" L’anatomie ne serait plus un destin…"

Bouquet de femmes
Bouquet de femmes.fusain de L. Lavilgrand

[ Et  shulamith Firestone dans son livre: Libération de la femme et révolution sexuelle,… déclare: » …La révolution féministe, elle, ne doit pas seulement viser à supprimer les privilèges des hommes, mais à supprimer la différence des sexes elle – même : les différences proprement sexuelles n’auraient alors plus la moindre conséquence sociale. »
Cela signifierait que les individus se définissent d’abord comme des êtres humains et ensuite comme hommes ou femmes . L’anatomie ne serait plus un destin. Les femmes et les hommes ne seraient plus forcés à jouer un rôle, l’obsession de la virilité serait aussi dénuée de sens que le complexe de la féminité. La division du travail et l’exploitation propre à chaque sexe prendrait fin… La vie des hommes et des femmes ne se réglerait plus sur la contrainte des rôles, mais sur les goûts et les besoins de chacune et de chacun. »]
Alice Schwarzer: La petite différence et ses grandes conséquences ( extrait).

"Comment des êtres humains ont été transformés en hommes et en femmes"

Extraits de la 2ième partie,la fonction de la sexualité dans l’oppression des femmes ( Alice Schwarzer:La petite différence et ses grandes conséquences )
 » Les femmes- c’est ce qui semble le plus important- doivent pouvoir dire enfin leur vérité. Elles ne devraient plus se laisser intimider ni terroriser par les normes dominantes mais comprendre que leurs problèmes sont ceux de la plupart des femmes. Les femmes doivent enfin pouvoir parler de leurs angoisses, de leur dépendance, de leurs contradictions et de leurs espoirs »…
… » Rien, pas même l’appartenance à une race ou à une classe, ne nous marque autant que l’appartenance à un sexe. Rien ne détermine aussi profondément notre vie et les réactions de notre entourage que notre sexe biologique.Avec l’exclamation,  » c’est une fille! » ou « c’est un garçon », les dés sont jetés.>:( . L’habitude et l’inconscient leur jouent de mauvais tours. » De nombreuses études l’attestent, telle celle de la psychologue allemande Ursula Scheu:  » on ne naît pas petite fille, on le devient( Fischer 1977) et celle d’Elena Gianini Belotti dans « du côté des petites filles).

"Femme, si tu nous rejoins . . .

Tulum mer
. . . pense à ne laisser derrière toi que la trace de tes pas, et n’oublie pas d’emporter avec toi tes rêves les plus fous. . . « (extrait du « Village des Vagins » de L. Lavilgrand.)

Il existe toujours un lieu rêvé où faire pousser la fleur, unique, de notre propre vie. Ne laissons pas, à qui que ce soit, le droit d’en choisir la manière à notre place !

Notre conviction, concernant ce choix personnel et non négociable, doit être inébranlable, comme la forteresse dominant les rochers.

Laissons à nos grands-mères le dicton : » Les hommes tracent leurs routes, les femmes s’adaptent ».

Adaptons notre vie à nos besoins et à nos rêves . Pas à ceux du conjoint ! Pour ne pas nous retrouver dévastées , lors d’un abandon ou d’un départ éternel .

Nous n’avons qu’une vie . Chaque jour compte : chacune doit le vivre du mieux qu’ELLE le désire, ELLE !

Quelle est notre sexualité?

… »Jusqu’aux années soixante, on considérait que les femmes n’avaient pas d’orgasme parce que la nature ne les avait pas faites pour cela… La majorité des femmes a besoin de stimulation clitoridienne pour jouir. Elles ont rarement un orgasme pendant le coït et l’ignorance de ces faits, a été source de conflits et de frustrations pendant des siècles. »
Mme Hite : « Rapport sur la sexualité féminine », 1976.

… » Il y avait effectivement de quoi devenir hystériques, car elles devaient se contenter d’être un ustensile à sperme et une usine à bébés !
« L. Lavligrand : »Le Village des Vagins ».

… »- Une chose est sûre , il faudra que la femme cesse une fois pour toute de faire semblant, sinon, on ne va jamais y arriver, dit Pablo. Il faudrait aussi qu’elle guide son partenaire.Qu’elle participe à la recherche de son propre plaisir : où, quand, comment. »
L. Lavilgrand: » Le Village des Vagins  » .

