Idéal de liberté religieuse…

 » Le Bouddhisme Theravada est la religion de plus de 90% des Thaïs, et influence fortement la vie de tout les jours.

Le Bouddhisme est apparu en Thaïlande durant le 3ème siècle av. J.-C., à Nakhon Pathom, le site du monument bouddhiste le plus grand au monde, après que l’empereur Indien Bouddhiste Asoka (267-227 ap. J.-C.), envoya des missionnaires en Asie du Sud-est pour propager une foi nouvellement établie.

En plus d’une référence morale, donnant une cohésion sociale et offrant un secours spirituel, le Bouddhisme a engendré un élan artistique incomparable. De même que les cathédrales médiévales en Europe, les innombrables temples à toits multiples ont inspiré une création artistique majeure.

Une autre raison de la force du Bouddhisme est qu’il y a peu de familles Thaïes Bouddhistes ayant un membre masculin qui n’ait pas étudié les enseignements de Buddha dans un monastère. C’est une longue tradition locale, que les hommes Bouddhistes de plus de vingt ans, effectuent au moins une fois dans leur vie un passage de 5 jours à 3 mois en tant que moine dans un monastère. Cela a lieu souvent à la Retraite annuelle des Pluies (appelée aussi carême bouddhique), une période de trois mois durant la saison des pluies pendant laquelle tous les moines renoncent au voyage et restent à l’intérieur de leur temple, et se consacrent aux études et à la méditation.

Au delà des communautés monastiques, les temples Thaïs ont traditionnellement servi à d’autres fins, comme hôtellerie du village, comme agence d’information et d’emploi, comme école, hôpital, dispensaire, et centre de la communauté, afin d’avoir des rôles vitaux dans la société Thaïlandaise.

Les Thaïs ont toujours adhéré à l’idéal de la liberté religieuse. Ainsi, des minorités de Musulmans, Chrétiens, Hindous et Sikhs poursuivent librement leur foi.

Au delà des communautés monastiques, les temples Thaïs ont traditionnellement servi à d’autres fins, comme hôtellerie du village, comme agence d’information et d’emploi, comme école, hôpital, dispensaire, et centre de la communauté, afin d’avoir des rôles vitaux dans la société Thaïlandaise.

Les Thaïs ont toujours adhéré à l’idéal de la liberté religieuse. Ainsi, des minorités de Musulmans, Chrétiens, Hindous et Sikhs poursuivent librement leur foi ».

Guide Thaïlande

La femme en Thaïlande ?

Michel Picavet

 » Professeur à l’EDHEC, chef de projet Asie, conférencier à ABAC, auteur de plusieurs articles sur la Thaïlande dans les revues Péninsule et Journal of ABAC. Source: Gender and Development Research Institute.

…« De l’époque du roi Naraï à aujourd’hui, les femmes thaïlandaises ont progressivement acquis davantage de droits, même si beaucoup reste à faire. Michel Picavet, professeur à l’Edhec, analyse pour Gavroche cette évolution, dans le premier volet d’une série d’articles consacrés au rôle économique et social de la femme dans la très forte croissance du pays.
A travers l’histoire du royaume de Thaïlande, les femmes ont toujours tenu une position sociale inférieure aux hommes: tâches ménagères, éducation des enfants, satisfaction des besoins du mari à son retour du travail, gestion du budget familial… L’influence des enseignements brahmaniques rend évident l’inégalité des statuts de l’homme et de la femme, inégalité qui repose sur les codes hindouistes auxquels se sont ajoutés l’enseignement bouddhiste. Ceci a entraîné l’adoption progressive du concept patriarcal, basé sur l’autorité du père, et favorisé la polygamie alors que les femmes ne pouvaient avoir plusieurs hommes. Cela a aussi influé sur le statut des enfants qui étaient soumis à l’apprentissage de leur rang. Selon les normes et lois sociales, les femmes étaient considérées comme propriété de leur mari et soumises à leur domination.

