Capitalism : a love story de Michael Moore

[ Dans un pamphlet éducatif, Michael Moore dénonce les abus des puissances financières qui ont ruiné la vie des classes moyennes américaines. Ce démocrate continue sa croisade contre tout ce qui gangrène la société américaine.
Résumé
Comment le rêve américain s’est-il finalement mué en cauchemar ? Quel prix l’amour du capitalisme fait-il payer aux citoyens des États-Unis, désormais confrontés au chômage ?
On attendait un nouveau coup de gueule de la part de Michael Moore… Et même si l’on retrouve ses pointes d’humour habituelles (il se rend à Wall Street avec un fourgon blindé pour récupérer l’argent versé aux banques après le krach boursier), le documentariste livre une analyse plus pédagogique que satirique et montre le détournement par les élites financières et politiques du système capitaliste, « censé prendre et donner, mais qui ne fait plus que prendre », plaisante Michael Moore.
Le film n’hésite pas à donner des noms et à s’attaquer aux deux bords, sans peur ni complaisance. « Le débat politique se voit toujours ramené à un affrontement entre libéraux et conservateurs, démocrates et républicains, explique le réalisateur, ce qui est un moyen de nous détourner du véritable problème : le système dont nous dépendons étend son emprise sur les deux parties, les conservateurs comme les libéraux. Et aussi bruyants que soient les débats entre les partis, chacun n’a qu’un seul objectif : rester au pouvoir. La dernière chose qu’ils ont envie de faire, c’est de faire bouger le système. Ce film s’attaque aux problèmes qui ne sont pas débattus au congrès ou dans les talk-shows du dimanche matin, lesquels vous sont généreusement offerts par Boeing, AT&T, Archer Daniels Midland, ExxonMobil… »
Capitalism : A Love Story Documentaire de Michael Moore
avec Michael Moore…Durée : 2h07-Tout public -Sortie le 25 novembre 2009 ] Source Gaumont Pathé.

Marche blanche lumineuse 28 novembre 2009…

[  » Selon les chiffres d’une enquête d’envergure nationale concernant les violences contre les femmes, « 60 % des brutalités physiques et des tentatives de meurtres dénoncées par les femmes sont le fait des conjoints et ex-conjoints »

l’indice global de violences conjugales est de 15% à la Réunion contre 9% en métropole. Près de trois femmes sur dix vivant en couple déclarent être victimes d’atteintes psychologiques, dont un tiers se disent harcelées par leur conjoint.

Cette enquête, réalisée auprès d’un échantillon de 1 200 réunionnaises âgées de 20 à 59 ans, révèle que les violences contre les femmes sont « caractérisées par une grande proportion d’actes commis par les proches ».

« l’aggravation constante des violences à l’encontre des femmes génère bien sûr des souffrances inacceptables mais elles ont également un impact grave sur la cohésion et le progrès social »…

Marche blanche lumineuse 28 novembre 2009 à Saint Denis. ]

Extrait Site Orange.

*********************************************************************************************

No comment.

Menaces masculinistes contre le réalisateur du film " La domination masculine" qui sort ce jour en salle.

 » Publié par Patric Jean réalisateur de « La domination Masculine »:
jeudi 12 novembre 2009

Annulation de mon déplacement à Montréal pour cause de menaces.

Depuis quelques semaines, des sites masculinistes québécois inquiètent par leur incitation à la violence physique. Il semble qui je puisse être une cible privilégiée.

Ils évoquent l’élaboration de milices masculinistes, avec instructeurs principalement venus d’Australie et de Nouvelle Zélande pour enseigner des méthodes d’armement et de combat.

Leur référence principale est leur héros, massacreur de l’école polytechnique de Montréal, qui fit 14 victimes femmes en 1989, au nom de sa haine des femmes et des féministes, avant de se suicider.

Il semble bien qu’ils pourraient avoir envie de passer à l’acte en l’imitant dans la violence totale.
La situation est telle, que certains masculinistes pourtant radicaux, ont décidé de dénoncer aux forces de sécurité de Montréal, le risque de passage à l’action armée de leurs amis.

Il va sans dire que mon film et moi-même sommes souvent la cible des annonces potentiellement violentes de ces activistes. Je risque bien d’être considéré comme un ennemi ou un traître à abattre. Ils évoquent le film en annonçant que, lors de mon passage au Québec, je pourrais passer à côté de ma propre vie et que ce pourrait être mon Waterloo .

C’est pourquoi j’ai préféré reporter mon voyage à Montréal à une date ultérieure manquant ainsi les Rencontres Internationales du film Documentaire de Montréal (RIDM). J’y participerai grâce à un débat en vidéo-conférence.

