Le mariage :7 jours, 7 mois 7 ans, après !…Hêêêê oui , c’est pour cela que des nanas ne DOIVENT pas se marier !!!

apres_le_mariage
Juste…Vivre avec !!! Et se barrer quand la vie à deux ressemmble à « ça » !!!

********************************************************************************************

Je SAIS, il y a de mecs qui nous traitent ENCORE comme des princesses…30 ans après : j’en ai rencontrés !!!

Une femme torturée puis assassinée par son petit ami.

« une femme torturée puis assassinée par son petit ami.

Une jeune femme, dont le corps a été trouvé dans un champ entre Lunéville et Nancy en juillet sur les indications de son compagnon, a été martyrisée avant d’être assassinée. Le rapport d’autopsie fait état de « fractures et d’arrachages de plusieurs dents avec une pince multiprise », a indiqué Me François Robinet, avocat de la famille de Perrine Wolff, 32 ans. Avant d’enterrer la victime, le meurtrier a « répandu de l’essence sur le corps de Perrine, allumé le feu, qu’il a éteint aussitôt », a indiqué l’avocat »Le médecin légiste a en outre relevé des ecchymoses ante-mortem sur la partie fronto-temporale gauche de son visage », a poursuivi le conseil de la famille auquel le rapport d’autopsie vient d’être communiqué.

La jeune femme avait disparu depuis le 3 juillet de son domicile d’Essey-lès-Nancy. Son corps a été retrouvé le 18 juillet dans un champ de la commune de Courbesseaux (Meurthe-et-Moselle) où réside son compagnon, Emmanuel Burtin.

Interpellé le 16 juillet à la suite d’un témoignage, ce pompier professionnel de 36 ans a avoué lors de sa garde à vue avoir étranglé sa compagne et révélé l’endroit où il l’avait cachée. Mis en examen pour assassinat et placé en détention provisoire, Burtin a motivé son geste par le fait qu’il voulait mettre un terme à sa relation avec Perrine qui « le harcelait », selon une source proche du dossier.
Auteur : Philippe Corb »
RTL

*********************************************************************************************

En réalité, lassée par son infidélité, elle avait décidé de le quitter!!!

Rhum and Coca Cola…Pour vous remercier de votre fidélité

http://www.blog.fr/srv/media/dewplayer.swf?son=http://data5.blog.de/media/103/3765103_d12324b1b6_a.mp3
( A écouter…un verre à la main )

Sorry for friends !
– Je suis enfin en basse Ardèche
– J’ai enfin la Wi-fi
Mais:
– J’ai passé la journée d’hier à refouler toutes sortes d’insectes qui avaient passé l’hiver chez nous
– Je vais sur Montpel et Sète pour le W-E
– Les Anglais débarquent mardi ( non pas mes règles: nièce, neveu et cousins !)Dady, Mum et…5 petits…
– Mes 3 amours arrivent jeudi avec Titou…
Et il faudra penser à remplir le frigo lundi, à faire les lits…
Bref, je vous retrouve dès que j’ai une petite minute zen…(Et je réponds aux com et messages…en rade!!!)
Merci encore pour votre présence, chaque jour !
Big bisous.

Droit de visite? Non, assassinat de SA fille !!!!

Il s’immole avec son bébé
mercredi 5 août
“Tu ne la reverras jamais »

