Douce nuit et bienvenue à Dakar (Sénégal), Casanova Elvo (Italie), Davenport Floride (US)…

Hier, 1186 pages vues par 330 visiteurs. Merci pour l’intérêt 😉

Un peu de fraîcheur après une chaude journée ...

Samedi 22 décembre :

-@ ‎21‎:‎21 : Geneva, Suisse
-@ ‎20‎:‎15 : Alger, Algérie
-@ ‎16‎:‎45 : Dakar, Sénégal
‎-@ ‎16‎:‎41 : Redmond, Washington, US
‎-@ ‎16‎:‎37 : Mountain View, California, US
-@ ‎16‎:‎04 : Casanova Elvo, Italie
‎-@ ‎15‎:‎51 : Redmond, Washington, US
‎-@ ‎15‎:‎44 : Brussels, Belgique
‎-@ ‎15‎:‎31 : Braine-l’alleud, Belgique
-@ ‎14‎:‎05 : Mountain View, California, US
-@ ‎08‎:‎37 : Québec, Canada
-@ ‎08‎:‎17 : Joliette, Canada
‎-@ ‎07‎:‎33 : Montréal, Canada
‎-@ ‎07‎:‎20 : Laurentides, Canada
‎-@ ‎07‎:‎18 : Davenport, Florida, US
‎-@ ‎07‎:‎17 : Sept-îles, Canada
‎-@ ‎06‎:‎58 : Varennes, Canada
‎-@ ‎06‎:‎44 : Montréal, Canada

Entre autres…

Douce nuit et merci pour la visite 😉

L’enfer marital trop sous-estimé: les victimes terrorisées ne portent pas plainte !

(Lien pour l’article en anglais ci-dessous).

Tabassée(Photo non contractuelle).

———–

Marital définition: « Qui relève du mari » (Larousse).

———–

Par Mark Townsend- The Observer .

La violence familiale: un demi-million de victimes, « trop effrayées pour porter plainte  »

Une étude révèle les victimes cachées de la violence, beaucoup d’entre elles ont trop peur pour signaler le crime

Plus d’un demi-million de victimes de violence conjugale sont trop terrifiées pour se faire connaître et raconter leurs expériences, selon les estimations provisoires de la recherche dans laquelle les spécialistes espèrent quantifier l’ampleur réelle de la criminalité.

Citizens Advice a mené des recherches sur l’année dernière qui révèle un niveau plus élevé d’abus que précédemment. Un projet pilote dans neuf régions à travers le Royaume-Uni, dans lequel on a demandé à ses sondés une série de questions de routine quand demander de l’aide sur des questions telles que la dette et les problèmes de logement, a constaté que 27% avaient été victimes de violence conjugale à un moment donné, depuis l’âge de 16 ans- trois points de pourcentage de plus que la moyenne nationale déclarée pour toutes les femmes dans le dernier sondage de la criminalité pour l’Angleterre et le Pays de Galles.

Si elle est extrapolée à travers le Royaume-Uni, les spécialistes estiment qu’on pourrait dire, qu’il y a jusqu’à 540 000 autres victimes de violence conjugale, la grande majorité d’entre elles aurait gardé le silence, selon Citizens Advice, qui prévoit maintenant de déployer un programme de service large.

Selon les personnes impliquées dans l’aide aux victimes de violence familiale, Noël et son cortège de pressions financières, exacerbent les tensions relationnelles et sont un facteur de violence conjugale aggravante.

Bridget Cheyne, qui enquête sur la violence familiale pour le Conseil des Citoyens dans le Chorley et le sud Ribble du Lancashire, a déclaré: «Les pressions économiques, comme ne pas être en mesure de payer les cadeaux des enfants ou un Noël décent, signifie que c’est la période la plus encombrée de l’année pour nous « .

Ses bureaux ont traité 21 000 cas de violence domestique dans la dernière année, une augmentation de 16% par rapport aux 12 mois précédents. Cheyne a dit que dans la dernière réunion mensuelle de son équipe, où les agences ont discuté des cas les plus à risque, ils ont eu 31 cas, comparativement à 15 au cours de la même période l’an dernier. « Les cas sont à prévoir à un rythme plus rapide que ce que j’ai connu,» dit-elle.

Cheyne a ajouté qu’il y avait encore trop de cas de violence conjugale qui ont été découverts trop tard. Un exemple, dit-elle, c’était l’assassinat de Judith Maude, 57 ans, au cours de l’été. Maude, de Hoghton, Lancashire, a été poignardée à trois reprises dans le cou et une dans le dos par son mari lors d’une attaque sauvage, mais il n’y avait eu aucune indication ou appel faits à la police comme quoi son mari était capable de violence. « Il n’y avait eu aucune indication qu’elle était en danger et que, malheureusement, cela peut se produire si les gens sentent qu’ils n’ont nulle part où se manifester», a déclaré Cheyne.