… »Les tricheuses n’y peuvent rien : les femmes n’ont pas le même rythme que les mâles, et notre chimie sensuelle est infiniment plus nuancée, plus inventive, plus imprévisible, plus globale que la sexualité des mâles. La leur se révèle insatiable, exigeante, mécanique, centrée sur leur engin et d’ une répétitivité effarante et ennuyeuse. Souvent, la sexualité homme/femme repose sur un malentendu. Les femmes essayent de fourguer leurs containers de tendresse à tout prix, et les hommes, leurs barils de sperme à tout coup. Un vrai dialogue de sourds. »
L. Lavilgrand : « Le Village des Vagins ».

Sois "pute" et tais toi !

Baillon
Pastel gras de L Lavilgrand.

…[  » Au 19 ième siècle encore, le célèbre médecin anglais Acton écrivait:  » Toute idée de plaisir sexuel chez la femme est une infâme calomnie »…( ! ! ! )
« La possession de la femme par l’homme s’étant démocratisée, tout représentant du sexe masculin dispose aujourd’hui d’un personnel féminin comprenant en une seule personne une putain, une mère, une compagne et une servante » .]
Alice Schwarzer: « La petite différence et ses grandes conséquences ».

… »Si nous ne voulons pas que la libération sexuelle se révèle vouée à l’échec, nous devons , nous-mêmes,redéfinir la sexualité. Car ni les rapports sexuels en soi, ni les aventures à la chaîne ne nous satisfont. »
Suzan Sontag :  » Réflexions sur la libération de la femme ».

… »Le Canard Enchaîné( avril O6 ) nous informe qu’une estimation de 45 000 prostiuées ou beaucoup plus, seraient attendues à Berlin, pour la Coupe du Monde de football 2006…qui ne dure qu’un mois ! Le même article raconte qu’un hyperbordel de 650 cabines, a vu le jour dans cette capitale. Devant le sucès rencontré, ses promoteurs envisagent d’en ouvrir d’autres dans de nombreuse villes. La réalité sordide de ces pratiques, où l’univers de femmes se résume à servir de latrines pour sperme, devrait être insupportable à tout individu normal. C’esr cela l’abomination, et non pas l’homosexualité, comme voudrait nous le faire croire l’Eglise! Freud avait dû fumer un gros pétard, quand il avait déduit que les femmes désiraient un tel pénis à la place de laur merveilleuse machine à bébé ! Il n’empêche qu’il faudra bien un jour,arriver à une solution respectueuse du genre humain . On a bien inventé une trayeuse mécanique pour les vaches ! C’est même une urgence, car il « manque » des millions de femmes, tuées à la naissance (ou avant), par la faute du sexisme, de la misogynie et du machisme, véhiculés en grande partie par les religions. En Inde, on en est arrivé à ce que deux frères se partagent la même épouse, achetée par la famille, car il n’y a plus assez de femmes pour tous! »
Extrait du roman :  » Tingy Tanàna le Village des Vagins  » de L. Lavilgrand.

Arrêtez de vous plaindre, encore et encore ! Allez chercher votre liberté ! (accompagnée ou pas )La société , les religions, le conjoint souvent, les enfants parfois, le poids des traditions aussi, occultent votre VRAIE vie. Vous n’en avez qu’une, après il sera trop tard. . .

Liberté
Tableau de L. Lavilgrand

… » Les femmes peuvent et doivent, par respect pour elles-mêmes, s’affranchir de toutes maltraitances petites ou grandes. Quel qu’en soit le prix à payer ! Une amputation est parfois nécessaire pour garder un corps en vie. Pour beaucoup d’entre elles, hélas, le mal est fait. Définitivement! Mais d’autres peuvent encore fuir le Mâle effet.
Elles peuvent aussi, bien sûr, choisir ou accepter, ou pourquoi pas revendiquer de disparaître derrière l’archaïque grillage d’une burka sociale, familiale ou religieuse. Le syndrome de Stockholm est une évidence. A chacune SA vie.
La liberté d’être soi-même, repose individuellement entre nos mains . Personne ne peut choisir notre vie à notre place. Chacune de nous a la capacité de rejoindre ses rêves. Il faut juste le vouloir. »
L. Lavilgrand:  » Tingy Tanàna le Village des Vagins « .

