« Personne ne parle de l’excision: en France plus de 50 000 femmes sont excisées. »

Excisions

(Photo d’excision, non contractuelle).

———-

« Binta DIALLO a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 94 131 signataires. ..

Aujourd’hui, que ce soit à l’école, dans les familles ou dans les médias, personne ne parle de l’excision. Et pourtant en France plus de 50 000 femmes sont excisées. Combien seront-elles demain ?
Pour éviter que ce chiffre n’augmente, il est temps d’en parler et briser ce tabou. Il est temps de sensibiliser toutes les jeunes filles aux mutilations génitales féminines »…(Extrait).

https://www.change.org/p/excision-brisons-le-tabou-parlons-en-%C3%A0-l-%C3%A9cole?source_location=update_footer&algorithm=curated_trending&grid_position=3

******************************************

Et couper les testicules des mecs pour contrôler leur libido, c’est prévu pour quand ?  (Avec conservation de sperme pour la reproduction).

Une pétition pour autoriser le port d’arme aux compagnes/femmes/ex, d’individus violents ?

Pouvoir dire NON!.JPG

Beaucoup trop de femmes ne peuvent pas quitter leur mari/compagnon violent qui les menace de mort et les terrorise de mille façons

J’ai  moi-même dû TOUT abandonner derrière moi pour rester vivante, après avoir frôlé la mort/maritale à plusieurs reprises: enfants (Si je les prenais avec moi, mon ex-mari les tuait), maison, pays, amis, job…

Le commissaire de la police judiciaire de l’époque n’a rien pu faire !

La société hypocrite et lâche où règne la domination* masculine, – religieuse *et sociétale*-  feint de ne pas savoir qu’une femme ne possède pas la même force physique qu’un mâle, pour se défendre

Et n’a pas fini de regarder passer l’infini défilé de cadavres de femmes tuées par leur mari/conjoint…

A la… prochaine(!), donc ?

Pour ne pas être tuée de 66 coups de couteau à 30 ans: garder un révolver sous l’oreiller ?

La tombe

 » A 30 ans, tuée de 66 coups de couteau »…

http://www.20minutes.fr/lyon/1814499-20160327-loire-jeune-femme-tuee-66-coups-couteau-sorbiers

********************************************

Garder un revolver sous l’oreiller?

Et encore et toujours le ratage marital d’un pseudo suicide ?

« La nouvelle a éclaté comme une bombe, au journal télévisé de vingt heures, hier. Un mal d’origine inconnue, sévit uniquement chez les humains de ‘race’ mâle. »

soleil noir (2).jpg

« La nouvelle a éclaté comme une bombe, au journal télévisé de vingt heures, hier. Un mal d’origine inconnue, sévit uniquement chez les humains de ‘race’ mâle. Cette maladie épouvantable a pris naissance dans les Emirats et des cas ont fait leur apparition en France, en Allemagne, en Italie et en Amérique du nord.

On a bien tenté de dissimuler quelque temps cette information pour ne pas affoler les populations, mais le mal se propage à une telle allure que l’on compte déjà des dizaines de morts.

En fait, le sujet mâle commence par ressentir une grande fatigue physique qui va en empirant chaque jour. Au bout de quelques semaines, il voit ses cheveux blanchir peu à peu et son corps tout entier vieillir comme en accéléré. Pendant cette période, le malade attrape toutes sortes d’infections, car son système immunitaire devient incapable de fonctionner. Six mois plus tard, il disparaît phagocyté par toute la flore microbienne et virale, qui a dynamiquement envahi son corps prématurément vieilli. En résumé, son horloge génétique se détraque et son système immunitaire tombe en panne.

Alarmés, de gros industriels américains lancent aussitôt des programmes de recherche financés par des budgets faramineux. Certains de ces nababs se regroupent et font construire en urgence, une sorte d’immense cloche transparente où ils installent tout ce qu’il est nécessaire à la vie en autarcie.

Aucune femme ne veut les suivre dans leur prison dorée. Chacun son tour !