Une victime est Karen Hanna, 38 ans, de Chorley, qui a été prise en otage dans sa maison pendant plus d’une semaine par un partenaire qui l’a violée et battue sévèrement. Hanna, qui a accepté de renoncer à son droit à l’anonymat afin d’encourager d’autres victimes à se manifester, a déclaré que son calvaire a commencé à Bristol en 2010, avec un homme qu’elle connaissait, même si elle n’avait aucune idée qu’il avait des antécédents de violence contre les femmes.

Elle a dit: «J’étais seulement avec lui pendant deux semaines quand il me battait et qu’on l’a arrêté j’ai laissé tomber les accusations, mais il était déjà sous licence de violence, alors ils l’ont mis en prison pour deux ans.». Bien qu’ Hanna ait ensuite déménagé à Lancashire, l’avocat de son attaquant lui a fourni ses nouvelles coordonnées, les appels de la semaine passée du parti travailliste souligne qu’il doit être admis que les victimes de la violence domestique n’ont pas voir leurs renseignements personnels divulgués en raison du risque d’être attaquée de nouveau .

« Le lendemain, il est sorti de prison, il est venu directement à mon appartement et m’a pris en otage Il a pris mon téléphone;.. Il a pris mes clés j’ai enduré huit jours comme étant tenue en otage, violée, battue de façon insensée Il a arraché la moitié de mes cheveux. J’ai dû admettre avoir dormir avec des gens même si je ne l’avais pas fait à cause de sa paranoïa. Si j’ai admis avoir fait ces choses, il ne voulait pas me battre autant. Je ne pouvais sortir qu’avec lui et j’ai dû faire comme si tout était OK.  »

Une nuit, elle a s’est échappée alors qu’il était ivre et endormi. «Je suis sortie, je l’ai enfermé dedans et appelé la police, qui a été fantastique. »

Comme beaucoup de victimes, Hanna a reconnu les difficultés que rencontrent les victimes de se manifester pour demander de l’aide. « C’est embarrassant, humiliant, vous pensez que personne ne vous croira. »

http://www.theguardian.com/society/2013/dec/22/domestic-abuse-half-million-victims?CMP=twt_gu

****************************************************************************

« Comme beaucoup de victimes, Hanna a reconnu les difficultés que rencontrent les victimes de se manifester pour demander de l’aide. « C’est embarrassant, humiliant, vous pensez que personne ne vous croira. »

Je confirme : « vous pensez que personne ne vous croira »

Est une…réalité !

Je revois encore les faces méprisantes et goguenardes des deux fonctionnaires de police…mâles(!), auxquels je m’étais adressée: « Mais Madame, n’importe qui peut venir nous dire que son mari l’a menacée de mort, il faut le… prouver »

Mais pas à EUX de prendre, au moins, une main courante et à chercher à…se RENSEIGNER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Saloperie de monde fait par des mecs

POUR des…MECS !

Douce nuit et bienvenue à Deux-montagnes, Trois-rivières, Sept-îles, et toutes les autres…au Canada !

Un jour s'achève...

Samedi 21 décembbre :

– @ ‎18‎:‎42 : Asbestos, Canada
– @ ‎18‎:‎12 : Jonquière, Canada
– @ ‎18‎:‎04 : Saint-jérôme, Canada
– @ ‎17‎:‎57 : Redmond, Washington, US
‎- @ ‎17‎:‎55 : Rimouski, Canada
‎- @ ‎17‎:‎53 : Québec, Canada
– @ ‎17‎:‎48 : Dorval, Canada
‎- @ ‎17‎:‎41 : New Richmond, Canada
‎‎- @ ‎17‎:‎39 ‎: Moncton, Canada
‎- @ ‎17‎:‎38 : Sherbrooke, Canada‎
‎- @ ‎17‎:‎28‎ : Bécancour, Canada
‎- @ ‎17‎:‎20 : Sept-îles, Canada
– @ ‎14‎:‎07 : Sainte-julienne, Canada
– @ ‎13‎:‎36 : Full, Suisse‎
‎- @ ‎12‎:‎41 : Port Louis, Mauritius
‎- @ ‎12‎:‎36-: Trois-rivières, Canada
– @ ‎05‎:‎05 : Mountain View, California, US
‎- @ ‎04‎:‎07 : United Kingdom, GB‎
‎- @ ‎03‎:‎14 : Deux-montagnes, Canada

Entre autres…

Douce nuit et merci pour la visite 😉

"Peut- être que la liberté c’est comme le bonheur, pas un état , juste un chemin "…(Gabriela d’Argentine).