Vivre libre, prendre sa vie en main , et non pas vivre, pieds et poings liés par son conjoint ; décider de ce qui est bon pour soi. Cliquez sur la photo pour voir l’article paru sur www.runweb.com

Main2
Fusain de L. Lavilgrand.

… » Je pense que l’Église a raison : les femmes sont COUPABLES ! Coupables de passivité ! Coupables d’absence de cohésion féminine, cette force qui soude un groupe et le rend inattaquable. Au lieu de ressentir et développer un sentiment de cohésion identitaire femelle, beaucoup de femmes assimilent les repères qui fondent l’hégémonie du Mâle dominant. Elles ne savent plus penser pour les femmes, elles pensent comme les hommes…
Les Mâles ne pourront plus RIEN contre les femmes, LE JOUR où elles diront NON, CA SUFFIT ! Des chercheurs ont pu observer que les chimpanzés femelles ont fait reculer la violence conjugale, en s’unissant contre les mâles violents ( I Télé janvier 2007) POURQUOI PAS LES FEMMES ? »
L. Lavilgand :  » Tingy Tanàna le Village des Vagins  »

Le mariage devrait rester l’exception et non pas être la généralité, comme c’est le cas, pour le malheur de bon nombre de couples!

Conflit
Pastel gras de L. Lavilgrand.

… » Aujourd’hui, nous sommes encore loin de l’égalité des droits, les relations entre hommes et femmes sont toujours des rapports de force basés sur  » la puissance » et « l’impuissance » respectives des sexes. Et aujourd’hui encore, les hommes qui sont pour la plupart, les premiers à profiter de la situation actuelle, n’ont aucun intérêt à en changer ( Ils ne sont d’ailleurs guère convaincus, d’y gagner à long terme-notamment, en tant qu’êtres humains » ).
Alice Schwarzer : » La petite différence et ses grandes conséquences ».

…[  » En Angleterre, on équipe les maris violents de bracelets détectés par GPS, afin de protéger leurs épouses. En Suède, les menacées de mort peuvent changer d’identité. En Norvège, les tabassées disposent d’alarmes ou de téléphone mobile, reliés à la police. Le Mexique est le 3ième pays qui a adopté la non- mixité dans les transports en commun. Dans la
très catholique Espagne, entre 2003 et 2004 le nombre de femmes battues a augmenté de …34% »

…Le machisme, idéologie fondée sur l’idée que l’homme domine socialement la femme, et qu’à ce titre, il a droit à des privilèges de Maître, est en fait une minable dictature domestique, imposée un peu partout dans le monde et à des degrés divers , par des types
perturbés.

… Certaines femmes n’hésitent pas à adopter la »porno-attitude » pour satisfaire leur compagnon, croyant ainsi le garder, hélas! Cela va de l’échangisme aux partouses, en passant par les « gangs bangs » et autres tristesses sexuelles, comme celle de regarder des films pornos.

…La femme n’a pas d’autre valeur, que celle que le Mâle lui attribue. Aux yeux de ce dernier, il est normal qu’elle n’occupe que la place qu’il veut bien lui laisser; dans son lit, à la cuisine ou auprès des enfants, par exemple. » ]
L Lavilgrand: Le Village des Vagins. »

" Vive Tingy Tanàna ! havre de paix où des femmes ensevelissent tout doucement leurs chagrins, en réapprenant à sourire à la vie . . ."

dame bleue
Huile de Lyliane Lavilgrand .

… » Soudain, le souvenir d’une « anecdote » surgit. Une petite indienne voyage à côté d’un grand-père, à bord d’un boeing 777 d’Air France , qui fait route vers Paris. A mi- parcours, elle va aux toilettes et profite de l’occasion pour alerter une hôtesse. Elle lui raconte que ses parents l’ont vendue au vieil homme et la supplie de la secourir. Les autorités sont alertées, elle est sauvée. Elle s’est sauvée, elle-même !Le vieux porc ne la chevauchera pas, elle ne deviendra jamais sa servante ! Je l’imagine libre et heureuse…J’entends ses éclats de rire… Tiens, il faut que je la retrouve, pour l’inviter à Tingy Tanàna ! »
L. Lavilgrand : « Tingy Tanàna le Village des Vagins « .