Le mal continue à se propager. La télé, les quotidiens, les hebdomadaires, le monde des arts et des lettres, les usines, les rues, les supermarchés, les moyens de transport, se vident de la « race » mâle. Comme la nature a horreur du vide, ce sont les femmes qui s’installent à sa place, et ma foi, avec beaucoup de bonheur.

On entre jour après jour, dans un univers de femmes. On ne voit plus de prêtres, de pasteurs et autres imams, qui se croyaient autorisés à gouverner le sexe, le ventre et la vie des femmes. Dans les rues, on ne croise plus de Foulards Islamiques ni de Bonnes Sœurs. Les églises, les temples et autres mosquées, ferment leurs portes faute de pratiquants. Les femmes ont toujours su que la morale existe hors des religions et que l’énergie créatrice les rassemble, alors que les croyances et les dogmes, finissent toujours par les séparer. Les sex-shops font faillite et les revues pornos s’entassent dans les rayons spécialisés, avant de finir à la poubelle. Il n’y a plus de militaires et les casernes,… vides(!); elles se transforment en centre d’éducation et de formation. On ne trouve pas de femmes assez débiles, même parmi les plus revanchardes, les plus agressives, les plus perverses, pour aller prendre la relève des mâles décimés par la maladie. Elles savent, elles, le prix de la vie puisqu’elles la fabriquent pendant neuf longs mois. On assiste à l’émergence d’Assemblées Laïques qui se tiennent dans des Maisons de Quartier. Chacune peut débattre, là, des problèmes de la famille, de l’éducation des enfants, du respect d’autrui, de l’environnement, des prix…

Les partis politiques n’existent plus, privés de leurs grands prêtres et de leurs supporters sectaires. Ce qui permet aux Maisons de Quartier de se structurer de plus en plus et de trouver des solutions pratiques et adaptées, aux problèmes de l’habitat, de la scolarité, de la voirie, de la justice…

Les prisons se vident aux trois-quarts et le budget qui y était consacré sert désormais à la formation des petites filles et à la réinsertion, effective, des détenues.

Sur toute la planète les femmes tout d’abord incrédules et désarçonnées par tant de liberté, tant de pouvoir créateur désormais entre leurs mains, commencent à s’organiser pour se construire un Univers de Femmes, c’est-à-dire une famille, un quartier, une ville, un pays, où elles participent activement, pleinement et intelligemment à toutes les décisions, a toutes les réalisations à quelque niveau que ce soit, et dans tous les domaines. Il n’y a plus de modèle mâle à singer. Elles ne vivent plus par procuration. On fait désormais appel à la compétence et non plus au pouvoir du fric et de la magouille.

Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, peu de temps après, une biologiste réussit à féconder un ovule de femme avec un autre ovule féminin et obtient bien sûr, une petite fille. Plus de risque désormais, de mettre au monde un petit mâle, avec le recours, ces derniers temps, à la banque de sperme. Pendant des siècles, on avait sacrifié des bébés-filles, non désirées par leur père. La nature s’était chargée d’inverser le cours des choses, à l’avantage des petites filles cette fois ; juste retour des choses !

La planète s’est comme apaisée peu à peu, mêmes les routes deviennent moins meurtrières, plus vivables. Les femmes ayant voté la limitation mondiale de la vitesse à quatre-vingts km/h, tous les efforts des constructrices se concentrent désormais sur le confort et la sécurité.

Les guerres ont cessé… faute de combattants! Le colossal budget de la défense, désormais obsolète, sert à financer les crèches « quatre étoiles » et des quasi-palaces pour personnes âgées. Ce budget a aussi fourni des capitaux pour construire des théâtres, des piscines, des parcs d’attraction gratuits.

À quelques rares exceptions, les femmes jouissent de leur nouvelle vie sans regretter la disparition, massive, de la « race » mâle. La majeure partie d’entre elles a jusqu’à oublié leur existence parquée à l’intérieur des bulles de survie, qui se sont multipliées… en vain: la mort l’a suivie jusque-là!