Un drame de la séparation s’est soldé par une fin tragique hier dans la forêt de Basse Vallée. Ruud Dijkshoorn, un Hollandais de 48 ans, a tué Matilde, sa fille de sept mois. Leurs deux corps ont été retrouvés dans un cabriolet calciné. …
“C’est fini. Je ne la verrais plus jamais.” Devant son domicile de la rue Suffren, Josée laisse exploser sa haine. Son ancien concubin Ruud Dijkshoorn, un Hollandais âgé de 48 ans, a pris la vie de sa petite Matilde, âgée de sept mois. Désespoir, folie meurtrière… comment comprendre un tel geste commis par un père de famille ? L’enfant avait été confiée à Ruud dimanche à 14 heures afin qu’il exerce son droit de visite hebdomadaire. Lorsque le couple se sépare, fin 2008, Josée est déterminée. Alors qu’elle est enceinte de sept mois, Ruud la bouscule et se montre très agressif. “Je ne pouvais pas rester avec un homme qui me frappait, alors je l’ai quitté. Mais je lui ai toujours dit qu’il verrait sa fille quand il voudrait.” La relation devient houleuse. Ruud vit très mal la séparation. D’autant qu’il croise tous les jours son ancienne concubine, Josée, qui travaille comme lui chez l’opérateur SFR.
Un scénario macabre
Plusieurs fois, il se montre menaçant et promet même de mettre fin à ses jours. Josée a peur mais ne peut pas faire grand-chose contre lui. Lorsque la petite Matilde voit le jour, le juge des affaires familiales accorde au père un droit de visite hebdomadaire que la mère se doit de respecter. Dimanche, Ruud vient chercher Matilde à 14 heures, comme prévu. Et comme d’habitude, il profère des menaces devant la mère de l’enfant. Il doit ramener Matilde à 17 heures. Lorsque Josée ne les voit pas revenir, elle pense immédiatement au pire. Elle tente de lui téléphoner. “Je suis tombée sur le répondeur, il avait raccroché alors je suis allée directement au commissariat.” Les policiers enregistrent une main courante, mais restent malheureusement impuissants dans ce genre de dossiers. Chaque jour, des parents dépassent allègrement les horaires de leurs droits de visite sans qu’un drame ne se produise pour autant. Un signalement est fait auprès de tous les services de police et de gendarmerie accompagné des photos du père et de l’enfant. Les policiers procèdent aux vérifications d’usage mais ne trouvent rien. Et pour cause, Ruud Dijkshoorn est en train de dérouler son scénario macabre. Hier matin, Josée se réveille inquiète. Elle n’a toujours pas de nouvelles de son ex et comprend ce qu’il se trame. Elle pense au pire, à un enlèvement. Elle se souvient aussi que Ruud a menacé à plusieurs reprises de mettre fin à ses jours. Elle prend ces menaces très au sérieux. Josée se rend de nouveau au commissariat et dépose plainte. Puis, elle lance un appel sur Radio Freedom et fait la tournée des médias locaux pour donner l’alerte et diffuser les photos du père et de l’enfant. Pour elle, ce retard de quelques heures n’est pas anodin. En fin de matinée, alors qu’elle se trouve dans les locaux de nos confrères d’Antenne-Réunion, la police vient à elle pour lui apprendre la terrible nouvelle. La voiture de son ex-concubin a été retrouvée dans la forêt de Basse Vallée. À l’intérieur, deux corps sont entièrement calcinés. Ruud et Matilde. Sur place, un imposant cordon de sécurité a été mis en place par le détachement mobile de surveillance et d’intervention de la gendarmerie du Tampon. Les journalistes et badauds sont repoussés à plusieurs centaines de mètres du véhicule incendié.
Une bouteille de gaz dans l’habitacle
Rapidement, le parquet de Saint-Pierre se dessaisit pour confier l’affaire au procureur de Saint-Denis. Les hommes de la sûreté urbaine départementale du commissariat Malartic se voient confier l’enquête. Les techniciens de l’identification criminelle se rendent sur les lieux avec les enquêteurs. Si tout laisse à penser qu’il s’agit d’un homicide suivi d’un suicide, les policiers doivent relever le moindre indice pour écarter d’autres hypothèses. À l’intérieur de la voiture, les deux corps sont totalement carbonisés. Les policiers découvrent également une bouteille de gaz dans l’habitacle. Le plan semblait donc minutieusement préparé. Le cabriolet jaune MG est totalement détruit. Après les constatations d’usage, les deux corps sont emmenés vers la morgue du CHR de Bellepierre. Ils devront être autopsiés afin de déterminer avec précision les circonstances de la mort. Une information judiciaire a été ouverte pour “homicide”. Si les enquêteurs démontrent que Ruud a bien commis le pire en mettant fin à ses jours et à ceux de sa fille, l’action publique s’éteindra et le dossier sera clôturé. Mais les policiers devront établir avec précision l’emploi du temps du père et de l’enfant, ainsi que le mode opératoire. Ruud a pu tuer sa fille avant de s’immoler. Des détails sordides que la mère de l’enfant aura sans doute besoin d’entendre pour entamer un deuil impossible
Frédérique Seigle et Benoît Toulorge

