"Le diable ne se cache pas dans les détails, bien au contraire, il se cache dans les non-dits et dans les sous-entendus" !

Par Peggy Sastre

… »Le problème, c’est qu’en refusant de parler précisément d’un acte sexuel, de ses circonstances, de son déroulement, en y jetant un voile de pudeur tellement opaque que plus personne n’y voit plus rien, on cache. Et que lorsqu’on cache, on permet à des criminels de faire ce qu’ils veulent, y compris et surtout leurs crimes. C’est tout le problème du viol: ce même voile de pudeur permet autant aux violeurs de violer en toute impunité qu’aux victimes d’en être accablées et de préférer un silence, parfois mortel, à un recours en justice. Et le serpent se mord la queue (aïe).

Le problème des violences sexuelles, ce n’est pas que la honte doive changer de camp, mais qu’elle disparaisse une bonne fois pour toutes et que l’on puisse voir, enfin et en face, la réalité de ces violences afin de les punir et de les prévenir.

Car en matière de violences sexuelles, le diable ne se cache pas dans les détails, bien au contraire, il se cache dans les non-dits et dans les sous-entendus »…(Extrait).

http://www.slate.fr/story/98061/dsk-proces-tribune

****************************************************************************

« Le problème, c’est d’insinuer qu’un individu, parce qu’il est prestataire de services sexuels, consent tacitement à toutes les prestations sexuelles possibles et imaginables. »

C’est ce que pensent pourtant des clients prostituteurs:

Ils paient, ils ont donc le droit de « tout » faire subir à l’objet sexuel qui n’est plus un être… humain(!), à leurs yeux !

Une fellation/sodomie -ou autres-, exécutée par contrainte ou surprise, sans consentement, donc, est un viol…

"Un comportement sot, stupide, incohérent" ? !

… »Sexualité « rude », soirée « boucherie » : le procès du Carlton ou le grand déballage de la sexualité de DSK…

Mardi, une dénommée Mounia racontait également une soirée qu’elle a passé avec DSK à l’hôtel Murano. Reconnaissant avoir été consentante pour avoir un rapport sexuel avec cet homme, la jeune femme avait expliqué qu’elle n’était en revanche pas d’accord avec les pratiques « conte nature » auxquelles il voulait s’adonner. « J’ai montré des réticences, je n’acceptais pas cette pratique. C’est un rapport de force un peu brutal. Il ne s’est pas arrêté. J’ai beaucoup pleuré », avait-elle confié avant d’ajouter : »C’est son sourire qui m’a marqué du début à la fin. Il avait l’air d’apprécier ce qu’il faisait »…(Extrait).

http://www.planet.fr/societe-sexualite-rude-soiree-boucherie-le-proces-du-carlton-ou-le-grand-deballage-de-la-sexualite-de-dsk.797468.29336.html#I1fRLMIczk7KokJx.99

————-

« Anne Sinclair : DSK a eu un « comportement sot, stupide, incohérent » …

… »un moment de cauchemar ? Voir l’homme avec qui l’on vit avoir des fers aux pieds dans sa prison (…), ensuite on était enfermés dans une résidence avec deux cents journalistes qui nous traquaient », confie encore Anne Sinclair.

« Tout a été violent, y compris les réactions de la presse.

http://nouvelobs.com/politique/20140423.OBS4764/anne-sinclair-sur-dsk-l-affaire-du-sofitel-un-cauchemar.html

————

« Les témoignages de prostituées ayant déjà filtré dans la presse sont, là aussi, accablants. Loin des simples pratiques libertines menées sur la base de consentement réciproques. Dans le cas présent, l’ordonnance de renvoi, publiée par le Figaro, mentionne notamment des soirées « d’abattage » et de « carnage avec un tas de matelas au sol »…(Extrait).

http://www.sudouest.fr/2015/01/30/affaire-du-carlton-dsk-a-l-aube-d-un-nouveau-grand-deballage-1815241-4697.php

*****************************************************************************

« Un moment de cauchemar? Voir l’homme avec qui l’on vit avoir des fers aux pieds dans sa prison « .