Des savantes se sont penchées sur ce terrible mal et ont rendu public leurs observations. Apparemment, aucun microbe, virus, rétrovirus ou même énigmatique prion, n’est la cause de cette maladie. Le fait même d’appartenir à la « race » mâle, implique que l’on est porteur d’un patrimoine génétique, capable de programmer ce mal. Et le gène récessif, responsable de la maladie, jusque-là en sommeil, a été réactivé par un facteur bien précis. Les savantes émettent l’hypothèse suivante : quand un organisme met en péril la survie d’un autre organisme, le premier finit par disparaître, parce qu’il est incapable d’adaptation, seulement de domination. Si la nature laissait faire les dominants, la richesse et la variété de la vie sur terre disparaîtraient au profit d’une seule et unique espèce.

Pendant que la « race » mâle s’éteint un peu partout dans le monde, les cités des femmes prospèrent. Toutes les lois sur l’immigration sont abrogées. Il y a du travail pour toutes celles qui s’investissent dans un métier. Celles qui préfèrent s’occuper de leurs enfants reçoivent un salaire confortable, jusqu’à ce que l’enfant ait atteint l’âge de trois ans.

Bref, les femmes conjuguent leurs efforts pour arriver à construire une planète féminine, un univers de femme, sans frontières, sans barrières de couleur, de nationalité ou de croyances et dans le respect scrupuleux de l’autre. Chaque mère, chaque éducatrice, insiste jour après jour, pour que chaque petite fille assimile et intègre à sa vie la notion suivante : « je ne suis pas obligée d’aimer autrui, mais pour survivre sur cette planète, je suis absolument obligée de le respecter. »

Des dizaines d’années s’écoulent. La « race » mâle n’est plus qu’un mauvais souvenir, qui remonte à la surface à l’occasion de la consultation d’archives ou de vieux albums de famille. On a construit des musées ou des conférencières racontent aux nouvelles générations de filles, la vie de leurs grand-mères. Grâce aux documents conservés, elles découvrent avec horreur et incrédulité, l’existence passée de conditions de vie fémininement liberticides, de pères violeurs, de maris fouettards de filles voilées jusqu’aux yeux ou mutilées dans leur sexe ou encore lapidées et victimes de crimes dits d’honneur, de féminicides, de la haine religieuse de l’Irlande, du Liban, des intégristes…

Chacune sait que l’histoire est un éternel recommencement. Un jour, dans une assemblée de quartier, quelques femmes soulèvent le cas du sperme conservé dans l’azote liquide depuis des lustres. Bientôt la question se pose à l’échelle de la planète. Que faut-il faire de cette semence, stockée dans la réserve mondiale, même pas …gardée d’ailleurs ! Une majorité de femmes veut la détruire. À quoi bon conserver ce produit devenu obsolète, puisque depuis des décennies on fabrique des petites filles par fécondation d’ovules.

Une « Assemblée Mondiale des Femmes de la Terre », regroupant les responsables de toutes les grandes villes de la planète, se tient à Paris. Pendant des jours et des jours, les porte-parole de chaque grande ville argumentent à tour de rôle, leur point de vue. Deux grands courants se dessinent, les pour et les contre, avec quelques indécises. Il est décidé que toutes les interventions faites à l’Assemblée Mondiale, seront retransmises à la télé et à la radio, à l’échelle planétaire. Un référendum aura lieu six mois plus tard, scellant définitivement, le sort réservé au sperme « congelé ». Pendant cette période d’attente, des discussions passionnées se tiennent dans la rue, au bureau, au sein des familles qui regroupent souvent quatre générations de femmes. Aucune d’entre elles ne manque les retransmissions des discussions télévisées. Ce soir, une jolie rousse, d’une quarantaine d’années, ouvre le débat.

