Ses parents voulaient lui offrir une vie meilleure ailleurs…

Ses parents pensaient qu'il serait plus en sécurité ailleurs!

Ses parents voulaient lui offrir une vie meilleure et surtout plus sûre ailleurs…

Une partie de leurs proches vivait au Canada…

Peut-être, c’est juste une QUESTION (!), proposer à des familles de repeupler les villages français morts ?

Auteur : Tingy

Romancière féministe : je viens de publier " Le temps de cuire une sauterelle " :-)) Et de rééditer : "Le Père-Ver" et "Le Village des Vagins" (Le tout sur Amazon) ... et peintre de nombreux tableaux "psycho-symboliques"... Ah! J'oubliais : un amoureux incroyable, depuis 46 ans et maman de 7 "petits" géniaux...

11 réflexions sur « Ses parents voulaient lui offrir une vie meilleure ailleurs… »

  1. Le Devoir, Québec, le 4/9/15 http://www.ledevoir.com/international/europe/449339/les-donneurs-de-lecons:

    « Une certaine gauche, qui confond la politique et les bons sentiments, ne cesse de laisser entendre qu’il faudrait pratiquement abolir les frontières afin d’accueillir « toute la misère du monde », selon les mots de l’ancien premier ministre socialiste Michel Rocard. La droite néolibérale dit sensiblement la même chose. Selon elle, il suffirait pour régler cette crise migratoire de faire comprendre au bon peuple que l’immigration est bonne pour l’économie. La chose serait vraie partout et en tout temps. Comme si l’immigration n’avait pas aussi des coûts sociaux et politiques.

    Le problème des donneurs de leçons, c’est qu’ils ont partout et toujours la même solution : l’ouverture à tout va. Or la crise migratoire que vit actuellement l’Europe ne serait-elle pas justement le résultat d’un certain mépris des frontières ? »

    (…) Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce n’est pas la suppression des frontières qui sauve des vies. Cela est peut-être triste à dire, mais c’est la réalité. Si les morts sont rares parmi les 3000 migrants du Nord-Pas-de-Calais, c’est parce que la frontière britannique est bien gardée par la police française en vertu des accords signés entre les deux gouvernements. Si celle de la Méditerranée l’était aussi bien, le petit Aylan Kurdi serait probablement encore en vie à l’heure qu’il est. Il serait dans un camp où il pourrait solliciter le statut de réfugié comme peuvent le faire tous les migrants de Calais. C’est pourquoi l’ancien ministre français des Affaires étrangères Hubert Védrine avait évoqué, parmi l’arsenal des solutions possibles, l’instauration d’un blocus maritime sur les côtes de la Libye en attendant de calmer le jeu dans ce pays.

    Il est facile de faire la leçon aux Européens surtout lorsqu’on vit dans un pays, le Canada, parmi les moins accessibles aux demandeurs d’asile. Il est plus difficile de proposer des solutions réalistes qui sauveront des vies au lieu de se contenter du spectacle compassionnel en s’apitoyant sur la montée de l’extrême droite, les barbelés de la frontière hongroise et la misère des sans-papiers.

    La crise migratoire en Europe ne se résoudra pas en faisant la morale aux peuples. Ceux-ci demeureront réticents à assumer leur devoir d’asile tant et aussi longtemps qu’on ne distinguera pas clairement les réfugiés des simples migrants économiques. Cette distinction n’a rien de sémantique. Face aux premiers, les pays développés ont un devoir d’accueil primordial. Face aux seconds, chaque pays est libre de se déterminer comme il l’entend. Il est normal que l’Allemagne, en pleine crise démographique, souhaite plus d’immigration. Mais il est tout aussi légitime que la France ne le souhaite pas, compte tenu de l’état de son économie et de sa situation politique et sociale. Cela n’a rien à voir avec le racisme et la xénophobie. Même la Suède exemplaire et sans chômage a récemment connu des émeutes dans ses banlieues.

    Il n’y aura pas de solution à cette crise migratoire sans respecter les frontières des pays et la volonté des peuples européens. En attendant, les sermons ne font de bien qu’à ceux qui les prononcent. »

    J'aime

    1. « Le problème des donneurs de leçons, c’est qu’ils ont partout et toujours la même *solution »

      Le problème avec ceux qui les critiquent, c’est que la leur* n’a rien à voir avec l’humanité de…l’HUMANITE(!)