En Amérique, on applique des lois… américaines ?

DES moments de cauchemar ? « Sexualité « rude », soirée « boucherie » […] J’ai montré des réticences, je n’acceptais pas cette pratique. »[…]des soirées « d’abattage » et de « carnage avec un tas de matelas au sol »[…]témoignages de prostituées, là aussi, accablants. Loin des simples pratiques libertines menées sur la base de consentement réciproques « …

Pour ces prostituées ?

Si ce type était un mec lambda, quelle qualification de « comportement »(!!!)

Serait adaptée, en matière de Droit, au regard de ces témoignages :

Agressions sexuelles, viols ?

Une prostituée RESTE une…personne, avec des DROITS !

Pour moi, le comportement de ce type, qui se passe du consentement de femmes -une « pute » reste une femme, un humain- pour des pratiques sexuelles -sordides ou pas,- est ignoble, révoltant et inadmissible ! :##

Comment en-est…elle arrivée là ?

PS- « Viol et agression sexuelle

Une agression sexuelle est une atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise. Il peut s »agir, par exemple, d’attouchements, de caresses de nature sexuelle ou de viol.

Le viol se distingue des autres agressions sexuelles en ce qu’il suppose un acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis également avec violence, contrainte, menace ou surprise.

Tout acte de pénétration sexuelle est visé : vaginale, anale ou buccale, notamment par le sexe de l’auteur. Il peut aussi s’agir de pénétrations digitales (avec le doigt) ou de pénétration au moyen d’un objet »…
http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1526.xhtml

Médicaliser ? "Un processus de prise de contrôle de la vie des hommes par la médecine."

… » Maria Aparecida Affonso Moysès, professeure de pédiatrie poursuit :

Déléguant à la médecine la tâche de normaliser, policer et contrôler la vie, la société a créé les conditions historiques de sa propre médicalisation, notamment celle des comportements et de l’apprentissage. […] N’oublions pas que le discours médical – comme tout discours scientifique, quelle que soit l’époque – épouse les exigences des classes dominantes. »

La médicalisation, selon la pédiatre, est ainsi le résultat de l’application d’une vision biologique aux questions sociales et humaines : les problèmes de la vie sont désormais assimilés à des maladies ou des anomalies.

C’est dans ce contexte qu’est apparue une pathologie qui empêcherait l’enfant d’apprendre, et qui a reçu plusieurs noms avant d’être cataloguée sous celui de TDAH. Les problèmes pédagogiques et politiques sont transformés en questions biologiques, conduisant ainsi à une médicalisation de l’éducation. « Le discours scientifique décrétera des enfants incapables d’apprendre, sauf s’ils sont soumis à une intervention spéciale – une intervention médicale », affirme-t-elle avant de conclure :

L’action de la médecine se renforce en s’insinuant dans la pensée commune ou, plus précisément, dans l’ensemble des idées reçues et des préjugés qui régissent la vie quotidienne. Ainsi, la médecine crée artificiellement des ‘maladies du mauvais élève’, et suscite une demande de soins spécialisés, qu’elle se fait fort de satisfaire en tant qu’institution compétente et légitime. »

Prise de contrôle de la vie des hommes

Dans « L’enfance médicalisée : une méprise », Margareth Diniz, psychologue clinicienne et professeure à l’Université fédérale d’Ouro Preto, docteur en sciences de l’éducation, distingue :

•Prescrire, ou « administrer des médicaments », un acte qui « peut se révéler utile, mais seulement au cas par cas ».