– Vous savez que les mêmes causes produisent les mêmes effets dit-elle. Avec le retour de la « race » mâle, nous rentrerons dans une époque de glaciation avec le gel de toutes nos libertés. Liberté de penser, de travailler, de gérer notre ventre, notre vie … Nous perdrons à nouveau notre identité, pour rentrer dans le moule fabriqué par le père,le mari, la religion, la société mâle. On assistera de nouveau à la « désertification des femmes », dans les médias, dans les assemblées qui nous gouvernent, dans les postes de direction des administrations et des entreprises… On verra partout le retour des chefs. Les guerres « refleuriront » ici et là, ainsi que les viols, incestes et violences de toutes sortes. C’est çà que vous voulez ? C’est d’une vie pareille dont vous rêvez ?

Une toute jeune fille lève le doigt et prend la parole.

– Je sais, mes propos ne vont pas m’attirer beaucoup de sympathie, mais tant pis. Je n’ai pas connu l’époque où la « race » mâle régnait en maître sur la planète et je ne suis peut-être pas objective. Cependant, ne pensez-vous pas que l’opposition franche, massive et radicale des femmes aux lois qui les opprimaient, aurait pu dévier le cours de l’histoire ?

Une mamie qui mordille sa branche de lunettes, intervient.

– Si je résume vos interventions, le mâle est “chromosomiquement” enclin à dominer et asservir la femme et celle-ci est viscéralement portée vers la passivité masochiste. La solution serait donc la destruction totale du stock de sperme « congelé », afin que l’histoire ne se répète pas.

– J’ai bien une solution à vous proposer, dit une petite voix fluette. La « race » mâle a réussi au cours des siècles, à façonner par différents moyens, une femme conforme à ses besoins. Il n’y a qu’à copier l’idée. Fabriquons non plus un mâle, mais un… homme(!) correspondant à nos désirs. Nous avons bien une banque de sperme archivée ? Lançons un vaste programme de recherches, afin d’obtenir un spermatozoïde débarrassé des gènes qui ont causé notre perte et conséquemment la leur. Si nos savantes réussissent à créer un spermatozoïde totalement « inoffensif » pour les femmes. Nous devrons quand même attendre la disparition totale des témoins et des victimes de l’époque pendant laquelle vivait la « race » mâle, avant de créer le petit « Homme Nouveau ».

– Mais pourquoi attendre ? demande une adolescente toute menue.

– Pourquoi ! S’exclame la mamie qui était déjà intervenue. Pour que la « race » mâle ne fasse plus jamais son apparition sur la terre. Non ! Jamais plus. Il ne faut pas oublier que nous sommes aussi, le résultat de notre milieu familial et de notre éducation.

Les nombreuses interventions retransmises à la télé, font le tour de la question. Le référendum a lieu.

Cinq ans plus tard, la Planète des Femmes fête la naissance du premier petit Homme Nouveau. Neuf mois après la disparition de la dernière femme témoin de l’époque révolue.

Le chant répétitif et proche d’une tourterelle me sort de mon lourd sommeil. Je réalise que j’émerge d’un long rêve touffu. Tout ce grand chambardement n’a probablement aucune chance de se produire un jour. Pourtant l’espace d’un instant j’avais cru à sa réalité : un vrai bonheur !

Ekseption, toujours réveillé le premier, m’a préparé un thé au lait délicieux, comme lui seul en a le secret.

– Je suis d’une humeur de bouledogue, lui dis-je, avant d’entamer les câlins du matin.

Il me regarde d’un air tendre mêlé d’un soupçon de malice. J’explique à sa place.

– C’est ça ! C’est sûrement les hormones !

Il évite de me demander, à quoi j’ai rêvé, comme il le fait chaque matin.

– Je vais courir dans la forêt avec la chienne dit-il quelques instants plus tard, mettant un point final aux retrouvailles matinales.

J’en profite pour faire passer et repasser la « vidéo » de mon rêve nocturne, la tête enfouie dans l’oreiller d’Ekseption. »…

(Chapitre X du « Père-Ver » paru en 2000 et épuisé).

“Des femmes” irréductibles, contre la dictature du phallus »

Un pnis de... glace !

(Capture d’écran perso, non contractuelle).

