Plus misogyne, tu crèves !

Enchaînée(Pastel gras).
« L’Homme…CHEF de la femme »…( Nouveau Testament 1 Cor 11,3 )

La misogynie des textes religieux
Auteur: Jocelyn Bézecourt – Docteur en astrophysique.

 » Ce qui est dénoncé dans cet article, n’attaque pas la foi en Dieu de l’individu, seulement la hiérarchie sociale de la civilisation basée sur les textes religieux. Peu de ces mêmes textes sont en accord avec la Déclarati des Droits de l’Homme et encore moins avec les droits de la femme.
Ce qui n’est plus à démontrer, la femme est l’égale de l’homme intellectuellement et son complément physiquement, et par conséquence devrait avoir cette égalité en tous points au sein de notre civilisation.
Le mot Athéisme n’est pas synonyme d’Hérétique ou plutôt d’Hérétisme, la doctrine des Stoïciens est plus respectueuse de l’humain en général que les textes religieux dont-il est question. A ma connaissance, tous ces textes sont écrits de la main de l’homme, nous ne connaissons pas de livre écrit par un Dieu.

Pendant les millénaires qui nous ont portés jusqu’au 21ème siècle, tous les prétextes furent bons pour soumettre la femme à l’esclavagisme de la volonté de l’homme. Si la femme parait soumise pendant l’acte d’amour, cela ne doit pas entraîner de dérive intellectuelle et encore moins compromettre son statut social. On a tellement à gagner à respecter la femme au quotidien ; faudra-t-il encore un millénaire pour en arriver là ? je ne l’espère pas.

1. La misogynie des textes religieux

1.1 Les religions contre les femmes

S’il est un domaine où semble crédible l’œcuménisme tant prôné, hypocritement, par le pape, c’est bien celui du mépris de la femme et de la restriction de sa personnalité à la seule fonction procréatrice. Monothéismes comme polythéismes n’ont jamais accepté que la femme occupe un rang égal au mâle dans leurs sociétés, l’accuser sournoisement des perversions masculines est un meilleur rempart contre l’aspiration à ses droits légitimes. Mais les démocraties ont été bien lentes elles aussi à reconnaître l’importance qui leur était due.

1.2 Le christianisme et le Nouveau Testament

Le Nouveau Testament est composé des quatre évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean et d’une collection de textes relatant les premiers pas de l’évangélisation du pourtour de la mer méditerranée par Paul principalement mais aussi Jacques, Pierre, Jean et Jude. Confondre les épîtres de Paul avec des lettres effectivement écrites par Paul serait une grande naïveté étant donné les nombreuses réécritures et retouches apportées aux textes dans les premiers siècles de la chrétienté. Les quatre évangiles ne doivent leur célébrité qu’à la sélection, effectuée progressivement par les évêques des premiers siècles, des quatre versions les moins contradictoires de la vie de JC parmi une soixantaine de textes. Ces derniers, malchanceux, reçurent le nom d’apocryphes. Les actes des apôtres, diverses épîtres et l’apocalypse sont analysés en détachant le mépris pour les femmes intrinsèque aux textes et pas seulement à leur interprétation par les croyants.

La femme chrétienne n’est qu’un ventre. Destinée à procréer, elle reste soumise à son mari comme son mari est le sujet du Christ, lui-même fils de Dieu. Le christianisme est très fervent de ce genre de classement rapide des personnes et des valeurs. L’ordre est donné en (1 Cor 11, 3) : « Le Christ est le chef de tout homme, l’homme est le chef de la femme, et Dieu le chef du Christ » (traduction de Pierre de Beaumont, Fayard Mame, 1973). Afin que le message soit bien entendu, le Nouveau Testament réaffirme ces vues scandaleuses en (Ephé 6, 21-24) : « Dans la crainte du Christ, soyez tout dévouement les uns aux autres, les femmes pour leur mari comme au Seigneur, car leur mari est la tête de la femme comme le christ est la tête de l’église, son corps, dont il est le sauveur. L’église est tout dévouement au Christ, qu’il en soit toujours de même pour les femmes vis à vis de leur mari. » La femme est au service de l’homme (Colo 3, 18) : « Femmes, soyez tout dévouement pour vos maris comme il convient à des personnes unies au Seigneur. »…

***************************************************************************************

 » La femme chrétienne n’est qu’un ventre. Destinée à procréer, elle reste soumise à son mari comme son mari est le sujet du Christ, lui-même fils de Dieu »…

Une femme ? Seulement un VENTRE…SOUMIS au mari* ! ( Bein oui: *IL est le plus GENIAL des deux, mais il n’est pas foutu de mettre au monde SON descendant!!!)

Et dire que DES femmes en RE-demandent !!!

On EST ce que l’on MERITE

Et…Nous le VALONS bien ?

Toute FOI est respectable, mais

AUCUNE religion ne l’est.

Pour exiger le RESPECT, il faut RESPECTER l’AUTRE

TOUS les « AUTRES »

Y COMPRIS les FEMMES: LI-BER-TE, E-GA-LI-TE et… Total RES-PECT !

Auteur : Tingy

Romancière féministe : je viens de publier " Le temps de cuire une sauterelle " :-)) Et de rééditer : "Le Père-Ver" et "Le Village des Vagins" (Le tout sur Amazon) ... et peintre de nombreux tableaux "psycho-symboliques"... Ah! J'oubliais : un amoureux incroyable, depuis 46 ans et maman de 7 "petits" géniaux...

2 réflexions sur « Plus misogyne, tu crèves ! »

  1. « A ma connaissance, tous ces textes sont écrits de la main de l’homme, nous ne connaissons pas de livre écrit par un Dieu. »
    ah bon ?
    faudrait d’abord qu’il y ait un dieu !!!!
    et qu’il sache écrire !
    à ma connaissance rien ne prouve qu’il y ait un dieu ! mais à mon age je commence à l’espérer….
    maman !
    c’était ma blagounette du lundi !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s