*Médicaliser, « un processus de prise de contrôle de la vie des hommes par la médecine, qui influence la formation des concepts, des règles d’hygiène, des normes morales, des habitudes sexuelles, alimentaires, etc., et des comportements sociaux »…(Extrait).

http:/nouvelobs.com/sante/20150216.OBS2610/hyperactivite-l-essor-inquietant-de-la-drogue-de-l-obeissance.html?cm_mmc=EMV-_-NO-_-20150217_NLNOACTU08H-_-hyperactivite-l-essor-inquietant-de-la-drogue-de-l-obeissance#xtor=EPR-1-[Actu8h]-20150217

*****************************************************************************

Je suis parfois effarée de voir des gens faire une confiance aveugle à leurs médecin/spécialiste/chirurgien:

-prendre des médicaments sans aller vérifier sur Internet, auparavant, leurs effets secondaires/contre-indications/ réactions avec d’autres médoc, etc, ainsi que des avis de patients sur des forums médicaux (une amie à qui on avait prescrit un médoc cher contre l’ostéoporose -qu’elle n’a pas acheté et qui a été retiré du marché depuis !!!-, a fait 2 grosses chutes, dont une à vélo(!) sans se rompre tous les os: seules 2 entorses et 2 côtes fêlées, comme n’importe quelle « jeunesse ». Sa doctoresse lui a même dit qu’elle avait subi 2 crash-tests avec succès !)

-accepter une piqûre sans rechigner (une autre amie a commencé à avoir des hémorragies sous la peau parce que l’anesthésiste lui avait fait administrer, un anticoagulant, malgré ses mises en garde, alors qu’elle a déjà tendance à coaguler lentement, donc pas de risque à faire de caillots intempestifs)

-se renseigner sur le Web, des tenants et des aboutissants concernant telle ou telle opération -qui représente beaucoup d’argent pour le praticien!- avant d’avoir à gérer des séquelles qui pourrissent durablement la vie: douleurs insupportables qui durent des années ou des prothèses qui se descellent à cause de la fragilité de l’os au départ…

-ne pas hésiter à demander des analyses ciblées relatives à telle pathologie (Ma nouvelle proprio à Maurice, me racontait que sa sœur a été récemment opérée du ventre: on lui a retiré des « tissus », qui n’ont jamais été analysés! Elle continue à souffrir terriblement du ventre 3 semaines après: on lui prescrit des analgésiques sans aller vérifier ce qui cloche !)

-etc…

Bref, ce n’est pas parce que beaucoup trop d’entre eux se prennent pour… Dieu(!)

Qu’il faut les croire sur paroles ! :##

"La fureur utérine du samedi soir" !

Sensualité féminine(Fusain perso, non contractuel).

————-

Repéré par un « Visiteur »: « La fureur utérine du samedi soir »

« Le libertinage est l’apanage des hommes et la maladie des femmes. Celles qui en sont atteintes souffrent de «fureur utérine». En 1771, le docteur Jean de Bien-ville, exerçant à La Haye ainsi qu’à Rotterdam, publie un traité sans appel, La Nymphomanie. L’auteur destineson ouvrage aux hommes. Les femmes, elles, n’ont pas besoin d’être instruites sur leur sexe. Si l’une d’elles mettait la main dessus, elle ne pourrait que « gémir sur l’assemblage prodigieux [de ses] imperfections» et sur «les causes infiniment multipliées de son dérangement et de son entière destruction».

Bienville annonce la couleur : le sexe des femmes n’est pas franchement une réussite. «Fallait-il donc que de si brillantes prérogatives la plus belle et la plus intéressante moitié de l’espèce humaine fût asservie à tant de misères? Fallait-il qu’elle ne fût, pour parler le langage d’Hippocrate, qu’un foyer d’infirmités et de douleurs ! » D’après le médecin, aucune femme n’est à l’abri. La fureur utérine est une maladie, « un délire attribué au sexe qu’un appétit vénérien démesuré porte violemment à se satisfaire, à chercher sans pudeur les moyens de parvenir à ce but, à tenir les propos les plus obscènes, à faire les choses les plus indécentes pour exciter les hommes qui les approchent, à éteindre l’ardeur dont elles sont dévorées (…) jusqu’à forcer ceux qui se refusent aux désirs qu’elles témoignent». La conclusion laisse peu de place au doute : «Cette folie est donc toujours féminine», et cet infernal flambeau de la lubricité les touche toutes, filles débauchées, femmes mariées, ou jeunes veuves.

