Sappho de Lesbos… Vers 630 avant notre ère .

Charles-August Mengin Sapho (Sublime Sappho par le peintre Charles-Auguste Mengin, en 1877)

[ Son nom est associé à l’homosexualité féminine : le nom de lesbienne, qui désigne toujours et d’abord une habitante de l’île de Lesbos, est devenu le terme moderne pour désigner une femme qui aime une autre femme en remplacement du terme vieilli de tribade. C’est un premier hommage à l’habitante la plus célèbre de l’île, qualifiée de « dixième Muse » par Platon et réputée aimant les femmes dès l’Antiquité. Quant à l’adjectif « saphique », il qualifie lui aussi des relations amoureuses entre femmes et il est une adaptation transparente du nom de cette femme grecque qui vécut au VIIe siècle avant JC.

Mais que savons-nous vraiment de Sappho ?
Disons d’abord que rien ne subsiste de son écriture ou de documents de son époque. Tout ce que nous savons d’elle est dû à des citations, des fragments recopiés de ses poèmes et des présentations faites par des auteurs masculins qui lui sont tous bien postérieurs. Un voile d’ombre la recouvre que rien ne peut contribuer à faire lever. Il faut donc se résoudre à bien des incertitudes.

Selon les études des spécialistes, Sappho serait née dans la bourgade d’Eressos sur l’île de Lesbos vers 630 avant notre ère. Lesbos est la troisième plus grande île ionienne. D’origine volcanique, elle est essentiellement montagneuse et très verdoyante : elle est encore aujourd’hui surnommée l’île d’émeraude car elle jouit d’une flore d’une très grande variété. Au VIIe siècle, l’île est entre les mains de tyrans qui se succèdent à force de coups d’État. L’aristocratie, dans ce contexte, domine la vie politique, sociale, économique et culturelle.

Il semble que Sappho appartienne à une famille aristocratique. On ne sait rien de son père, un certain Skamandronymos, ni de sa mère, Cléis, à part qu’ils étaient peut-être des opposants politiques aux tyrans en place. Sappho parle de deux de ses frères : Charaxos, son frère aîné, qui était marchand de vin en Égypte et un autre frère, Larichos, qui était échanson officiel dans les cérémonies publiques de Mytilène.

Il est probable qu’elle ait été mariée à un certain Kerkôlas, marchand, et qu’elle ait eu de cette union une petite fille, Cléis. Toutefois, si elle écrit un poème à sa fille, elle ne parle jamais de son mari et aucun des fragments qui lui sont attribués ne parlent d’un amour pour un homme…

…Toutefois, les très nombreuses allusions antiques à ce qui commence à être appelée l’« homosexualité » de Sappho font leur apparition.

En 1847, Émile Deschanel fait sensation dans un article de la Revue des Deux Mondes où il écrit :

« Il ne faut pas altérer la vérité par amour de l’idéal. Nous croyons donc, en effet, que Sappho fut ce qu’étaient les autres Lesbiennes, et qu’elle ne se distingua d’elles que par le génie. Bien plus, d’après une tradition très répandue et arbitrairement contestée, elle fut Lesbienne dans toute l’étendue de ce terme. « Ce ne sont pas les hommes, dit Lucien, qu’aiment les Lesbiennes. » Et, en effet, le nom de Lesbienne et le verbe aimer à la lesbienne sont demeurés dans la langue grecque comme des témoignages irrécusables de cette affreuse dissolution. Certes, nous voudrions pouvoir penser que notre Sappho, un si grand poète, fut exempte de ces souillures ; mais, comme nous aimons encore plus, la vérité que l’idéal, c’est à l’opinion contraire que nous nous rangeons à regret. En vain allègue-t-on que cette opinion ne se trouve exprimée que par des écrivains qui vinrent long temps après elle : cela ne prouve qu’une chose, c’est que, de son temps, cette corruption était trop générale pour être remarquée. La morale ne s’en indigna que plus tard, et encore assez faiblement. Ovide nomme quelques-unes des amies de Sappho, et il ajoute (c’est Sappho qui parle) : « Et cent autres que j’ai aimées non sans péché ».

En 1885, Henry Thornton Wharton publie Sappho: Memoirs, Texts, selected Readings and a Literal Translation qui devient un ouvrage de référence à la fois populaire et très influent. Le peintre préraphaélite Siméon Solomon peint plusieurs toiles consacrées à Sappho qui mettent en avant son amour pour Erinna.

