" These Boots Are Made For Walking" …

Liberté Egalité…Féminité !

(vidéo).
[ Traduction trouvée sur le site lacoccinelle.net:

“Tu dis sans cesse que tu ressens quelque chose pour moi
Quelque chose que tu appelles de l’amour mais tu avoues
Que tu as gâché ce que tu n’aurais jamais dû gâcher
Et maintenant une autre prend ce qu’il y a de meilleur en toi
Eh bien, ces bottes sont faites pour marcher
Et c’est exactement ce qu’elles vont faire
Un de ces jours ces bottes vont te piétiner

“You keep saying you got something for me
Something you call love but confess
You’ve been a’messin’ where you shouldn’t ‘ve been a’messin’
And now someone else is getting all your best
Well, these boots are made for walking,
And that’s just what they’ll do
One of these days these boots are gonna walk all over you
“
Nancy Sinatra

Quand les femmes des sixties chantaient “Liberté, Egalité, Féminit锅En 1967, fièrement cambrée sur sa machine, Brigitte Bardot clame “Je n’ai besoin de personne“. Au cours des années 1960, les femmes s’affirment et leur émancipation se voit. Cuissardes, mini-jupes et cheveux au vent, elles sont prêtes à botter au loin les vieilles traditions. Serge Gainsbourg, le mécano de la célèbre “Harley Davidson”, dessine en notes et paroles les contours d’une femme qui brise les chaînes d’une autre époque.

Bien sûr, les femmes n’attendent pas les sixties pour revendiquer leurs libertés. En 1904, les féministes brûlaient le Code civil vieux d’un siècle qui affirmait “la femme doit obéissance à son mari” (article 213). En 1943, “une loi supprime la nécessité d’autorisation maritale pour l’ouverture d’un compte bancaire. Mais en pratique, les banques continuent de réclamer l’accord du mari. A partir de 1965, la femme mariée peut ouvrir un compte à son nom et en disposer librement.” L’indépendance économique qui se dessine en 1943 précède la charge de citoyenne à part entière. En 1944, les Françaises obtiennent le droit de vote et prennent légitimement part au débat politique.

A l’occasion du travail sur les publicités de Moulinex, nous avions pu voir ce renversement de la condition féminine. L’épouse modèle, fée du logis et mère attentionnée (pub de 1959), cède la place à la femme active qui se défait du carcan des obligations ménagères. Le célèbre slogan “Moulinex libère la femme !” (1962) prend étrangement les initiales d’un collectif féministe qui ne naîtra qu’à partir de 1968 : le Mouvement de Libération des Femmes. Sur cette affiche, la cuisinière tombe le tablier et laisse apparaître la séductrice, qui de ses bras en V, nous envoie le signal de la victoire des femmes.

France, Etats-Unis : même combat. La chanson de Nancy Sinatra, “These boots are made for walking” (1966), véritable hymne de l’émancipation, met en avant un symbole fort de la féminité (les bottes). Le mari infidèle n’arrache plus les larmes à sa femme mais réveille chez elle l’instinct de mutinerie.

Nancy marche sur le mâle et piétine ce qui lui reste de virilité… Au-delà de la mode et des codes vestimentaires, les bottes en disent long sur les femmes qui les portent.

D’ailleurs, quand retentit l’air de la chanson dans le film “Full Metal Jacket” (1987), il ne faut pas se fier aux apparences. La jeune femme qui se déhanche n’est pas la femme objet que l’on croit… et le GI mord à l’hameçon. Notons tout de même que ce tube des années 1960 a été composé par un homme Lee Hazlewood : le combat des femmes peut aussi être celui des hommes…

Liberté, égalité, féminité : les chanteuses des sixties ont incarné à merveille cet idéal. Chapeau mesdames ! … et bottes de cuir.

Site lewebpedagogique -létudiant -Sources : Les extraits cités dans cet article proviennent du site du Planning familial.

*********************************************************************************************

« Quand les femmes des sixties chantaient “Liberté, Egalité, Féminit锅En 1967, fièrement cambrée sur sa machine, Brigitte Bardot clame “Je n’ai besoin de personne“. Au cours des années 1960, les femmes s’affirment et leur émancipation se voit. Cuissardes, mini-jupes et cheveux au vent, elles sont prêtes à botter au loin les vieilles traditions. Serge Gainsbourg, le mécano de la célèbre “Harley Davidson”, dessine en notes et paroles les contours d’une femme qui brise les chaînes d’une autre époque« .

Heeuu!…Sur une AUTRE planète ?

Sur la nôtre beaucoup d’entre elles se voient, de plus en plus…A quatre pattes !

Faut-il pleurer, faut-il en rire ?…

Auteur : Tingy

Romancière féministe : je viens de publier " Le temps de cuire une sauterelle " :-)) Et de rééditer : "Le Père-Ver" et "Le Village des Vagins" (Le tout sur Amazon) ... et peintre de nombreux tableaux "psycho-symboliques"... Ah! J'oubliais : un amoureux incroyable, depuis 46 ans et maman de 7 "petits" géniaux...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s