" Si le visage est un texte…La ride est une écriture "!

vieux beau( Illustration : on peut aussi, l’imaginer déshabillé…)

[ Jean-Jacques Delfour, professeur de philosophie en classe de Lettres Supérieures, se penche dans  » Si le visage est un texte… » sur la question de l’âge, de la vieillesse et de la peur qu’elle suppose. Il questionne ainsi les craintes soulevées par les marques que laisse la vie sur les visages, sur les corps, et sur sa propre représentation de soi.

Si le visage est un texte, la ride est une écriture.

Pourquoi donc la haine de la ride ? Parce que l’homme dominant désire toujours la virginité : il veut une chair fraîche, une page blanche, sur laquelle imprimer sa puissance, ses désirs, sa force.
Jeunes, hommes et femmes s’assemblent dans la joie de l’amour naissant, celui des grandes aurores toujours aimables. Mais le temps passe.
L’homme a exercé son pouvoir : il a enfanté, croit-il, il a dominé et jouit d’être aimé par celle sur le visage de laquelle il peut lire les signes de sa propre existence.
Sur le visage jadis lisse, vierge, il a imprimé sa marque.

Dix, quinze ou vingt ans ont passé. Il veut à nouveau ressentir le vertige d’être jeune ; celle qu’il a aimée pendant quelque décennie et qui l’a aimé lui retourne comme un miroir sa propre condition : des rides sont apparues, l’âge est là, le temps inexorable, la mort à venir, pourtant pas si proche.
L’homme alors congédie plus ou moins inélégamment celle qui lui a offert ses plus belles années et se remet lui-même sur le marché de l’amour.
Il se met en quête, dans un mouvement incestuel, d’une jeune peau à croquer, une peau toute lisse, intacte et surtout vide, sur laquelle il va écrire à nouveau, encore une fois, le texte de sa puissance.(…) ]
Philosophie du visible- Le blog de Jean-Jacques Delfour – Si le visage est un texte…
Source Le Monde.fr

NB- La suite de ce texte est momentanément indisponible en raison de sa prochaine publication dans un livre.Le lecteur pourra le retrouver prochainement en librairie.

********************************************

Commentaires :

11 juillet 2009 Critique du quotidien
Merci pour ce très beau texte qui redonne espoir et FIERTE à toutes ces femmes (dont moi-même 54 ans) abandonnées par l’être aimé au détour de la cinquantaine. Elles ont l’impression d’être trop laides, trop “nulles”, trop inutiles à quiconque. Elles n’ont plus la possibilité de se projetter dans l’avenir. C’est quoi l’avenir ? Ces repas pris seule, ces vacances longues où les promenades seule s’ajoutent aux séances de cinéma après lesquelles on ne peut partager avec personne l’avis sur le film, ces réticences à appeler perpétuellement la famille et les amis(es) pour avoir quelques sorties ou moments à passer avec d’autres… C’est apaisant de savoir que quelques-uns peuvent encore apprécier notre compagnie et notre expérience, notre tolérance, notre compréhension, notre tendresse, notre amour (?)…Bonne fin de journée.

Rédigé par : COLLAY | le 11 juillet 2009
Joli texte!
quand je pense à des visages de femmes riches d’années, je vois Barbara, les Juliette, Simone, Golda, et… ma mère, éteinte à plus de 91 ans, presque en riant malgré de nombreuses catastrophes vitales, et son visage plein de rides souvent éclatantes de joie comme les rayons d’un soleil quand une visite ou une parole la remplissait de gaîté !…
Tout ce que les gens terrorisés par leur propre vieillesse ne pouvaient voir.

Rédigé par : Clarima | le 11 juillet 2009
merci pour ce texte, intéressant, comme d’habitude, et POSITIF, pour une fois !

Rédigé par : SW | le 06 septembre 2009
On a presque envie de devenir vieux…

*********************************************************************************************

 » On a presque envie de devenir vieux » …

Quand même pas !

Mais…Envie ou pas, on y passe tous.

Certains mieux que …CERTAINES !

Les femmes DOIVENT apprendre à CULTIVER une « indépendance AFFECTIVE »( EXISTER…Pour elles-mêmes, en dehors du mari et des enfants ) .

Elles DOIVENT intégrer le « fait réaliste » qu’il n’y a AUCUNE « assurance-vie », concernant les liens affectifs qui unissent deux personnes…

Donc, profiter au maximum du meilleur et survivre, pardon VIVRE AUTREMENT…MIEUX(?), au-delà du « pire » .

Le soleil se lève TOUJOURS après les nuits les plus noires !

Cela relève de la foi…En SOI ! C’est une REALITE : il faut juste le VOULOIR et « AGIR » de TOUT son être.

… Je peux en témoigner.