Hier, Elodie Boudia, 19 ans, a été sauvagement assassinée par le père de ses deux enfants

Il massacre la mère de ses enfants à coups de couteau
jeudi 30 juillet

Hier, vers 9 h, Elodie Boudia, 19 ans, a été sauvagement assassinée par le père de ses deux enfants sur le terrain de sports chemin Bambou à Petite-Île. Nicolas Calpétard, 25 ans, a frappé avec rage son ex-cUn sourire doux. Des petites joues rondes et un regard tendre. Elodie avait encore l’apparence d’une enfant. La jeune femme n’avait que 19 ans. Par amour, elle avait déjà mis au monde deux marmailles et cela faisait quatre ans qu’elle vivait avec le papa, Nicolas Calpétard. Mais, le 14 juillet dernier, elle avait décidé de le quitter. Elle en avait marre des coups, des menaces, des insultes qui pleuvaient sur elle.

IL SORT L’ARME DE SON SACDepuis quinze jours, Elodie avait trouvé refuge chez sa mère, chemin Bambou à Petite-Île. C’est là qu’elle a été sauvagement assassinée hier matin par le père de leurs deux petits garçons âgés de 3 ans et 1 an et demi. Le drame s’est déroulé à quelques mètres seulement de la case familiale et sous les yeux du petit frère et de la petite sœur de la victime. C’est un scénario de la pire horreur qu’a mis en scène le jeune Nicolas Calpétard. Il a supplié Elodie de bien vouloir discuter une nouvelle fois de leur fraîche séparation, une séparation qu’il vivait au plus mal. La jeune femme, ne se doutant absolument pas de ce qui allait lui arriver, a accepté de se jeter dans la gueule du loup. Hier matin, peu après 9 h, elle quitte la maison de sa maman où elle a trouvé refuge avec ses enfants. Nicolas lui a donné rendez-vous vers 9h30 sur le terrain de sports situé à deux pas de là, le long du chemin Bambou.
La toute jeune mère de famille gagne en marchant le terrain de foot. Elle n’est pas seule. Sa plus jeune sœur, Blandine, 11 ans (lire par ailleurs), l’accompagne. Son petit frère de 15 ans est déjà sur place. Cédric joue tranquillement au ballon avec trois de ses copains. Il n’est pas étonné de voir sa sœur arriver. Nicolas Calpétard est là depuis quelque temps déjà. Il l’attend. La discussion s’engage sur le bord du terrain de jeu communal tandis que les adolescents continuent de taper la balle. Il est question de la séparation que Nicolas refuse de toutes ses forces. Il est question aussi de la garde des enfants. Elodie veut pouvoir s’occuper de ses deux petits garçons. Le père s’y oppose. Le ton commence à monter. “C’est alors que Nicolas a dit à ma sœur qu’il allait lui montrer une photo. Il a mis la main dans son sac mais ce n’est pas une photo qu’il a sortie, c’est un grand couteau”, se remémore avec terreur la petite Blandine qui a assisté à la scène de tout près. Elodie, quand elle voit la lame surgir du sac, entame un rapide demi-tour.

