…" Deux bras ont suffi pour faire à ma vie, un grand collier d’air" : Aragon..

familia
A. Bashung disait à une journaliste, qu’il ne fallait pas le dire, mais qu’il se sentait « heureux ». Moi aussi ! le « BONHEUR » existe : je l’ai rencontré, depuis 35 ans;(Oui, je sais: je touche du bois).

Il n’aurait fallu…

Il n’aurait fallu
Q’un moment de plus
Pour que la mort vienne
Mais une main nue
Alors est venue
Qui a pris la mienne

Qui donc a rendu
Leurs couleurs perdues
Aux jours aux semaines
Sa réalité
A l’immense été
Des choses humaines

Moi qui frémissais
Toujours je ne sais de quelle colère
Deux bras * ont suffi
Pour faire à ma vie
Un grand collier d’air… »

* En ce qui me concerne, pas ceux d’un…macho ! ( Expérimentés UNE fois, déjà: bonjour les dégâts!!!)