Renée Vivien se fait l’historienne de Sappho et en fait son modèle à la fois poétique et amoureux. Voici ce qu’elle écrit en 1903 dans Sapho Traduction nouvelle avec le texte grec :

En face de l’insondable nuit qui enveloppe cette mystérieuse beauté, nous ne pouvons que l’entrevoir, la deviner à travers les strophes et les vers qui nous restent d’elle. Et nous n’y trouvons point le moindre frisson tendre de son être vers un homme. Ses parfums, elle les a versés aux pieds délicats de ses Amantes, ses frémissements et ses pleurs, les vierges de Lesbôs furent seules à les recevoir. N’a-t-elle point prononcé cette parole si profondément imprégnée de ferveur et de souvenir :
« Envers vous, belles, ma pensée n’est point changeante. »
Elle traduit son mépris pour le mariage par ce vers : « Insensée, ne te glorifie point de l’anneau, » et repousse avec dédain l’offrande poétique d’Alcée. Elle a le calme des êtres immortels, à qui la contemplation de l’éternité est familière : « …j’ai l’âme sereine. »

Renée Vivien et Nathalie Clifford Barney firent des pèlerinages amoureux à Lesbos et à Mytilène qui deviennent au début du XXe siècle une destination lesbienne. Toutes deux essayèrent de recréer un cercle de femmes qui se vouent à l’amour entre femmes, sur un modèle fantasmé du cercle de Sappho à Mytilène.

En 2008, Sappho et Lesbos font toujours écho à une bien étrange histoire qui n’a plus rien à voir avec la Sappho historique. En voici une preuve avec le film russe Sappho qui relate une histoire entre deux femmes dans le cadre de l’île grecque de Lesbos. ]

Stéphanie Bee (21 Septembre 2009)
Source Univers-L.com

*********************************************************************************************

« Mais le triomphe du christianisme a largement contribué à la destruction de son œuvre. Le seul poème qui nous soit parvenu en sa totalité est l’Hymne à Aphrodite »(Philippe Renault)

l’Hymne à Aphrodite.

Royale et immortelle Aphrodite,
fille de Zeus, pleine de ruses, je t’en supplie,
ne soumets pas mon âme aux dédains
ni aux chagrins.

Viens ! Jadis, entendant ma voix au loin,
tu m’avais écoutée
et laissant là le palais doré de ton père,
tu étais venue.

Battant des ailes et fendant le ciel,
les rapides colombes attelées à ton char
te menaient autour
de la sombre terre.

Et déjà tu étais là, ma déesse, le visage
souriant, soucieuse de la pensée et du désir
de l’âme insensée
qui t ‘avait appelée.

Qui dois-je persuader de t’aimer encore,
ma Sappho? Qui t’a blessée?

Si elle te fuit, elle courra bientôt toi.
Si elle refuse tes cadeaux, elle t’en offrira bientôt.
Si elle ne t’aime pas; elle t’aimera bientôt,
même sans l’avoir voulu.

Cette fois encore, viens à moi, délivre-moi de mes peines,
exauce les souhaits de mon cœur.
Sois mon alliée.

********************

A partir de fragments reconstitués:

A l’aimée.

Heureux! qui près de toi, pour toi seule soupire,
Qui jouit du plaisir de t’entendre parler,
Qui te voit quelquefois doucement lui sourire.
Les Dieux dans son bonheur peuvent-ils l’égaler ?

Je sens de veine en veine une subtile flamme
Courir par tout mon corps, sitôt que je te vois :
Et dans les doux transports où s’égare mon âme.
Je ne saurais trouver de langue ni de voix.

Un nuage confus se répand sur ma vue.
Je n’entends plus : je tombe en de douces langueurs;
Et pâle, sans haleine, interdite, éperdue,
Un frisson me saisit, je tremble, je me meurs.

********************************************************************************************

 » Mais le triomphe du christianisme a largement contribué à la destruction de son œuvre ».

Comme il a détruit d’autres témoignages inestimables de civilisations: en Amérique Latine, en Egypte, etc…

Maudites soit, TOUTES les religions, qui n’en finissent pas de semer des horreurs, partout dans le monde : pédophilie, obscurantisme, terrorisme, guerres, discriminations et injustices insupportables envers les femmes, lapidation, etc…

Auteur : Tingy

Romancière féministe : je viens de publier " Le temps de cuire une sauterelle " :-)) Et de rééditer : "Le Père-Ver" et "Le Village des Vagins" (Le tout sur Amazon) ... et peintre de nombreux tableaux "psycho-symboliques"... Ah! J'oubliais : un amoureux incroyable, depuis 46 ans et maman de 7 "petits" géniaux...