(Pointez souris pour légende).

La vie est belle à 74 ans, dans le soleil couchant avec Monamoureux !

« Peut être que la liberté c’est comme le bonheur, pas un état , juste un chemin « …(Gabriela d’Argentine).

J’aime beaucoup ce « chemin »(!), en compagnie de… Monamoureux

Un chemin de liberté, de tendresse, de respect et de paix… 😉

———————–

« Caressé moin

…La terre la ka tremblé
l’ouragan ka lévé
Caressé moin, caressé moin
Soleil la ka couché
La lune la ka levé
Cocotier ka bougé
Caressé moin, caressé moin « …

Des "salopes" ? Non ! "C’est juste du pragmatisme, ces stratégies sexuelles leur permettant d’augmenter leur succès reproductif global " !

Par Eric Michael Johnson -Traduit par P. Sastre.

 » Les femmes aussi sont faites pour avoir plusieurs partenaires

C’est le genre de moment qui fait voler en éclat tout ce qu’on croit savoir jusque-là. Elle s’approche du beau et vigoureux spécimen masculin, que personne n’avait encore vu dans les parages dans son éclatant costume noir et blanc. Elle se poste bien en face de lui, le provoque en secouant la tête, avant de se retourner et de se «présenter» à lui en se penchant en avant. Là, elle s’empresse de coller ses fesses contre le bas-ventre de l’heureux élu et les deux s’entreprennent jusqu’à l’orgasme. Ensuite, sous les yeux ébahis des spectateurs, le couple se sépare, et chacun retourne vaquer à ses occupations respectives.

Face à un tel comportement sexuel, c’est toute la communauté scientifique qui fut prise au dépourvu…

… La théorie darwinienne de la sélection sexuelle pose que ces femelles devraient choisir de s’accoupler avec le mâle le plus impressionnant d’un groupe afin de garantir le succès héréditaire de leur descendance. Mais, ici, on avait manifestement affaire à des femelles qui se livraient à des «sollicitations adultères» envers des mâles de groupes extérieurs. Et ce que révéla Hrdy à une communauté scientifique outrée, c’est que l’accouplement en dehors du couple –tout en s’assurant le soutien d’un partenaire existant– comportait des avantages génétiques. En d’autres termes, l’évolution avait pu favoriser des femelles sciemment infidèles.

Tout ça, c’est du pragmatisme

Depuis, plus de trente ans de recherches ont confirmé les observations de Hrdy. Elles les ont même étendues, pour révéler que les femelles de nombreuses espèces de primates –y compris les humains– possèdent toute une gamme de stratégies sexuelles leur permettant d’augmenter leur succès reproductif global. Par exemple, chez les tamarins à selle, une femelle peut solliciter sexuellement plusieurs mâles afin que chacun s’occupe de ses petits. Chez les microcèbes mignons, il n’est pas rare que des femelles s’accouplent avec plus de sept mâles en une seule nuit. Chez les capucins, elles cherchent à s’accoupler au début de leur grossesse, sans doute pour perturber les mâles quant à leur paternité. Sans oublier les femelles bonobos sautant sur à peu près tout le monde, à peu près tout le temps »…

……En 1633, au nord-est du Canada, le missionnaire français Paul Le Jeune écrivait à sa congrégation jésuite pour expliquer toutes les difficultés rencontrées dans la conversion au christianisme des Montagnais indigènes.

La monogamie à l’occidentale n’est pas une norme universelle

«L’inconsistance des mariages, et la facilité avec laquelle ils divorcent l’un de l’autre, sont un grand obstacle pour la Foi de Jésus-Christ», se lamentait-il. Mais ce qu’il y avait d’encore plus alarmant pour la sensibilité toute chrétienne de Le Jeune, c’était la tendance, chez des femmes et des hommes mariés, de prendre des amants et des maîtresses avec qui ils élevaient, tout à fait ouvertement, les enfants nés de ces aventures. Lors d’un échange révélateur avec le chaman du village, Le Jeune ne manque pas de condamner le caractère «sauvage» et «licencieux» de tels comportements:

«Je lui dis que ce n’est pas honorable pour une femme que d’aimer quiconque n’est pas son mari; et que, à cause d’un tel vice, il ne pouvait, lui-même, être certain que son fils, qui nous accompagnait, était véritablement son enfant. Ce à quoi il me répond: “Cela n’a aucun sens. Vous, les Français, vous n’aimez que vos propres enfants; mais nous, nous aimons tous les enfants de notre tribu.” Je me suis mis à rire, prenant conscience qu’il philosophait comme s’il était question de chevaux et de mulets »…

…Plus on a de papas, mieux on se porte

Avec leur peau et leurs tresses ornées d’un beau pigment rouge, mélange d’ocre en poudre et de graisse animale, ces femmes sont, très jeunes, promises à des mariages arrangés. Mais, comme l’a découvert Scelza, quand leurs maris sont absents pour s’occuper des troupeaux, l’adultère féminin est chose courante dans les villages.

