Quand l’obscurantisme des religions déteint sur le politique ?

questions-de-genre-femmes-etudes (Rue 89)(Traduction: « Ce robot fait tout sauf la cuisine – c’est à ça que servent les épouses ! » (Kenwood)

———————

Quand l’obscurantisme des religions, déteint sur le politique?

Une dame(je n’ai PAS dit une allumée), envoie des SMS et une « communauté » n’envoie plus ses enfants à l’école ?

Cela se passe en France, en… 2014 ?

à propos…D’ETUDES de genre : é-tudes(!), des RECHERCHES, quoi ! et non pas d’une THEORIE du genre, qui n’existe PAS !!!!!!!!

—————————–

Par Renée Greusard (Journaliste).

…  » Rappelons de quoi il s’agit : analyser systématiquement les représentations du féminin et du masculin, avec le fameux principe introduit par Simone de Beauvoir en 1949 dans « Le Deuxième Sexe » : « On ne naît pas femme, on le devient. »

Les études de genre déconstruisent les identités sexuelles qui ne sont plus seulement naturelles, mais aussi culturelles. De fait, elles dénaturalisent aussi les rôles assignés aux hommes et aux femmes.

En Suède, ces réflexions sont banalisées dans l’opinion et des écoles maternelles antisexistes naissent même. A Dakar, depuis 1983, il existe un Institut du genre.

Que se passe-t-il donc en France ?

Genre, mais genre de quoi ?

C’est un peu bête à dire, mais beaucoup de chercheurs se demandent comme Elisabeth Elgàn, historienne suédoise, si ce n’est tout simplement pas le mot « genre » en lui même qui pose problème :

« Le mot “genre” n’a déjà pas de sens en soi pour une grande majorité de personnes. Les études du monde marin, tout le monde comprend. Alors que si on entend parler d’études du genre, cela ne fait pas forcément tilt, si on ne connaît pas déjà. »

Mépris des sciences humaines

C’est un aspect qui a frappé les chercheurs spécialistes : leur travail n’est pas considéré comme scientifique. En tout cas, pas par les députés de droite qui, comme Christine Boutin, s’offusquaient :

« Comment ce qui n’est qu’une théorie, qu’un courant de pensée, peut-il faire partie d’un programme de sciences ? »

Réponse de l’Institut Emilie du Châtelet (IEC) dans une tribune publiée dans Le Monde :

« Il n’appartient nullement aux politiques de juger de la scientificité des objets, des méthodes ou des théories. Seule la communauté savante peut évaluer les travaux de ses pairs : le champ scientifique, par ses contrôles, en garantit la rigueur. […]

Interroger les “préjugés” et les “stéréotypes” pour les remettre en cause, c’est précisément le point de départ de la démarche scientifique. »

Pour beaucoup de chercheurs, cette controverse a démontré combien en France, les sciences humaines ne sont toujours pour certaines personnes pas aussi nobles que les science dites « dures ».

« Il y a eu un vrai mépris de nos disciplines », dit par exemple Cyril Barde, l’un de nos riverains étudiant en lettres à Normale sup à Lyon »…(Extrait)

http://rue89.nouvelobs.com/rue69/2011/10/06/cest-quoi-le-probleme-avec-les-questions-de-genre-en-france-225185

*****************************************************************************

Question : le pouvoir de nuisance des religions, au point de vue sociétal, est-il infini et…définitif ?

Auteur : Tingy

Romancière féministe : je viens de publier " Le temps de cuire une sauterelle " :-)) Et de rééditer : "Le Père-Ver" et "Le Village des Vagins" (Le tout sur Amazon) ... et peintre de nombreux tableaux "psycho-symboliques"... Ah! J'oubliais : un amoureux incroyable, depuis 46 ans et maman de 7 "petits" géniaux...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s