BD : "En chemin elle rencontre…".

Bande dessinée géniale à lire absolument

« C’est un véritable coup de cœur pour cette année en bande dessinée. Marie Moinard, éditrice des Ronds dans l’O, a réuni des artistes, illustrateurs, scénaristes autour du thème des violences faites aux femmes, avec le soutient d’Amnesty International. De l’excision, au viol, le mariage forcé pour une mineur, cette bande dessinée s’engage dans cette bataille du respect des droits de la Femme.
Les rapports sont accablants : 70 millions de femmes sont excisés dans le monde, dont 55.000 en France, 20 millions de victimes de traite à des fins sexuels, et autant sur les viols collectifs, les mariages forcées pour les mineurs, femmes battues etc… des violences qui sont dénoncés ici dans ce collectif d’artistes de la bande dessinée. Ces histoires sont à la fois bouleversantes, choquantes, très proche d’un côté très obscur du XXIe siècle sur le rapport aux femmes dans la violence. Ces femmes ont perdu une part d’elle, et il leur est difficile de s’en sortir, de retrouver ce côté volé, violé, mais si on peut y entrevoir un espoir mais rare.
Awa a un petit ami, elle voudrait prendre la pilule. Mais lors de sa visite au médecin, il lui annonce qu’elle a été excisée. Awa ne sent pas entière, en parlant avec sa mère, elle va lui ouvrir les yeux sur les libertés d’une femme, renvoyant au passé les rites ancestraux. Elle veut être une femme à part entière !
Une main, une cheville ; avec une menotte large sans serrure, une chaîne se défile d’une case à l’autre, dans le texte, une femme parle, nous la connaissons tous mais au fil de la chaîne on l’a oubliée, absente du banc de l’école. En France, le mariage forcé est interdit.
Cristina est native des pays de l’Est, elle correspond sur internet avec Paul, elle en fait son fiancé français, elle va le rejoindre, il va lui donner un avenir moins rose, ou le rose, c’est le néon d’un hôtel, dans le noir, à peine éclairé… Paul, en échange d’une somme d’argent élevé, va « dresser » Cristina, et bientôt comme d’autres, elle rejoint les rangs de la prostitution forcée.
Marie est amoureuse, elle aime un garçon, ils partagent les mêmes idées, le même engouement pour la vie… mais il n’est pas un prince charmant, dans son côté sombre, il cogne la belle Marie, et Marie se cache, se dissimule derrière des artifices d’habillements, d’accessoires. Derrière ses lunettes noire, elle a peur de parler, de le dénoncer « …
Par Julien Alles.
Retrouver tout l’article Source « le mague »

*********************************************************************************************

Le thème du viol est traité par un mec qui raconte, entre autres qu’un policier a déclaré à propos de viols multiples:
 » Celle-là c’était un peu une allumeuse »…

Il dit aussi ceci :  » Les gens ne se sentent pas concernés tout le temps que ces violences ne les touchent pas directement. »

On l’a bien compris : ça n’arrive qu’aux autres …