Comment diable se manifeste la maladie ? Les symptômes sont clairs. Les femmes atteintes sont «toujours disposées à prêter l’oreille aux compliments flatteurs et séduisants des hommes qui les environnent» et, le mal une fois déclaré, on remarque un changement de personnalité : bannissant les promenades innocentes, elles préfèrent passer « à des tables somptueuses dont les mets acres, piquants et empoisonnés achèvent de mettre le sang dans un affreux désordre » ; pis encore, elles affectionnent – horreur et décadence – les spiritueux, le café et le chocolat. »

in Diance Ducret « La chair interdite, éd. Albin Michel 2014, p. 113PP 69-71

*****************************************************************************

« La conclusion laisse peu de place au doute : «Cette folie est donc toujours féminine», et cet infernal flambeau de la lubricité les touche toutes, filles débauchées, femmes mariées, ou jeunes veuves. »

Apparemment, c’est la cervelle du docteur Jean de Bien-ville qui est bien atteinte !

LA question est donc: ça se soigne docteur ? :##

Ce qui me frappe, moi, ce sont tous ces divers « scientifiques » et religieux de tous bords

OBSEDES par la sexualité des femmes

Cherchant désespérément à la définir et à la cadrer !

Ils ont peut-être raison finalement, de la redouter, car elle peut s’avérer… démentielle et abyssale! Hahaha !

"Difficile pour une femme de définir ses sentiments dans une langue principalement faite par les hommes pour exprimer les leurs. »

« Il est difficile pour une femme de définir ses sentiments dans une langue principalement faite par les hommes pour exprimer les leurs. » (Bathsheba Everdene, une autre héroïne de Thomas Hardy)

——————-

Par Eddy Chevalier -Professeur agrégé d’anglais, docteur en civilisation américaine :

… »Plaidoyer pour la misogynie ordinaire

Le parfait patriarche idéologue malgré lui puisqu’il explique qu’il n’y est pour rien s’il est un bourreau : c’est une femme qui est à la source de son mal car elle l’a fait souffrir la première ! Les femmes blessent les hommes ; voilà pourquoi il faut les soumettre. Les idéaux judéo-chrétiens ne sont pas prêts de s’écrouler tant que l’on passera la Saint-Valentin à l’UGC. Grey ne s’appelle pas Christian pour rien…. Être un mâle, c’est faire du mal aux femmes. Et rouler en Audi…

« Fifty Shades », plaidoyer pour la misogynie ordinaire, maltraite également son spectateur en lui imposant une humiliante tyrannie du corps blanc, jeune et musclé aux accents aryens »…(Extrait).

http://blogs.rue89.nouvelobs.com/culture-pop/2015/02/16/misogyne-raciste-et-ultracapitaliste-fifty-shades-grey-est-bel-et-bien-tres-pervers-234244

*****************************************************************************

« Après avoir vu ce désastre féministe où les règles de la concupiscence sont dictées par Steve Jobs et où les avions, les voitures et les femmes ronronnent quand ils sont bien pilotés, on ne peut qu’espérer que toutes les Anastasia Steele du monde entier se relèveront, se révéleront et montreront qu’elles ont une volonté aussi dure que l’acier.

Car la lutte est loin d’être gagnée : pour briser le plafond de verre, il faudra enlever son bandeau de soie et se libérer de sa chambre capitonnée. »

Espérons, espérons ! :##

"Faire l’amour". Quelle expression! On sent des travaux forcés…"

[« Faire l’amour ». Quelle expression! On sent des travaux forcés… Curieux que le français ne connait pas de mots pour désigner l’acte sexuel aimablement]

———-

Com de Peter Bu (Visiteur) -http://www.aneries-sur-les-femmes.fr – sur l’article « Certaines formes de renouveau religieux sont pathologiques, offensives, agressives » :

« Le célibat des prêtres est une idée spécialement bonne car elle tend à supprimer de la population une propension héréditaire au fanatisme. » Carl Sagan

Les papes catholiques imposent le célibat à leurs prêtres seulement depuis le XIe siècle. Apparemment c’est la condition pour plaire à Dieu. Comment donc a-t-il pu supporter pendant 1000 ans que ses prêtres baisaient?