10 réflexions sur « Sappho de Lesbos… Vers 630 avant notre ère . »

  1. Si son oeuvre a quasiment disparu, je pense qu’il faut l’attribuer plutôt à l’époque ancienne où elle vécut, plutôt qu’à une volonté quelconque de destruction. Après tout, il ne nous reste aucune texte de Socrate, si ce n’est par ceux de Platon.

    La civilisation grecque a toujours été très en avance, avant de tomber en décadence après le Ve siècle avant JC.

    Personnellement, même si je ne suis pas croyante, je respecte toutes les religions. Ce sont les extrémismes qui poussent aux horreurs, pas les religions elles-mêmes.
    Le christianisme est une religion de paix (« Que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre »), ce sont les Eglises qui en ont fait des instruments de pouvoir. Comme pour l’islam et sans doute d’autres.

    Bises.

    J'aime

  2. Je respecte la FOI

    Et …Ton opinion !

    Bises

    PS- du côté catholique les croisés ont pratiqué un… »Jihad » plutôt barbare, non?
    Et l’Église n’avait AUCUN RESPECT d’autrui: elle cramait sur un bûcher, en les accusant de…SORCELLERIE (!), tous les hérétiques.
    Elle OBLIGEAIT des croyants à…ABJURER leurs propres croyances sous peine de tortures inhumaines…Et de mort!
    J’ai visité un musée des Cévennes, Saint Guilhem du Désert (je crois!). Il relate les souffrances des…Protestants qui vivaient dans la terreur des persécutions de l’Église catholique…
    Pour moi, les DOGMES des religions sont causes de beaucoup d’injustices et de malheurs.
    Et…Dieu n’a RIEN à voir avec elles (qui se réclament toutes de lui!)
    Je RESPECTE…La FOI de chacun.

    J'aime

    1. Curieusement, AUCUNE femme n’a été CHOISIE(soi-disant), par Dieu pour créer une religion … TOUTES les RELIGIONS ont été CREES par des…MECS, qui bien sûr les ont façonnées à leur « image » et à leurs désirs !!!
      « Mahomet, tu te construis la religion qui t’arrange », lui disait sa première épouse Khadidja.

      Et, chaque fois, « ça » se passe en catimini, aucun « témoin » de ces « entrevues » avec Dieu…

      Les religions relèvent de la…FOI et non pas de la…VERITE.

      Très bonne journée à toi. Bises.

      J'aime

  3. « Lesbos est la troisième plus grande île ionienne »

    Attention: Lesbos est une île de l’Asie Mineure près de la Turquie au nord est de la mer Egée; elle n’est pas dans la mer ionienne, comme Corfou par exemple.

    Sur les guerres de religions en Europe: l’horreur a été générale et les massacres des troupes anglo-protestantes de Cromwell en Irlande (évaluation « basse »: un quart de la population du pays)dépassent très largement ceux, pas tristes, des troupes de Louis XIV dans les cévennes; il ne faut pas oublier qu’à l’époque on avait la religion du « prince » (« cujus regio, ejus religio ») : si le souverain était protestant on devait être protestant et inversement.

    J'aime

    1. Merci de partager ton érudition avec nous .

      Quand je parlais du massacre des protestants par les catholiques je faisais référence au com de « la mouette » : « Le christianisme est une religion de paix ».

      Je suis bien d’accord avec toi: »Sur les guerres de religions en Europe: l’horreur a été générale »…Et ailleurs AUSSI, et ENCORE maintenant !

      Curieusement, AUCUNE femme n’a été CHOISIE(soi-disant), par Dieu pour créer une religion … TOUTES les RELIGIONS ont été…CREES par des MECS !!!

      Et, chaque fois, « ça » se passe en catimini, aucun « témoin » de ces « entrevues » avec Dieu…

      Les religions relèvent de la…FOI et non pas de la…VERITE.

      J'aime

  4. Une petite contribution

    De Sapho ont survécu à 650 versets de l’Hymne à Aphrodite »(poème).Platon appelait «la dixième muse ».
    Horatiu utilisé mètre et la strophe saphique dans la littérature latine.
    Elle a écrit sur La fraîcheur et la beauté et la féminité.

    J'aime

  5. Une petite contribution, Tingy

    Elle a écrit sur la grâce et la beauté des femmes.
    De Sapho ont survécu 650 vers du poème « Hymne à Aphrodite ».
    Elle a inventé la strophe et le rythme saphique, puis utilisées par Horatien (Horatiu).
    Platon appelait Sappho « le dixième muse ».

    Bisous,
    Cristina

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s