 3 fois, et punie à l’arme blanche…

 » La prostitution se développe en France avec le crime organisé-Publié le 29 janvier 2012.

En France, l’exploitation sexuelle revêt désormais de multiples facettes à l’heure actuelle et se développe dangereusement avec des actes de crime organisé. Un rapport de la fondation Scelles, rapporté par Le Monde, indique en effet que les importations de travailleuses de sexe s’intensifient de jour en jour dans le pays et les 18.000 à 20.000 prostituées qui exercent en France actuellement proviennent désormais du monde entier.

La fondation Scelles qui milite contre la prostitution interpelle les autorités françaises sur la nécessité d’une reforme législative afin de remédier à la croissance grandissante des exploitations sexuelles avec le crime organisé que connaît le pays actuellement. Dans son dernier rapport, cette fondation indique que les 18.000 à 20.000 prostituées que compte la France actuellement sont pour la plupart d’origines étrangères, importées pour travailler en périphérie des grandes villes, dans les forêts ou dans de faux « salons de massage ».

La prostitution est devenue une véritable industrie en France. Elle génère d’énormes profits entre les mains d’une criminalité dangereuse qui perçoit de chaque prostitué près de 150 000 € par an. Le tarif d’une passe varie de 5€ à plusieurs milliers d’euros dans les grands hôtels. « Le potentiel de développement de la traite est immense », reconnait Yves Charpenel, avocat général à la cour de cassation et président de la fondation qui souligne entre autres les violences physique, sexuelle, psychologique, social que subissent les prostituées.

« Je n’ai pas rencontré une seule prostituée qui s’épanouissait. Si la prostitution heureuse existe, je ne l’ai jamais rencontrée », se désole cet avocat.
Scelles a en effet constaté à plusieurs reprises des pratiques malsaines, qui malheureusement, sont devenues très courantes en France comme la déportation massive de jeunes équatoriennes ou européennes de l’Est vers la France à l’instar d’une jeune serbe. Elle aurait été vendue 12 fois entre gangs et a dû subir trois avortements forcés sans parler des violences à l’arme blanche qui lui aurait été infligées.

Dans son dernier rapport sur le trafic mondial des prostituées, publié vers mi-janvier, Scelles a déploré que l’action publique soit encore très limitée en France sur ce phénomène. Chaque année, effectivement, seules quelques trentaines de réseaux criminels sont démantelés « essentiellement d’origine étrangère et dont les victimes sont originaires d’Afrique centrale, d’Afrique du Nord, des Balkans, d’Amérique du Sud et, de plus en plus, de Chine ». Leurs exploitations sont devenues courantes dans les plus grandes agglomérations, sur les axes de déplacement et dans les zones frontalières. « Elle a fait son apparition dans des agglomérations de taille moyenne comme Orléans ou Limoges » et en périphérie, dans les zones forestières comme en Ile-de-France, au bord des routes et sur les parkings, a soulevé cet organisme.

Face à ce fléau, la fondation préconise l’instauration de poursuites contre les clients des prostituées plutôt que d’interdire la prostitution elle-même. Ce deuxième cas de figure serait sans effet et serait perçu comme une répression à des victimes qui vivent déjà dans un climat de misère.

Elle propose entre autres que l’aide aux prostituées soit plus institutionnalisée. « Aucun service public n’accueille aujourd’hui les prostituées », déplore Yves Charpenel qui souligne au passage qu’une travailleuse de sexe dénonçant ses exploiteurs est obligée d’attendre leur condamnation judiciaire définitive avant de pouvoir jouir d’un titre de séjour. »

********************************************************************

Le règne des voyous…En tous genres, à tous les étages de la société ?

Y compris le consommateur de viande humaine…Tout propre sur lui et dans sa tête…Qui ira retrouver bobonne et ses filles à lui, la conscience PARFAITEMENT tranquille

En oubliant qu’il dispose de deux mains super efficaces, qui lui éviteraient d’être le complice du « crime organisé », responsable de tant de déchéance et de  » violences physiques, sexuelles, psychologiques, sociales que subissent les prostituées.:##:

Mais on ne peut RIEN refuser à Popaul

C’est lui qui dicte sa loi: « L’homme est le seul animal qui a sa queue devant lui et qui passe sa vie à courir après », comme le dit ce célèbre journaliste

Un frustré? Non, juste un criminel !

… » Le vendredi 27 janvier 2012, un drame intrafamilial s’est produit au Port. Un homme de 21 ans, qui se disputait avec sa compagne, a tué son bébé de trois mois en la projetant violemment au sol.

« Un homme, en colère contre sa femme tue son bébé en le projetant par terre avec une violence inouïe. Cela s’est passé ce vendredi 27 janvier 2012 au Port, dans notre île. Cette triste réalité n’est pas un hasard chez nous. En effet, la violence est le lot du quotidien de certaines de nos familles.

Nous ne pouvons plus admettre de tels comportements dans notre société réunionnaise, où la violence règne en maître mot comme règle d’éducation et où les effets insidieux sont nombreux.

Toutes les études psychologiques et sociologiques démontrent que la violence physique s’exprime quand une personne se sent menacée, frustrée et quand la parole ne suffit plus pour communiquer »…

http://reunion.orange.fr/news/reunion/europe-ecologie-dit-stop-a-la-violence,614606.html