IL CONTINUE DE LA PLANTER AU SOL
Elle tente de prendre la fuite. Mais en vain. À peine la jeune femme a tourné le dos que déjà son agresseur lui plante un premier coup de couteau. Il y en aura six autres selon des témoins du drame. Car Nicolas ne s’arrête pas là. Il poursuit son ex-concubine sur plusieurs mètres en continuant à la poignarder. Cédric, le petit frère de la victime, aperçoit sa sœur en détresse. Il s’élance à toute vitesse vers l’auteur et tente de l’arrêter. Mais Nicolas se retourne, le regard méchant, et menace de le planter. Les enfants appellent alors au secours de toutes leurs forces. La petite Blandine galope vers la maison de sa maman pour qu’on appelle la gendarmerie. Cédric interpelle des employés communaux qui travaillent non loin de là. Mais lorsque ces derniers arrivent au chevet de la victime, il est trop tard. Nicolas Calpétard a déjà fini son œuvre.
L’assassin n’a eu peur de rien. Hier, il a agi devant plusieurs témoins. Il s’est acharné sur le corps d’Elodie quand elle était debout mais aussi quand elle s’est écroulée. “Il a continué à la frapper de son couteau alors qu’elle gisait sur le sol”, assure Cédric, retourné de ne rien avoir pu faire pour sauver sa grande sœur. Et après avoir commis l’irréparable, Nicolas ne s’est pas rendu. Il ne s’est pas poignardé à son tour. Non, le jeune meurtrier a préféré prendre la fuite. Heureusement, il n’a pas pu aller bien loin vu que tous les habitants du quartier l’entouraient. Il s’est abrité dans le cabanon d’un jardin attenant au terrain de sports. Là, il a tenu en respect, avec son grand couteau, les voisins qui tentaient de l’attraper. Mais, quand les gendarmes de Petite-Île sont arrivés quelques minutes après, Nicolas Calpétard a finalement accepté de se rendre.

IL RISQUE LA PERPÉTUITÉ
Immédiatement conduit dans les locaux de la gendarmerie de Petite-Île, l’assassin présumé d’Elodie a dû être transféré vers une autre caserne dans le courant de la journée d’hier pour des raisons de sécurité, certains membres de la famille de la victime en voulant visiblement à son intégrité physique. Lors des premières heures de sa garde à vue, Nicolas Calpétard aurait reconnu avoir agressé sa compagne. Il sera entendu jusqu’à vendredi matin par les enquêteurs de la brigade de Petite-Île et de la brigade de recherches de Saint-Pierre. Il devrait être mis en examen à l’issue de ces 48 heures de garde à vue pour assassinat, soit un homicide volontaire avec préméditation. Le crime le plus grave du code pénal et pour lequel il risque la réclusion à perpétuité

Textes et photos : Benoît Toulorge et Armelle Hervieu

Une voisine : “J’ai entendu des cris de douleur”
Une habitante du quartier où Elodie a été assassinée témoigne : “J’étais chez moi quand j’ai entendu des cris de femme. Je pense que c’est Elodie qui hurlait de douleur. Il était 9 h ou 9h30 du matin. Il y avait quelques jeunes qui jouaient au foot sur le terrain de sports. Je ne savais pas qu’Elodie y était avec son compagnon. Elle était revenue vivre ici depuis très peu de temps avec ses enfants. Elle avait quitté Étang-Salé sans doute pour le fuir mais dans le quartier on n’en savait pas plus. C’était une jeune femme adorable, souriante mais très discrète. C’est dramatique ce qui s’est passé. Qui va s’occuper des enfants d’Elodie maintenant ! Vous imaginez ces deux petits bouts de 1 an et demi et trois ans sans leur maman…”.

Mme Bernard Scheinberg (Autriche) : 69 enfants !

Le plus d’enfants.

Mme Bernard Scheinberg (Autriche), 69 enfants ; elle mourut à 58 ans, son mari se remaria et eut 18 enfants de sa seconde femme. Il eut donc 87 enfants.

Mme Fiodor Vassiliev (1707-83 ?, Russie), 69 enfants en 27 grossesses entre 1725 et 1765 (4 fois des quadruplés, 7 des triplés et 16 des jumeaux) ; au moins 67 de ces enfants survécurent à la petite enfance.

Mme Granatta Nocera (Italie), 62 enfants.

Mme Leontina Albina (Chili), 55 enfants entre 1943 et 1981 dont 5 fois des triplés (garçons) et 16 filles.

Pleyel (compositeur autrichien) eut 38 enfants (24 de sa 1re épouse, 14 de la 2e). Mme María Olivera (née 1939, Argentine), 32 enfants (tous en vie).

Mme Madeleine Devaud [née 19-3-1910, Amuré (Deux-Sèvres, France)], 25 enfants entre 1928 et 1958 (10 garçons et 15 filles).

