" Une pointe de couteau dans l’épaule depuis onze ans" et sa fille de 16 ans assassinée par son ex-concubin…

Mix-Cité
Image de Mix-Cité.

Une pointe de couteau dans l’épaule depuis onze ans
CLICANOO.COM | Publié le 21 mai 2009

Depuis 1998, Marie vit avec un bout de métal dans l’épaule. Une douleur physique qui ne cesse de lui rappeler le terrible drame au cours duquel elle a perdu sa fille aînée. Ce jour-là, son ancien concubin l’agresse violemment à coups de couteau. Miraculée, elle est opérée en urgences au CHR de Bellepierre. Mais, par négligence, les médecins laissent la pointe de l’arme plantée dans son épaule. Aujourd’hui, elle se bat pour que l’hôpital reconnaisse sa faute.
Marquée à jamais dans sa chair. À écouter Marie raconter sa terrible histoire, il est difficile d’imaginer que plus de dix années se sont écoulées depuis. Les mots sont toujours aussi douloureux et difficiles à prononcer. Et c’est les yeux embués de larmes qu’elle relate ce qu’elle a vécu. Le 25 novembre 1998, Marie est sauvagement agressée par son concubin de l’époque, Dominique Chane. Elle veut le quitter mais il ne supporte pas cette idée. Alors méthodiquement, il prépare son passage à l’acte et tente de la tuer. Étranglée puis frappée de plusieurs coups de couteau, Marie parvient à échapper au monstre qui la poursuit dans son appartement. Mais ce dernier déverse sa haine sur Magalie, 16 ans, la fille aînée de Marie. Des coups qui seront fatals à l’adolescente.
“On me disait que c’était psychologique mais je souffrais vraiment”
Blessée à la tête, au cou, au dos, à l’épaule, Marie s’en sort miraculeusement et est hospitalisée au CHR de Bellepierre. Les médecins l’opèrent en urgence. Plusieurs plaies sont suturées un peu partout sur son corps. Marie s’en sort. Les jours passent. Mais une douleur persiste au niveau de l’épaule. Elle la signale à son médecin traitant. “On me disait que c’était psychologique mais je souffrais vraiment, raconte-t-elle. Je sentais comme un courant électrique. C’était toujours endolori”. Allergique à l’aspirine et aux anti-inflammatoires, Marie n’a pas d’autres choix que souffrir. “J’avais tellement mal que je vomissais chaque jour. Mon épaule était très gonflée.” En 2004, elle décide d’aller voir un autre médecin. Ce dernier décide de réaliser une radio. La réponse à la souffrance endurée depuis six ans apparaît comme une évidence. Un morceau de métal de 18 mm est resté coincé dans la tête de son humérus, à l’épaule. Il s’agit de la pointe du couteau de son agresseur. Tout s’éclaire. “Je me suis alors souvenue qu’après le drame, les policiers sont venus m’interroger à l’hôpital car ils ne trouvaient pas la pointe du couteau. Je pensais qu’elle était restée dans le corps de ma fille et que c’est pour ça qu’elle était morte.” Dès lors, Marie n’a qu’une obsession, se débarrasser du morceau de métal. “Mais les médecins m’ont dit que c’était trop tard, que l’os s’était reconstruit par-dessus et que je risquais d’être paralysée si l’on m’opérait de nouveau.” Souffrant toujours, Marie se voit opposer le refus d’être de nouveau opérée. Elle doit accepter son calvaire en silence. Elle décide alors d’attaquer le CHR de Bellepierre. “J’ai été bien prise en charge. Ils m’ont sauvé la vie. Mais je veux juste qu’ils reconnaissent leur responsabilité car aujourd’hui je ne peux plus travailler.” Depuis environ un an, la douleur s’est faite plus supportable. “Je suis en arrêt maladie et ça commence à aller mieux, avance-t-elle. Mais je dois reprendre le boulot en juillet prochain. Et ça risque d’être difficile. Je ne sais pas si j’en suis capable.”
Frédérique Seigle

*********************************************************************************************

No limit ! Même des enfants ne sont pas épargnés: l’année dernière un moniteur de bateau s’est noyé AVEC l’enfant qu’il avait eu de sa compagne, après l’avoir étranglée, parce qu’elle lui avait dit qu’elle le quittait!

Auteur : Tingy

Romancière féministe; "Le Père-Ver" ( 2OOO épuisé) et "Le Village des Vagins" ( 2007,en vente chez "Virgin " et "Autrement "); un 3ème roman en long chantier ...et beaucoup de tableaux "psycho-symboliques")... Ah! J'oubliais: un amoureux incroyable, depuis 40 ans et 7 "petits" géniaux...

2 réflexions sur « " Une pointe de couteau dans l’épaule depuis onze ans" et sa fille de 16 ans assassinée par son ex-concubin… »

  1. Un fait divers parmi tant d’autres, eh oui, mais quelle souffrance,je suis de tout cœur avec Marie,et il faut qu’elle continue à se battre. La reconnaissance à l’erreur est un droit, et ce n’est pas une tare, car nul n’est infaillible. Bon courage et grose bises.
    Gérard

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s