Le souverain Rama IV (1851-1868) introduisit un code juridique qui interdisait aux hommes de vendre leur femme sans leur agrément. Par ailleurs, une femme pouvait choisir son propre mari après sa majorité. Rama V abolit l’esclavage et donna plus de pouvoir aux femmes. Rama VI se fit l’avocat de la monogamie, mais ceci influença peu les coutumes. En 1932, la polygamie fut abolie mais beaucoup d’inégalités étaient maintenues dans la pratique, la loi reconnaissant toujours l’homme comme le chef de famille. La participation de la Thaïlande dans le concert des nations et dans les organisations internationales, après 1945, a poussé le pays à ne plus ignorer les droits des femmes »…

Pour lire TOUT l’article passionnant http://www.gavroche-thailande.com/actualites/societe/158-thailande-le-statut-de-la-femme-un-long-chemin-vers-l-egalite

*****************************************************************************************

Je vous en dirai plus demain: je les rencontrerai… pour de vrai 😉

Violeur à 11 ans…

(AFP)

 » Un garçon de 11 ans a été mis en examen jeudi à Versailles pour le viol d’une fillette de 6 ans, sa soeur de 12 ans pour complicité et leur mère de 45 ans pour « non dénonciation de crime sur mineur et destruction de preuves », a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Le parquet de Versailles a placé jeudi le garçon et sa soeur dans un foyer. Soupçonnée d’avoir protégé son fils en faisant disparaître des preuves, la mère a été laissée libre mais placée sous contrôle judiciaire, a expliqué à l’AFP une source judiciaire, confirmant des informations du Parisien.

Le parquet de Versailles a désigné un juge d’instruction, a précisé cette source.

La mère de la victime a déposé plainte, selon une source proche du dossier.

Les faits se sont déroulés entre le 19 septembre et le 1er octobre à La Verrière (Yvelines) dans un appartement où la fillette s’est rendue pour jouer avec une copine, selon cette source.

La fillette a affirmé aux enquêteurs avoir été violée par le garçon pendant que sa soeur la tenait pour l’empêcher de se débattre, selon la source judiciaire.

Leur mère aurait ensuite lavé la fillette, jeté certains de ses effets pour effacer les traces et lui aurait dit de ne rien dire, a ajouté cette source. Les examens médicaux sur la victime ont apporté un résultat « compatible » avec un viol, d’après cette source.

Lors de son audition, le jeune garçon a reconnu un acte assimilé à un viol, mais sa soeur et sa mère ont nié les faits qui leur sont reprochés, a ajouté cette source.

L’enquête a été confiée à la brigade départementale de protection de la famille ».

http://reunion.orange.fr/news/metropole/un-garcon-de-11-ans-mis-en-examen-pour-viol-sur-une-fillette-de-6-ans,609090.html

*****************************************************************************************

Quand la pornographie s’invite partout, ouvertement

Quand elle est banalisée

Peut-on encore s’étonner

Lorsqu’elle pète à la gueule de la société ?

Je suis tellemet en colère par le spectacle de ces vies gâchées…

Porno et sexualité des ados

Article de Marie-Christine Colinon, sur la page d’accueil d’ « Orange » :

[« Le porno influence-t-il leur sexualité?

Les filles disent leur dégoût et leur malaise; elles se sentiraient: « traumatisées », d’après l’enquête « Espad » de 2003 à l’échelon européen, concernant 16000 élèves.

D’après Mireille Bonierbale, psychiatre: « Le risque de la pornographie c’est que les images ne permettent pas à chacun de développer sa propre représentation, mais expose un modèle unique dans lequel l’affectif n’a aucune place: juste des faits « crus », des femmes soumises, des partenaires réduits à l’état d’objets. »

Selon Michela Marzano, philosophe :  » Les garçons reconnaissent que ces représentations ne sont pas respectueuses vis à vis des femmes; mais du coup, ils ont tendance à les classer en 2 catégories: les  » faciles » avec lesquelles on peut accomplir de tels actes et les autres, auxquelles, éventuellement, on s’attache sentimentalement. »

La journaliste précise: »Les jeunes explorent de plus en plus tôt,les pratiques « crues », fellation, sodomie,rapport à plusieurs. » ]

****************************************************************************************

Que restera-t-il de « ça », dans les futures vies de couple ?