N.B.:
Pour faire écho à l’attitude négative de l’église catholique j’ai écrit « baisaient » car si j’avais utilisé l’expression « faisaient l’amour » ou, mieux, le verbe « s’aimaient », cela aurait télescopé l’invitation biblique « aimez vous les uns les autres »… (La Bible n’ajoute pas « … sans baiser »).

A l’instar de l’expression fleurie de mai 68 « aimez-vous les uns sur les autres », j’aurais pu écrire « s’aimaient les uns sur les autres »…

« Faire l’amour ». Quelle expression! On sent des travaux forcés… Curieux que le français ne connait pas de mots pour désigner l’acte sexuel aimablement. »

*****************************************************************************

En effet !

D’autant plus que du côté féminin, c’était plutôt perçu sous l’angle…

Faire-le-sexe-à-la-manière-des-mecs ! :##

Bienvenue à Damas (Syrie), Cortes (Honduras), Sao Domingos (Cap Vert), Tarabulus (Libye), Manille (Philippines), Libreville (Gabon), etc…

Internet est de retour: promis, demain je réponds aux com ! 😉

Devant chez moi, hier ...

Derniers visiteurs:

@ ‎17‎:‎54‎: Menlo Park, Californie, US
@ ‎11‎:‎37: Annaba, Algérie
‎@ ‎09‎:‎58: Redmond, Washington, US
‎‎@ ‎09‎:‎35: Port Louis, Maurice
‎@ ‎07‎:‎39: Montréal, Canada
‎@ ‎07‎:‎13‎: Mountain View, Californie, US
‎‎@ ‎03‎:‎58: Cortes, Honduras
‎@ ‎03‎:‎46: Libreville, Gabon
‎@ ‎03‎:‎40: Manille, Philippines
‎@ ‎03‎:‎32: Sao Domingos, Cap Vert
‎@ ‎03‎:‎30: Tarabulus, Libyan Arab Jamahiriya
‎@ ‎03‎:‎15: Damas, Syrian Arab Republic

Entre autres…

Douce nuit et merci pour la visite 😉

"Certaines formes de renouveau religieux sont pathologiques, offensives, agressives."

Un renouveau religieux pathologique , offensif et agressif!(Monotype perso, non contractuel).

———–

Par Henri Tincq

… »Quant aux «intégristes» catholiques purs et durs, ils rêvent d’un retour à un ordre ancien, rompu selon eux par le concile Vatican II des années 196 et les papes qui l’ont suivi. Ils n’ont jamais accepté les nouvelles règles de l’Eglise: la liberté religieuse, c’est-à-dire le droit pour chaque homme de croire à la religion de son choix; l’œcuménisme avec les non-catholiques (protestants, orthodoxes, anglicans, etc); le dialogue avec les juifs, les musulmans ou les bouddhistes. Nostalgiques d’un ordre social, politique et religieux révolu, ils militent encore pour la restauration de l’Eglise d’autrefois, qui régentait les mœurs et les consciences. Avant sa démission, le pape Benoît XVI avait tenté de les réintégrer, mais, malgré d’importantes concessions (levée des excommunications, nouvelles facilités pour la messe en latin), il a échoué devant leur entêtement »…’Extrait).

http://www.slate.fr/story/97995/grande-crispation-religieuse

*****************************************************************************

« Toutes ces formes de renouveau religieux ont en commun d’être en réaction face à la «modernité»,[…] au déficit de repères moraux. Mais certaines sont pathologiques, offensives, agressives. »

C’est peu de le dire !

Et à la fin, c’est la plus « pathologique, offensive et agressive »

Qui s’imposera au autres et

Au monde, au garde à vous devant la « liberté religieuse »

Qui impose depuis des siècles et partout sur la planète, la non-liberté des femmes…

« Voleur, vole voleur

Et le diable y rit ! » (proverbe réunionnais ):##

PS- les religions ne sont pas Dieu: des MECS, des humains -avec pénis et testicules(!)- les ont inventées en osant parler en son nom, pour imposer leurs dogmes misogynes, violents, guerriers, homophobes, etc, -que des femmes avec vagin et ovaires s’empressent de relayer et colporter !!!