Sur les 110 femmes interrogées, plus d’un tiers explique avoir eu une aventure extraconjugale s’étant soldée par la naissance d’au moins un enfant. Et parce que la société himba ne stigmatise pas spécialement ce genre de liaisons, hommes comme femmes en parlent librement (le divorce peut aussi être décidé par l’une ou l’autre des parties). Par conséquent, selon l’analyse de Scelza, publiée en 2011 dans la revue Biology Letters, «les femmes comptant, a minima, une naissance issue d’une liaison hors-mariage ont un succès reproductif significativement plus élevé que celles qui n’en comptent aucune».

Evidemment, ce n’était pas la première fois que la paternité extraconjugale se voyait liée au succès reproductif féminin. D’autres études antérieures avaient déjà attesté de l’infidélité féminine parmi des sociétés plus restreintes: les !Kung d’Afrique du Sud, les Ekiti du Nigeria, les Vanatinai de Nouvelle Guinée, les Tiwi du nord de l’Australie, les Chimane de Bolivie et les Yanomami du Brésil.

De plus, 53 sociétés sont répertoriées comme ayant des systèmes de «polyandrie informelle», où les femmes peuvent avoir des relations sexuelles simultanées avec plusieurs hommes. Dans bon nombre de sociétés sud-américaines, à l’instar des Guayaki, des Motilones, des Canela, des Munduruku et des Mehinaku, on croit que le sperme de plusieurs hommes est nécessaire pour faire un bébé. Dans deux de ces sociétés à la «paternité séparable», les Guayaki et les Motilones, il a été prouvé que les enfants élevés par plus d’un père ont des taux de mortalité moins élevés et sont mieux nourris que les autres, car davantage de ressources leur sont consacrées »…

l’infidélité féminine a augmenté dans les sociétés occidentales…

Pour reprendre les mots d’Hrdy, consignés dans les Annals of the New York Academy of Sciences à l’aube du XXIe siècle, loin d’être simplement passives, les femelles sont «des individus flexibles et opportunistes confrontés à des dilemmes et des compromis reproductifs récurrents dans un monde aux options fluctuantes». Ou encore, comme l’a résumé une autre éminente observatrice:

«C’est notre fête. On aime qui ça nous chante.» (Extraits).

Lire TOUT l’article http://www.slate.fr/story/81229/femmes-hommes-sexe-partenaires-multiples-pragmatisme-evolution

**********************************************************************

« l’infidélité féminine a augmenté dans les sociétés occidentales…

Pour reprendre les mots d’Hrdy, consignés dans les Annals of the New York Academy of Sciences à l’aube du XXIe siècle, loin d’être simplement passives, les femelles sont «des individus flexibles et opportunistes confrontés à des dilemmes et des compromis reproductifs récurrents dans un monde aux options fluctuantes». Ou encore, comme l’a résumé une autre éminente observatrice:

«C’est notre fête. On aime qui ça nous chante

On ne peut pas mieux dire, non ? Hahaha !

" Du sperme en bouteille " ?

« Une Australienne a engagé des poursuites contre le propriétaire d’une épicerie car elle affirme avoir trouvé du sperme dans une bouteille d’eau qu’elle avait achetée et bu.

Le tribunal d’Australie occidentale a été saisi de cette affaire opposant Alicia Cooper au propriétaire de l’épicerie, qui ne la gère plus actuellement, a confirmé le cabinet d’avocats Slater and Gordon.

L’ordonnance de renvoi indique que le propriétaire du magasin avait sciemment mis du sperme dans la bouteille.

« Vous ne pensez pas qu’une telle chose peut vous arriver. C’est blessant et humiliant », a-t-elle déclaré au groupe de médias Fairfax.

Ignorant dans un premier temps ce que contenait sa bouteille d’eau, Alicia Cooper avait porté plainte avec l’appui ses services sanitaires.

Des analyses avaient ensuite révélé qu’il s’agissait de sperme, puis des tests ADN comparatifs ont révélé que c’était celui du propriétaire du magasin. »

****************************************************************************

No comment