———

« C’est important que des femmes écrivent, car les femmes ne se voient pas comme les hommes les voient», dit Michèle Idels, qui a vu naître la maison d’édition…

…les femmes sont peu présentes dans les programmes scolaires. Michèle Idels estime quant à elle que «la haute culture académique est complètement misogyne».

C’est ce qu’Antoinette Fouque nomme «l’impérialisme du phallus», un concept qu’elle a employé pour expliquer la misogynie d’un monde dicté par un «Universalisme monosexué à tous les niveaux, économique, sexuel, politique et symbolique» («Si c’est une femme», 1999). C’est d’ailleurs le thème du prochain livre qui sort en avril de la maison, tout simplement intitulé «l’Impérialisme du phallus». Roger Dadoun, Jean-Joseph Goux et Laurence Zordan reviennent sur ce concept matriciel de l’anti-patriarcat. Pour Michèle Idels, c’est «le plus long et le plus universel des impérialismes, et le moins attaqué sans doute»…(Extrait).

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20160324.OBS7089/des-femmes-ces-irreductibles-qui-luttent-contre-la-dictature-du-phallus.html#xtor=EPR-1-%5BObsActu8h%5D-20160327

************************************

A maintes reprises, il m’est arrivé d’entendre des femmes employer le mot ‘race’ en parlant du sexe mâle

Je dois avouer que j’ai aussi pensé que c’était un peu comme une autre race*, avec des caractéristiques bien spécifiques  -*yeux bridés des Chinois, peau ‘noire’ des Africains, blondeur nordique, etc-  dont la plus saillante, si on peut dire, est cette ‘identité’ qui se ramène toujours au …pénis, omniprésent, avec ou en dehors de leur plein gré !

« C’est important que des femmes écrivent, car les femmes ne se voient pas comme les hommes les voient»

C’est sûr !!! On pourrait même dire que beaucoup trop d’entre eux n’y ‘voient’ que des… latrines à sperme, mises à leur disposition par le  Créateur/Grand Architecte/Nature ?

Une autre ‘race’ …dominatrice et dominante -esclavagiste?-  ?  « La physiologie des hommes définit la plupart des sports, leurs besoins définissent la couverture de l’assurance auto et de l’assurance santé, leurs biographies socialement construites définissent les attentes du monde du travail et les profils de carrières prospères, leurs points de vue et leurs préoccupations définissent la qualité dans le système de bourses d’étude, leurs expériences et obsessions définissent le mérite, leur objectivation de la vie définit l’art, leur service militaire définit la citoyenneté, leur présence définit la famille, leur incapacité à s’entendre les uns avec les autres -leurs guerres et leurs règnes – définit l’histoire, leur image définit Dieu, et leurs organes génitaux définissent la sexualité. »  (Catharine MacKinnon, Difference and Dominance: On Sex Discrimination,1984   http://femcitations.wordpress.com/ )

Sans oublier leur ‘confort’ domestique qui définit, les travaux ménagers réservés aux femmes, et leur besoin de descendance qui définit la reproduction féminine…

Et « Tant qu’elles ne le feront pas, tant qu’elles ne chercheront pas à se comprendre aussi passionnément et aussi profondément qu’il se peut dans leur différence d’avec les hommes et tout d’abord exclusivement dans cette différence -, en utilisant à cette fin, scrupuleusement, les moindres indices de leur corps comme de leur âme, elles ne sauront jamais avec quelle ampleur et quelle force elles peuvent s’épanouir, en vertu de la structure propre à leur essence, et combien, en fait, les frontières de leur monde sont vastes. » (Kiki Smith )

…TELLEMENT vastes…

Et quel serait, actuellement,  le destin terrestre des femmes, accompli SANS la moindre incidence  néfaste relative à la dictature du Phallus ?

Déjà, on n’aurait pas eu à subir le joug fémininement ‘esclavagiste’ et les dégâts collatéraux infinis des religions misogynes, toutes, inventés par des mecs…

Le « vivre ensemble »de Tariq *Ramadan: *celui du « moratoire » sur la lapidation ?