Une adolescente( j’étais enseignante), m’a raconté que lors de sa première « expérience » sexuelle, son petit copain a tenté de lui coller son pénis dans la bouche, et tout excité, lui a « craché » à la figure!

« Bonjour tristesse ».

Se…Soulager !

En moyenne, un homme éjecte 250 millions de spermatozoïdes.
Un oursin…10 milliards !

Le spermatozoïde de l’homme VOYAGE à la vitesse de 30 cm , à l’heure
Celui du chimpanzé ? 70 cm à l’heure ! . Explication des scientifiques : comme la femelle du chimpanzé n’est pas fidèle, il a bien fallu prévoir une  » arrivée » plus rapide , sinon « ça » se bagarrerait ferme, au « portillon ».

Avis aux amateurs de caviar : ils mangent, en réalité, des OVULES !
Parfaitement: ces trucs n’ont pas encore été fécondés !
(Source le Magazine de la Santé)

[ Erwan Mentheour, ancien coureur cycliste, en sait un bout sur les effets plutôt raides du dopage ( « France Soir » , 20/7) :  » Les sportifs – et je ne crois pas que cela soit propre au cyclisme – ont une hyper-sexualité. En gros, on est en érection tout le temps. On a donc intérêt à se soulager le plus souvent possible !  »

« Lance- d’incendie » Armstrong ne dira pas le contraire ! ]
Source Le « Canard enchaîné » .

****************************************************************************************

On a bien lu :  » soulager  » ? Bien le bonjour à Madame !

La camisole de force conçue par des mecs !

(Source : le magazine  » L’Histoire « .)

 » Il y a cent soixante ans, la révolution de 1848 donne aux femmes, pour la première fois, la possibilité d’intervenir sur la scène publique. Au travers de journaux, pétitions, associations… Femmes célèbres, femmes du peuple, côte à côte, prennent la parole. Brève libération : les hommes confisquent bien vite cette parole révolutionnaire !

Un article de Michelle Perrot publié dans L’Histoire n°218 :

1792 : les femmes obtiennent l’égalité civile dans le mariage et le divorce.

1804 : promulgation du Code civil. Y prévaut un modèle de famille patriarcale où la femme est placée sous la dépendance de son mari.

1816 : le divorce est interdit.

1848 24 février : Louis-Philippe abdique à la suite de l’insurrection de Paris à laquelle les femmes prennent part. Un gouvernement provisoire proclame la IIe République.

2 mars : le suffrage « universel » masculin est adopté.

4 mars : la liberté totale de presse et de réunion est accordée ; les femmes prennent la parole aux côtés des hommes.

23-26 juin : « journées de Juin » une insurrection ouvrière éclate à Paris, provoquée par la fermeture des ateliers nationaux. Les femmes participent au soulèvement.

27 juillet : faisant suite à la répression de l’insurrection, l’Assemblée restreint l’activité des clubs ; un décret précise que la participation des femmes et enfants à un club ou à une réunion est interdite.

1884 : loi Naquet autorisant le divorce (pour faute).

1900 : le barreau est ouvert aux femmes.

1906 : Marie Curie est la première femme nommée professeur à la Sorbonne.

1920 : loi réprimant les pratiques anticonceptionnelles.

1936 : trois femmes entrent dans le gouvernement du Front populaire.

1940 : l’embauche d’une femme mariée est interdite dans la fonction publique.

1942 : une loi assimile l’avortement à un crime contre la sûreté de l’État.

1944 : une ordonnance accorde le droit de vote aux femmes.*

1965 : la permission du mari n’est plus exigée pour l’ouverture d’un compte en banque. Le mari ne peut plus s’opposer à l’exercice d’une profession séparée par sa femme.

1967 : loi Neuwirth autorisant la contraception.

1975 : loi Veil autorisant l’interruption volontaire de grossesse. »…

****************************************************************************************

La société machiste régit le sort des femmes, par des lois, en toute LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE.

Par pur souci de parité, d’équité, à quand un carcan masculin?

PS- *Les femmes turques avaient le droit de voter…depuis 30 ans auparavant…