Quid.

********************************************************************************************

Du moment que Popaul exulte…Tout va très bien Mme la Marquise !…

Noire violence : le « dépit amoureux » tue…

Marie TrintignantPhoto Youtube

[ Le « dépit amoureux » tue

Chaque année, le 1er août, nombre de féministes se souviennent de Marie Trintignant dont le meurtre, il y a six ans, a donné deux visages connus à la violence conjugale masculine.
Vous pouvez lire plusieurs textes sur le site de « Encore féministes ! » :
au moment de sa mort : http://encorefeministes.free.fr/trintignant.php3

Action n° 29 – 3 novembre 2005
 « Plaindre Bertrand Cantat ! Et Marie Trintignant ? » http://encorefeministes.free.fr/pouf.php3

Action n° 39 – 23 août 2007 
« QuÕattend-on ? Le prochain meurtre ? » http://encorefeministes.free.fr/cantat.php3

En voici un nouveau, en association avec les Chiennes de garde (site http://www.chiennesdegarde.com/ ) : nous réagissons à la déclaration du nouveau ministre français de la Culture. Vous trouverez sur ce site des informations sur l’affaire Orelsan, et les contre-raps d’humour féministe des Chiennes de garde.

Le « dépit amoureux » selon Frédéric Mitterrand
Lettre ouverte des Chiennes de garde au ministre de la Culture

Marie Trintignant est morte il y a six ans, le 1er août 2003.
Elle a été tuée par l’homme qui disait l’aimer.
Était-ce du « dépit amoureux » ?

Marie Trintignant est-elle morte pour rien ? On peut le craindre à vous entendre, vous, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, quand vous aportez votre soutien au rappeur Orelsan.
Dans un rap, « Sale pute ! », dont le clip est disponible sur Internet, Orelsan insulte la femme qu’il aime et la menace d’horribles tortures parce qu’il l’a vue embrasser un autre homme. L’ensemble de son répertoire (par exemple, « Suce ma bite pour la Saint-Valentin ! ») est tout aussi violent envers les femmes, avec une complaisance inadmissible dans la description de violences physiques, viols, viols collectifs, transmission volontaire du sida, assassinat, avortement forcé, pédocriminalité, etc.
Interviewé, Orelsan affirme ne rien regretter de ses outrances, et dans l’un de ses raps il revendique même d’être compris au « premier degré ».
Le 14 juillet, sur RTL, vous avez déclaré « ne rien voir de choquant » dans la chanson « Sale pute ! », où vous ne percevez que l’expression légitime d’un « dépit amoureux ». Dépit amoureux ! Nous ne sommes ni chez Molière ni chez Marivaux, M. le ministre, mais dans la vraie vie : comment pouvez-vous percevoir de l’amour dans ce désir de se venger d’une femme, en la faisant souffrir, en la blessant, en la tuant ?

Ce « dépit amoureux » tue. Dans d’autres pays, on l’appelle par son nom : violence conjugale masculine. En France, dans un foyer sur dix, lÕhomme commet des actes de violence graves sur la femme. Tous les deux jours, un homme tue sa femme, ou sa compagne, et parfois aussi leurs enfants.

Il est irresponsable de prendre à la légère les paroles d’Orelsan, car il s’agit de banalisation du meurtre de femmes. Nous attendons plutôt de responsables politiques qu’ils concourent à apprendre aux hommes et aux garçons violents à se maîtriser. M. le ministre, relayez donc le travail féministe en déclarant que la violence nÕest jamais une solution ! La violence est le problème.

Adelphiquement*,
Florence Montreynaud ]

Réseau « Encore féministes ! »
Maison des femmes, 163 rue de Charenton 75012 Paris
site : http://encorefeministes.free.fr

Look at The Chiennes de garde (« She-Watch », a feminist watchdog organization) website http://www.chiennesdegarde.com/

*********************************************************************************************

RIEN ne CHANGERA, tant que la majorité des FEMMES resteront dans l’ INDIFFERENCE et le DENI !!!!!!!!!!!!