A…19 ans (!), mère de famille nombreuse; compagnon irresponsable et violent !

« À 15 ans, elle accouche d’un petit garçon. Un an plus tard, elle tombe à nouveau enceinte. À 17 ans à peine, Francesca devient maman d’une petite fille,les deux enfants sont nés par césarienne. Si tout va bien, dans un peu plus d’une semaine, elle accouchera par césarienne d’une petite fille…

Le père de ses enfants, âgé de 29 ans, avec qui elle s’était installée à 13 ans, est plus un partenaire sexuel de passage les week-ends qu’un homme responsable. Le cas de cette jeune fille est loin d’être isolé.

Bien souvent, ces hommes, pères de leurs enfants, n’assument pas leurs responsabilités auprès d’elles…Ses amies les plus proches, dit-elle, lui ont aussi confié la même chose : leurs compagnons refusent le préservatif. ..

Plus d’une fois Francesca ne mange pas, faute d’argent.
De son compagnon, Francesca nous confie qu’elle ne peut compter sur lui. “Li pass bokou letan zwe. Li kontan bwar. Kan li vini, si pena manze, li dormi. Selman li kontan so bann zanfan”, dit-elle. Francesca concède que le père de ses enfants fréquente d’autres femmes, mais n’ose pas mettre un terme à sa relation avec lui.
Quand les discussions s’enflamment, le couple en vient aux mains. “Isi, bann tifi ki mo kone ousi gagyn bate are zot mari”, lâche-t-elle. Sa voisine la plus proche, une jeune femme de 18 ans, mère d’un garçonnet de trois ans, est de celles qui subissent les coups d’un partenaire violent, le sien est un homme de 30 ans. Il n’y a pas que les coups. Chez Francesca, les insultes et les jurons font partie du vocabulaire de la maison.
Et son fils les connaît déjà. Comme elle, quand elle était petite, ses enfants grandissent quasiment dans les conditions qu’elle a connues. Le schéma ne fait que se répéter »…(Extrait).

http://www.lemauricien.com/article/contraception-negligee-jeunes-filles-precocement-meres-famille-nombreuse

*****************************************************************************

« Ses amies les plus proches, dit-elle, lui ont aussi confié la même chose : leurs compagnons refusent le préservatif: “Enn zom pou dir kan li an menaz li pa bizin prezervatif”(Un mec dit que quand il vit en ménage, il n’a pas besoin de préservatif!)- Francesca ne songe pas, dit-elle, à avoir recours à un contraceptif. “Mo ti pe pran konprime, li pa al dan mwa. Monn fer pikir, ayo pa kapav”, lâche-t-elle »…(Son corps ne supporte pas les comprimés et la piqûre l’effraie)

… »Il n’y a pas que les coups. Chez Francesca, les insultes et les jurons font partie du vocabulaire de la maison.
Et son fils les connaît déjà. Comme elle, quand elle était petite, ses enfants grandissent quasiment dans les conditions qu’elle a connues. Le schéma ne fait que se répéter »…

No comment…