Arte ce jour..lynchage pour fornication hors mariage au Pakistan

(Capture d’écran sur Arte:  lapidation pour fornication hors mariage. Photo non contractuelle)

————

VIDÉO. Pour Alain Juppé, « Tariq Ramadan n’est pas le bienvenu à Bordeaux »

http://www.huffingtonpost.fr/2016/03/26/video-alain-juppe-tariq-ramadan-pas-bienvenu-bordeaux_n_9549934.html?utm_hp_ref=france

**************************************************
« 21 novembre 2003 PROPOS INADMISSIBLES DE TARIQ RAMADAN SUR LA LAPIDATION DES FEMMES

…Mais Nicolas Sarkozy accroche surtout Tariq Ramadan sur la lapidation des femmes, lui demandant de prendre position publiquement sur cette pratique particulièrement barbare.

Et là, Tariq Ramadan bafouille, explique qu’il n’a pas vraiment écrit cela mais seulement préfacé un livre sur le sujet, qu’il « n’est pas tout seul », que si cela ne tenait qu’à lui…
Il déclare, avec un demi-sourire indécent, qu’on est en présence d’une problématique difficile, et qu’en ce qui le concerne, il considère la lapidation des femmes comme un châtiment aujourd’hui « inapplicable », à propos duquel il préconise l’instauration d’un e temps que le monde islamique tranche définitivement, si on ose dire, sur la chose.

« Inapplicable », « moratoire » ? Pour Ramadan, ces pratiques barbares relèvent d’une discussion technique, méritant qu’on les aborde avec un vocabulaire technique et non moral.

Mis à mal par un Sarkozy jubilant d’avoir « débusqué » le « double discours » de celui qui se présente comme un modéré, Tariq Ramadan tente alors de se rattraper aux branches, de la pire façon qui soit.

Il déclare que certes, à titre personnel, il condamne fermement de telles pratiques mais qu’il lui faut bien, n’est-ce pas Mesdames et Messieurs, tenir compte de l’avis du reste de l’humanité musulmane, des centaines de millions de femmes et d’hommes par conséquent, qui ne seraient pas aussi civilisés que lui-même.

En substance : « Pour faire évoluer ma communauté, je dois bien lui faire quelques concessions, et mon discours passe mieux si je me contente de réclamer un moratoire »…(Extrait). http://www.europalestine.com/article.php3?id_article=922&lang=fr

Quoi d’autre ?

« Hani Ramadan frère de Tariq Ramadan,  réside à Genève où il dirige le Centre islamique de Genève. Il s’est fait remarquer après avoir publié un article dans le journal Le Monde sur la Charia dans lequel il dit sur la lapidation que « Elle constitue une punition, mais aussi une forme de purification. » Tariq Ramadan s’est à plusieurs reprises distancié des propos de son frère. »…(Extrait). https://fr.wikipedia.org/wiki/Tariq_Ramadan

Dont act

Un peu plus loin: « Ramadan précise, d’emblée, que « l’islam n’a pas de problème avec les femmes » https://fr.wikipedia.org/wiki/Tariq_Ramadan

Mais les femmes ont de gros problèmes de liberté, de respect de leur identité propre, de justice et d’égalité des droits HUMAINS…fondamentaux, concernant l’islam ? (‘Prison de toile’ fortement conseillée ou exigée , liberté surveillée, conditionnée ou confisquée, sexualité maritalement imposée, droit de vie et de mort du mâle au nom du « crime d’honneur », etc, etc…)

« Tariq Ramadan est entre autres vivement critiqué par des intellectuels et hommes politiques français et organisations de droite comme de gauche. Lui sont reprochés un « double langage », des ambiguïtés — notamment sur les droits des femmes — qui masqueraient son fondamentalisme, ou des propos antisémites (cf. la polémique sur les « nouveaux intellectuels communautaires »). Ces critiques vont de l’extrême-gauche à la droite : Lutte ouvrière, Bernard Cassen (Attac), Max Gallo, Manuel Valls (PS), Alexandre del Valle (UMP), des organisations féministes comme Pro-choix, etc. Une analyse détaillée se trouve dans un documentaire de France Culture, Sur les docks intitulé « Tariq Ramadan et son Double »[56], et animé par Caroline Fourest.