Ils ont dû inventer aussi le Diable et l’Enfer(!), pour terroriser les âmes et asseoir leur pouvoir…

La foi de chacun est respectable, mais pas les religions

Pour mériter le respect il faut APPRENDRE(!) à respecter les autres

TOUS les autres! (Qui agissent dans le respect d’autrui!)

«La vieillesse est un naufrage, les vieux sont des épaves.» ?

Par Jean-Marie Pottier

… »de Gaulle dit: « Saviez-vous que Sophocle avait écrit Œdipe à Colone à 90 ans… A 80 ans passés, Michel-Ange travaillait encore admirablement à la Sixtine et à la construction de la coupole de Saint-Pierre… Le Titien peignait La Bataille de Lépante à 95 ans et La Descente de croix à 97 ans… Goethe terminait son second Faust, égal à ses œuvres précédentes, à 83 ans. A 82 ans, Victor Hugo écrivait Torquemada et La Légende des siècles.»

Dire ou écrire […] que «la vieillesse est un naufrage», cela revient à dire qu’elle l’est automatiquement et que de tels propos sont provoqués par une dégradation supposée due à l’âge, pas par des opinions ou préjugés bien enracinés »…(Extrait).

http://www.slate.fr/story/98015/roland-dumas-vieillesse-naufrage

*****************************************************************************

« Dire ou écrire […] que «la vieillesse est un naufrage», cela revient à dire qu’elle l’est automatiquement et que de tels propos sont provoqués par une dégradation supposée due à l’âge, pas par des opinions ou préjugés bien enracinés »

En effet !

Et il y a des gens dont la… vie entière(!) est vécue comme un naufrage :##

Nous ne sommes pas égaux devant la vieillesse, comme en beaucoup d’autres choses, d’ailleurs

Mais de même que « Comme on fait son lit, on se couche »

Comme on a vécu on vieillira ?

On ne tombe pas en vieillesse, d’un coup

On y « progresse »(!) peu à peu

Et c’est à chacun de nous de décider de ce que l’on fera…

Des « restes « ! 😉

Des restes qui seront plus ou moins le reflet de nos choix de vie

Ce n’est pas LA « vérité », juste un constat personnel au vu des nombreux parcours de vie, rencontrés…

"On ne doit jamais perdre sa liberté en tant qu’humain(e), avec des rêves et des espoirs, un jardin secret et des doutes."

Certaines se mettent des chaînes que personne n'exige!(Pastel gras perso,non contractuel).

—————-

Par Lucile Bellan

… » Il y a une morale à cette histoire. On peut être en couple, on peut aimer passionnément, on peut se marier ou se pacser mais on ne doit jamais rendre sa liberté. Sa liberté en tant qu’individu, avec des rêves et des espoirs, un jardin secret et des doutes. Personne et surtout pas l’être aimé ne doit jamais se permettre de piétiner ou de juger ça. J’ai conscience que ce sont de grands mots alors, pour être plus concrète, je dirais que personne ne doit juger votre préférence pour les yaourts à la cerise, votre envie de sortir le vendredi soir (ou de ne pas sortir), la longueur de votre jupe ou encore ce qui vous fait rire ou vous fait pleurer. En couple ou pas en couple, vous êtes vous. L’amour n’est pas une prison, ni pour votre esprit ni pour votre corps. Votre compagne ne doit pas vous créer cette prison, vous ne devez pas la créer non plus, avec vos peurs et vos réticences »…(Extrait).

http://www.slate.fr/story/97763/femme-foyer

*****************************************************************************

« En couple ou pas en couple, vous êtes vous. L’amour n’est pas une prison, ni pour votre esprit ni pour votre corps. »

En général, la société et les religions ont toujours exigé que les femmes soient…ce que leur mari désire(!): femme de ménage/cuisinière/lessive-repassage/courses, usine à bébés, marie-couche-toi, sans oublier le liberticide droit de regard sur les sorties, l’habillement, les fréquentations, les envies, etc

Et ne leur laissait pas… la liberté(!) pas de SE réaliser en tant qu’identité propre…HUMAINE !:##