"La misogynie la plus crue s’exprime dans certains textes bouddhiques qui décrivent la femme comme un être pervers, quasi démoniaque, impures."

Bouddha (Non contractuel).

——-

Par BERNARD FAURE

… »Le bouddhisme et les femmes?

Comme on l’a vu, la métaphore qui inspire les récits de conversions des divinités locales est souvent celle de la soumission sexuelle. Dans ces récits, le bouddhisme est fondamentalement mâle, tandis que les cultes locaux sont souvent féminisés. La question des rapports du bouddhisme et des femmes constitue un autre cas de dissonance entre la théorie et la pratique.

L’histoire commence d’ailleurs assez mal. La tradition rapporte que le Bouddha refusa initialement, dans l’ordre qu’il venait de fonder, sa propre tante et mère adoptive, Mahâprâjapati. C’est après l’intervention réitérée de son disciple et cousin bien-aimé Ânanda que le Bouddha aurait fini par consentir à accepter l’ordination des femmes, non sans imposer à celles-ci quelques règles particulièrement sévères (en raison de l’extrême imperfection féminine). En outre, il prédit que, du fait de leur présence, la Loi (Dharma) bouddhique était condamnée à décliner au bout de cinq siècles.

En théorie, le principe de non-dualité si cher au bouddhisme Mahâyâna semble pourtant impliquer une égalité entre hommes et femmes. Dans la réalité monastique, les nonnes restent inférieures aux moines, et sont souvent réduites à des conditions d’existence précaires. Avec l’accès des cultures asiatiques à la modernité, les nonnes revendiquent une plus grande égalité. Toutefois, leurs tentatives se heurtent à de fortes résistances de la part des autorités ecclésiastiques. Tout récemment, les médias ont rapporté le cas d’une nonne thaïe physiquement agressée par certains moines pour avoir demandé une amélioration du statut des nonnes.

Le bouddhisme a par ailleurs longtemps imposé aux femmes toutes sortes de tabous. La misogynie la plus crue s’exprime dans certains textes bouddhiques qui décrivent la femme comme un être pervers, quasi démoniaque. Perçues comme foncièrement impures, les femmes étaient exclues des lieux sacrés, et ne pouvaient par exemple faire de pèlerinages en montagne. Pire encore, du fait de la pollution menstruelle et du sang versé lors de l’accouchement, elles étaient condamnées à tomber dans un enfer spécial, celui de l’Etang de Sang. Le clergé bouddhique offrait bien sûr un remède, en l’occurrence les rites, exécutés, moyennant redevances, par des prêtres. Car le bouddhisme, dans sa grande tolérance, est censé sauver même les êtres les plus vils »…(Extrait).

http://www.scienceshumaines.com/le-bouddhisme-une-religion-tolerante_fr_12908.html

———-

Une femme pour succéder au Dalaï Lama?

… »Pourquoi pas ? Les femmes, biologiquement, ont plus de potentiel pour montrer de l’affection et de la compassion, a estimé le dalaï-lama, répondant à une question du journaliste de la BBC Clive Myrie. Dans un monde comme le nôtre, avec énormément de tensions, il faudrait que les femmes aient plus d’importance. »

Déjà sexiste, le guide bouddhiste de 80 ans a ensuite tenu à préciser sa pensée et a aggravé son cas. « Si c’est une femme [qui me succède], elle devra être très séduisante. Sinon, cela ne servira pas à grand-chose », a-t-il alors lancé. « Vous devez plaisanter, je suppose ? » s’est alors étonné Clive Myrie. « Non, c’est vrai ! » a insisté le dalaï-lama, qui s’était qualifié de féministe en 2009, comme le rappelle Le Parisien. Il avait alors déclaré : « N’est-ce pas ainsi que vous appelez quelqu’un qui se bat pour les droits des femmes ? »…(Extrait).

http://www.francetvinfo.fr/societe/religion/le-dalai-lama-souhaite-une-femme-tres-seduisante-pour-lui-succeder_1098395.html

****************************************************************************

« Si c’est une femme [qui me succède], elle devra être très séduisante. Sinon, cela ne servira pas à grand-chose » dixit le Dalaï Lama

… »Parce que lui bien sûr se prend pour un canon, alors qu’il a le corps de Jean-Claude Dusse et les fringues de George Harrison en 67 quand il végétait sous acide dans son ashram en Inde. » (Tanguy Pastureau : le dalaï-lama est un macho)

Pas une religion pour sauver l’autre !

Tout le temps que des fables misogynes seront INVENTEES(!) par des mecs(!!), POUR le pouvoir des mâles sur les consciences humaines et pour monnayer ces croyances!!! :##

Merci, Ô Dieu, de ne pas m’avoir contaminée avec une religion !

Auteur : Tingy

Romancière féministe; "Le Père-Ver" ( 2OOO épuisé) et "Le Village des Vagins" ( 2007,en vente chez "Virgin " et "Autrement "); un 3ème roman en long chantier ...et beaucoup de tableaux "psycho-symboliques")... Ah! J'oubliais: un amoureux incroyable, depuis 40 ans et 7 "petits" géniaux...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s