T. Ramadan est défendu par d’autres personnalités »…(Extrait). https://fr.wikipedia/Tariq_Ramadan

On a même vu en France, des « personnalités »(!) défendant…l’ INCESTE !!!

 -Secrétaire nationale du PRG et présidente de l’Observatoire de la Laïcité du Val d’Oise.

Monsieur Alain Juppé, Tariq Ramadan vient chez vous, réagissez!

Monsieur le Maire,

Tariq Ramadan, après avoir participé au congrès de l’Union des organisations islamiques de France (1) à Paris et au RAMN de Lille en février dernier, a été invité à donner des conférences à Orléans, Perpignan et le Blanc-Mesnil ce mois-ci.

Le prédicateur connu de tous les experts pour la dangerosité de son discours, et qui multiplie les provocations publiques à l’encontre de notre pays, de notre État, de nos Institutions (2) sera chez vous, dans votre ville de Bordeaux, le 26 mars prochain.

Non content d’exciter chez les jeunes un sentiment d’injustice extrême qui les pousse sinon vers la violence, du moins vers la haine de notre société (3), il vient d’annoncer très officiellement son admission à l’Union mondiale des savants musulmans. Son ami et maître à penser Youssef Qaradawi, qui en est le dirigeant, est recherché par Interpol. Il plaide pour la conquête musulmane de l’Occident, justifie les attentats suicides et le meurtre des musulmans apostats, décrit la mosquée comme une institution politique où les participants sont mobilisés pour le djihad, présente Hitler comme un envoyé d’Allah venu punir les Juifs, entre autres prises de position. Ces propos sont incompatibles avec notre vision de la République. Tariq Ramadan déclare pourtant qu’il « éprouve un profond respect pour l’homme et le savant » et qu’il serait « le dernier à s’en cacher ».

Comment ne pas être profondément inquiet à l’idée qu’il continue d’écumer notre territoire qu’il a contribué à réislamiser à la manière politique des Frères musulmans depuis plus de vingt ans?

Lors de son précédent passage dans votre ville, en compagnie du sociologue Edgar Morin, l’intégralité des bénéfices qu’ils avaient générés avait été reversés à la sulfureuse et opaque association « humanitaire » BarakaCity – association qui a pu déployer des antennes dans de nombreux pays avec un budget de 16 millions d’euros en seulement trois ans, et qui efface les visages des femmes sur son site de présentation.

Avez-vous eu connaissance de cette énième conférence du prédicateur suisse? Etes-vous informé de la dangerosité du discours de Tariq Ramadan et des Frères musulmans?

Monsieur Juppé, vous briguez une investiture aux primaires de la droite, qui pourrait vous porter aux plus hautes fonctions de l’Etat. La principale charge du Président de la France est d’assurer la stabilité de la République et son rayonnement. Vous êtes attaché à la laïcité. Or Tariq Ramadan s’emploie à la déconstruire méthodiquement.

La laïcité et la défense des principes et valeurs républicains sont l’un des enjeux principaux des échéances de 2017. Notre pays ne peut être laissé en pâture aux populismes qui les dénaturent pour séduire des Français désemparés sur ces questions et dramatiquement déçus par les promesses de campagne non tenues et l’inaction, voire la complicité de certains élus.

Malgré les signaux d’alerte des dernières échéances électorales et les grands discours de mea culpa le soir du 13 décembre, rien n’a changé.

Un nouvel aveu de faiblesse d’une personnalité politique de premier plan tel que vous sera immanquablement vécu comme un renoncement, et il sera trop tard, dans un an, pour regretter d’avoir livré notre pays, avec la complicité de beaucoup d’autres, aux mains de ceux qui nous feront revivre les heures les plus noires de notre histoire et dont le projet sociétal est la claustration des femmes sous les voiles et la fragmentation de notre communauté nationale en une multitude de communautés irréconciliables.

