Sexomniaques(!!!) ou la banalisation de la culture du viol, en France ?

Témoignage par Soledad:

… »On pourra d’ailleurs utilement se demander pourquoi les cas de femmes « sexomniaques » répertoriés sont des cas de femmes qui se masturbent pendant leur sommeil, et pourquoi, quand il s’agit des hommes, on a affaire à des tentatives de forcer des fellations, ou des pénétrations »…

…Les faire passer d’agresseurs à victimes:

Alors, de deux choses l’une :

•soit quand cela « leur arrive » la première fois, ces hommes se disent qu’il n’y a en effet « rien de mal », comme vous l’écrivez, à se passer du consentement de leur partenaire pour leur imposer des relations sexuelles ;

•soit ces hommes considèrent que c’est inacceptable, et ils font en sorte que cela ne se reproduise plus jamais, en consultant un spécialiste du sommeil, et/ou un psy, et en mettant en tout cas toutes les personnes avec qui ils sont amenés à dormir au courant de leur « maladie ».

Sans ces précautions, les hommes qui souffriraient de sexomnie mettent délibérément en danger de viol les personnes avec qui ils dorment. Et ça, ce n’est ni « normal », ni acceptable.

Faire passer ces hommes de la catégorie d’agresseurs à celles de « victimes » de leur maladie et de leurs « pulsions » sans plus de questionnements me paraît une piste très glissante, et bien trop dangereuse.

Dormir ne veut pas dire être consentante

Ce que je sais, enfin, c’est que le fait que le violeur soit « somnambule » ne change rien pour celle qui se trouve de l’autre côté du lit : j’ai été violée, et le degré d’éveil de mon agresseur au moment des faits ne change rien à cette réalité.

Votre article fait passer la « sexomnie » pour une pratique sexuelle certes « insolite », mais qui « peut avoir du bon ». En cela, il participe d’un climat général qui, dans notre société, fait du consentement des femmes un « détail » dont il n’est pas toujours mauvais de se passer.

Il participe de l’injonction général au silence qui pèse sur nous toutes : une femme violée dans son sommeil qui chercherait à trouver des explications au malaise, dégoût ou douleur qu’elle ressentirait ne trouverait dans votre article qu’une raison de plus pour accepter son viol en silence.

Il est temps d’en finir avec la banalisation de la culture du viol. Une femme qui dort, comme une femme ivre, n’est pas une femme qui dit oui. Et quand une femme ne dit pas oui, c’est non »… (Extrait).

http://rue89.nouvelobs.com/rue69/2014/01/28/rue89-sexomnie-reponse-lautre-cote-lit-249455?utm_source=outbrain&utm_medium=widget&utm_campaign=obclick&obref=obinsource

*****************************************************************************

UNE « spécialiste »(!) des troubles du sommeil à l’hôpital X » : « Les sexomniaques ont une sexualité tout à fait épanouie. Même si le réveil peut être brutal pour le partenaire. »

La « sexualité épanouie » pour le mec c’est sûr :##

Mais pour la partenaire: le « réveil brutal » est en réalité un viol (!!), car une pénétration/activité sexuelle exige…

le CONSENTEMENT du dit partenaire !

« Alors, de deux choses l’une :

« •soit quand cela « leur arrive » la première fois, ces hommes se disent qu’il n’y a en effet « rien de mal », comme vous l’écrivez, à se passer du consentement de leur partenaire pour leur imposer des relations sexuelles ; »

Et c’est clairement un viol, aux yeux de la loi qui requiert le « consentement » du partenaire de sexe !

« •soit ces hommes considèrent que c’est inacceptable, et ils font en sorte que cela ne se reproduise plus jamais, en consultant un spécialiste du sommeil, et/ou un psy, et en mettant en tout cas toutes les personnes avec qui ils sont amenés à dormir au courant de leur « maladie ». »

Et se font REELLEMENT soigner !!!

Un « truc » m’interpelle :

« pourquoi les cas de femmes « sexomniaques » répertoriés sont des cas de femmes qui se masturbent pendant leur sommeil, et pourquoi, quand il s’agit des hommes, on a affaire à des tentatives de forcer des fellations, ou des pénétrations »…

Parce que dans l’inconscient de mecs…c’est un FAIT -une réalité- un…acquis ?

ILs bandent, les femmes servent, naturellement, de latrines à sperme, pour EUX ?

Je dors, j’ai envie de faire pipi, je somnanbulise dans les WC

Je dors, j’ai une érection, je somnanbulise dans le sexe féminin à portée de sexe ? ? ? !!!

Ah! une question: il y a-t-il eu de cas sexomaniaqués, dans le postérieur d’un…homme à portée de sexe ?

Une remarque : POURQUOI les exploits des « sexomaniaques », s’accompagnent de VIOLENCES…COMME cela se produit pour les viol ou les agressions sexuelles ? (http://rue89.nouvelobs.com/2010/08/03/la-sexomnie-inquietante-sexualite-somnambule-160846)

Dans l’un des cas cités il est à genoux sur elle, il lui bloque les bras sur le lit et il lui fourre de force son pénis dans la bouche pour éjaculer…

COMME il le fait en somme, dans sa vie de tous les jours ?

Les « sexomaniaques »(!) seraient plus crédibles s’ils se contentaient, pendant leur sommeil, de se « frotter » à leur « victime sexuelle » potentielle

Et d’éjaculer dans leur caleçon …même en rêve il leur reste une main, au besoin ! :##

Les compagnes victimes de ces pratiques, acculées à « revisiter » une ceinture de chasteté muni d’un… cadenas à combinaison ?

Auteur : Tingy

Romancière féministe : je viens de publier " Le temps de cuire une sauterelle " :-)) Et de rééditer : "Le Père-Ver" et "Le Village des Vagins" (Le tout sur Amazon) ... et peintre de nombreux tableaux "psycho-symboliques"... Ah! J'oubliais : un amoureux incroyable, depuis 46 ans et maman de 7 "petits" géniaux...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s