Quand l’amour paternel …existe et résiste au temps ?

« Depuis 1986, ce père de famille a fait prendre une photo de lui avec son fils dans ses bras. Plus les années passent, plus l’on voit la transformation du duo. Les deux hommes grandissent et vieillissent ensemble, le fils ressemblant d’ailleurs de plus en plus à son père.

Il est également intéressant de voir qu’au fur et à mesure que le temps passe, le père quitte sa position protectrice et réconfortante face à son fils alors que c’est ce dernier qui fait désormais de même pour son père vieillissant »…(Extrait).

http://www.huffingtonpost.fr/2015/08/10/photo-pere-fils-27-ans-wechat-meme-pose_n_7964172.html?utm_hp_ref=france

******************************************************************************

Quand l’amour paternel …existe et résiste au temps !

« Le jour où quelqu´un vous aime, il fait très beau « … (Maintenant je sais de Jean Gabin)

Surtout quand c’est un papa* comme celui- là ?

Moi ? J’en ai beaucoup rêvé*…

Auteur : Tingy

Romancière féministe; "Le Père-Ver" ( 2OOO épuisé) et "Le Village des Vagins" ( 2007,en vente chez "Virgin " et "Autrement "); un 3ème roman en long chantier ...et beaucoup de tableaux "psycho-symboliques")... Ah! J'oubliais: un amoureux incroyable, depuis 40 ans et 7 "petits" géniaux...

Une réflexion sur « Quand l’amour paternel …existe et résiste au temps ? »

  1. « Quand j’étais gosse, haut comme trois pommes,
    J’parlais bien fort pour être un homme
    J’disais, JE SAIS, JE SAIS, JE SAIS, JE SAIS

    C’était l’début, c’était l’printemps
    Mais quand j’ai eu mes 18 ans
    J’ai dit, JE SAIS, ça y est, cette fois JE SAIS

    Et aujourd’hui, les jours où je m’retourne
    J’regarde la terre où j’ai quand même fait les 100 pas
    Et je n’sais toujours pas comment elle tourne !

    Vers 25 ans, j’savais tout : l’amour, les roses, la vie, les sous
    Tiens oui l’amour ! J’en avais fait tout le tour !

    Et heureusement, comme les copains, j’avais pas mangé tout mon pain :
    Au milieu de ma vie, j’ai encore appris.
    C’que j’ai appris, ça tient en trois, quatre mots :

    « Le jour où quelqu’un vous aime, il fait très beau,
    j’peux pas mieux dire, il fait très beau !

    C’est encore ce qui m’étonne dans la vie,
    Moi qui suis à l’automne de ma vie
    On oublie tant de soirs de tristesse
    Mais jamais un matin de tendresse !

    Toute ma jeunesse, j’ai voulu dire JE SAIS
    Seulement, plus je cherchais, et puis moins j’ savais

    Il y a 60 coups qui ont sonné à l’horloge
    Je suis encore à ma fenêtre, je regarde, et j’m’interroge ?

    Maintenant JE SAIS, JE SAIS QU’ON NE SAIT JAMAIS !

    La vie, l’amour, l’argent, les amis et les roses
    On ne sait jamais le bruit ni la couleur des choses
    C’est tout c’que j’sais ! Mais ça, j’le SAIS… »

    Texte de Jean Lou Dabadie, chanté par Jean Gabin.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s