L’un des plus grands ennemis de notre République s’apprêtant à porter un coup supplémentaire à notre socle commun, l’occasion vous est donnée de faire la démonstration de votre courage, de votre fermeté, et de votre conscience des responsabilités qui seront peut-être les vôtres, sous peu.

Aimé Césaire disait qu’un « peuple qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir ».

Les Français n’ont pas oublié le sang et les larmes versés depuis les tueries de Mohamed Merah jusqu’à celles de Paris. Ils sont de plus en plus nombreux à prendre la mesure de la dimension idéologique qui préside à nos malheurs et à réclamer que Tariq Ramadan, notamment, perde en puissance nocive. Soyez à leur côté.

Prononcez-vous. Ne restez pas dans ce silence qui porte un tort considérable aux élus qui se taisent, hypnotisés par l’oeuvre marketing des Frères musulmans. Le prédicateur Ramadan, qui a usurpé titre et réputation, ne doit pas pouvoir intervenir à Bordeaux comme le font d’authentiques intellectuels et scientifiques. »

http://www.huffingtonpost.fr/laurence-marchand-taillade/monsieur-alain-juppe-tariq-ramadan-_b_9520902.html

Ce qui est difficile à gober et surtout à…ACCEPTER(!!!)  en France -et en Europe- concernant les religions, c’est que de leur côté elles …OSENT (!!!) TOUT, et que du côté des Etats, on en est toujours à …s’abriter(!) derrière le respect des…LOIS qui se foutent pas mal du mauvais sort réservé aux femmes en tant que femmes, aux homosexuels et autres ‘divergents’ sexuels !!! (La ‘divergence’ des femmes qui utilisent leur sexe comme bon leur semble conformément aux  Droits Humains, y compris) 

Pareil, concernant la barbarie des djihadistes: ils font de la chair à pâtée et des mutilés avec des centaines de personnes, mais ils bénéficient ensuite  d’un traitement…humain(!) et des…Droits HUMAINS(!!!) , par ailleurs !

Et cerise sur la barbarie: même pas de peine de mort à redouter !!!

« Ça va, Jeanne d’Arc, descend de ton cheval » (Les mésaventures de M. L P au canada)

Par Estelle Gross- Journaliste

… »Le fiasco », « le flop », la « cabale »… les articles sur le déplacement de Marine Le Pen au Canada, qui s’est achevé jeudi, se suivent et se ressemblent.

Les hommes politiques et la presse canadienne n’ont pas été plus tendres avec elle. Le cabinet du Premier ministre québécois, Philippe Couillard, a assuré qu’il ne rencontrerait pas la présidente frontiste. Un député du Parti québécois (PQ), Bernard Drainville, lui a conseillé à la radio de rentrer en France :

« Elle devrait débarquer de l’avion et rembarquer illico, retourner chez elle ».

Quant aux militants du même parti, qui avaient sollicité une rencontre avec la candidate à la présidentielle, ils ont été désavoués par la direction du PQ quelques heures plus tard.

On pourrait citer également les deux annulations des hôtels de Montréal où devaient se tenir ses points presse, ainsi que l’éditorial sanglant de « La Presse » après les propos de Marine Le Pen sur l’immigration. Le quotidien lui a lancé :

« Ça va, Jeanne d’Arc, descend de ton cheval. »…(Extrait).

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20160324.OBS7124/marine-le-pen-au-canada-son-ex-conseiller-fustige-son-inculture-internationale.html#xtor=EPR-1-%5BObsActu8h%5D-20160326

*********************************

« Qu’elle devienne présidente ? C’est justement la crainte d’Aymeric Chauprade : »Tout cela préfigure ce que serait l’amateurisme du FN au pouvoir : la vulgarité et l’inculture de Trump pour accroître un peu plus les tensions dans le monde ».

Eh bé ! Excusez-le du… ‘peu’  !