      Juste avec des considérations politiques…

      OUI! on ne pourra pas aider des…millions de réfugiés

      Mais, OUI, on a TOUS(!) le devoir…de « panser les plaies » dans l’urgence actuelle

      J'aime

  2. Oui… mais il y a urgence.

    En attendant la solution « idéale » il faut aider ceux qui fuient pour sauver leur vie. Leur donner à manger et les abriter.

    Les Français ont souvent dû fuir des envahisseurs et ont été sauvés par leurs voisins: il faudrait s’en souvenir. D’ailleurs, les dernières manifestations en faveur de ces réfugiés montrent que certains ne l’ont pas oublié.

    Le gouvernement Hongrois d’extrême droit qui répond à l’afflut des réfugiés par des barbelés devrait se rappeller qu’en 1956, lors de l’occupation de son pays par l’URSS, dès le premier jour 200000 de ses concitoyens se sont réfugiés en Occident et y ont été aidés.

    Il faut donner à manger aux réfugiés d’aujourd’hui et les abriter – puis se battre pour que les Etats les prennent en charge de façon à leur permettre soit d’attendre que cesse le danger qui les a chassés de leur pays, puis de retourner d’où ils viennent, soit en les préparant à s’insérer dans nos sociétés. A commencer par leur offrir des cours de la langue, de la culture et des modes de vie du pays d’accueil.

    Et il faut exiger que les Etats s’attaquent aux racines du mal qui fait fuire les Syriens. Ils ne sont qu’une première vague qui arrive à nos rives (ailleurs il y a déjà des millions de réfugiés…!) : bientôt en suivront d’autres, bien plus hautes, celles des victimes des catastrophes climatiques. Aucun mur de barbelés ne les arrêttera. Il faut s’y préparer pour ne pas devoir affronter ces vagues dans l’urgence, en paniquant, sans savoir nous adapter à ce nouveau monde qui se prépare.

    J'aime

    1. « Oui… mais il y a urgence.

      En attendant la solution « idéale » il faut aider ceux qui fuient pour sauver leur vie. Leur donner à manger et les abriter.

      Les Français ont souvent dû fuir des envahisseurs et ont été sauvés par leurs voisins: il faudrait s’en souvenir. D’ailleurs, les dernières manifestations en faveur de ces réfugiés montrent que certains ne l’ont pas oublié. »

      En effet !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      « Aucun mur de barbelés ne les arrêtera. »

      Aucun, AU-CUN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      J'aime

    2. « bientôt en suivront d’autres, bien plus hautes, celles des victimes des catastrophes *climatiques. »

      J’avais toujours pensé que ce serait ces catastrophes là* qui auraient déclenché les premières vagues migratoires incontrôlables: les gens s’étant de gré ou de force,… »habitués »(!) aux horreurs des guerres !

      J'aime

    1. « J’ai entendu Fabius en parler pas plus tard que ce matin! »

      Ok, il fait la com du gouvernement, pour sa conférence sur le climat

      Mais il n’empêche qu’il y a vraiment une urgence climatique qui n’est malheureusement pas perçue par beaucoup trop de gens, encore !

      J'aime

  3. « En attendant la solution « idéale » il faut aider ceux qui fuient pour sauver leur vie. Leur donner à manger et les abriter. »

    Il y a une polémique qui enfle en France sur le fait que des Français et des immigrés dorment dehors alors que les nouveaux demandeurs d’asile bénéficient de plus d’attention car ils obtiennent un logement.

    Qu’en pensez-vous ?

    J'aime

    1. « Il y a une polémique qui enfle en France sur le fait que des Français et des immigrés dorment dehors alors que les nouveaux demandeurs d’asile bénéficient de plus d’attention car ils obtiennent un logement.

      Qu’en pensez-vous ? »

      Je pense qu’il est difficile de faire le tri(!!!) entre des souffrances des uns et celles des autres

      J’imagine que pris de court, ils ont voulu parer au plus « urgent » devant cet afflux soudain…imprévu, mais prévisible !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s