C’EST VOLONTAIREMENT QUE JE PUBLIE LES COMMENTAIRES CI-DESSOUS. ON Y DÉCÈLE BIEN LA HAINE INCONTRÔLABLE DE CERTAINS INTERNAUTES ANONYMES ET CE N’EST PAS SANS INTÉRÊT.
Publié par patric jean à l’adresse jeudi, novembre 12, 2009 « 

Source : le blog de Patric Jean, à visiter ABSOLUMENT

Film : " La domination masculine" de Patric Jean…

[ Anonyme a dit…
Bonjour Patric Jean,
J’ai assisté à la projection de votre film, hier, à l’ONF, à Montréal. Je n’ai pas été déçue. Il s’agit d’un portrait honnête de la domination masculine : cela va des rôles suggérés aux filles et aux garçons dès la petite enfance à des cas de violence extrême (Polytechnique). Votre film montre le continuum de cette domination.
Les commentaires que l’on peut lire plus haut m’apparaissent assez hallucinants et symptomatiques d’hommes nostalgiques d’une époque où on ne remettait pas en question la domination masculine. Ce qui me fait peur, c’est que ces idées, il me semble, sont répandues de plus en plus chez les hommes qui apparaissent être « dans la moyenne ». Le problème de nombreux hommes d’aujourd’hui est qu’ils ne savent pas réinventer leur masculinité en fonction des récents acquis sociaux de femmes.
Un des symptômes qui m’apparaît le plus évident de ce ressac des hommes se trouve dans l’intensification de la prostitution et du trafic des femmes partout dans le monde. J’aurais trouvé intéressant que vous abordiez un peu plus la question de l’industrie du sexe et des hommes qui la fréquente (mais, je sais, on ne peut pas tout mettre dans un film…). Au moins, il y a un exemple intéressant dans le film. L’achat du corps des femmes par les hommes est à ce point considéré comme une normalité que même certaines des féministes québécoises que vous interrogez dans votre film demeurent silencieuses sur cette question ou la banalisent en adhérant au discours sur le « travail du sexe ». Si elles dénoncent régulièrement l’exploitation sexuelle ou autre des femmes sur certaines tribunes, elles se retrouvent alors, sur cette question (de la prostitution), du même côté que les proxénètes et misogynes de tout acabit qui réduisent des femmes à des corps achetables. Comment espérer une solidarité entre féministes quand certaines d’entre elles sont si incohérentes dans leur discours ? ]
Rhéa Jean- 13 novembre 2009 08:41

Source blog de Patric Jean – Pour lire les com .

BD : "En chemin elle rencontre…".

Bande dessinée géniale à lire absolument

« C’est un véritable coup de cœur pour cette année en bande dessinée. Marie Moinard, éditrice des Ronds dans l’O, a réuni des artistes, illustrateurs, scénaristes autour du thème des violences faites aux femmes, avec le soutient d’Amnesty International. De l’excision, au viol, le mariage forcé pour une mineur, cette bande dessinée s’engage dans cette bataille du respect des droits de la Femme.
Les rapports sont accablants : 70 millions de femmes sont excisés dans le monde, dont 55.000 en France, 20 millions de victimes de traite à des fins sexuels, et autant sur les viols collectifs, les mariages forcées pour les mineurs, femmes battues etc… des violences qui sont dénoncés ici dans ce collectif d’artistes de la bande dessinée. Ces histoires sont à la fois bouleversantes, choquantes, très proche d’un côté très obscur du XXIe siècle sur le rapport aux femmes dans la violence. Ces femmes ont perdu une part d’elle, et il leur est difficile de s’en sortir, de retrouver ce côté volé, violé, mais si on peut y entrevoir un espoir mais rare.
Awa a un petit ami, elle voudrait prendre la pilule. Mais lors de sa visite au médecin, il lui annonce qu’elle a été excisée. Awa ne sent pas entière, en parlant avec sa mère, elle va lui ouvrir les yeux sur les libertés d’une femme, renvoyant au passé les rites ancestraux. Elle veut être une femme à part entière !
Une main, une cheville ; avec une menotte large sans serrure, une chaîne se défile d’une case à l’autre, dans le texte, une femme parle, nous la connaissons tous mais au fil de la chaîne on l’a oubliée, absente du banc de l’école. En France, le mariage forcé est interdit.
Cristina est native des pays de l’Est, elle correspond sur internet avec Paul, elle en fait son fiancé français, elle va le rejoindre, il va lui donner un avenir moins rose, ou le rose, c’est le néon d’un hôtel, dans le noir, à peine éclairé… Paul, en échange d’une somme d’argent élevé, va « dresser » Cristina, et bientôt comme d’autres, elle rejoint les rangs de la prostitution forcée.
Marie est amoureuse, elle aime un garçon, ils partagent les mêmes idées, le même engouement pour la vie… mais il n’est pas un prince charmant, dans son côté sombre, il cogne la belle Marie, et Marie se cache, se dissimule derrière des artifices d’habillements, d’accessoires. Derrière ses lunettes noire, elle a peur de parler, de le dénoncer « …
Par Julien Alles.
Retrouver tout l’article Source « le mague »

*********************************************************************************************

Le thème du viol est traité par un mec qui raconte, entre autres qu’un policier a déclaré à propos de viols multiples:
 » Celle-là c’était un peu une allumeuse »…

Il dit aussi ceci :  » Les gens ne se sentent pas concernés tout le temps que ces violences ne les touchent pas directement. »

On l’a bien compris : ça n’arrive qu’aux autres …

Prix Célimène 2009 : une statue contre les violences faites aux femmes

Photo de la statue : Et…une grenade dégoupillée dans une main et une kalache dans l’autre, ne seraient-elles pas plus parlantes ?
statue

 » La statue poème de Florence Lafleur qui a remporté le Prix Célimène 2009 sera dévoilée le mercredi 25 novembre 209 à 11 heures au Jardin de l’État à Saint-Denis. Présidée par Nassimah, Dindar, dirigeante du conseil générale cette cérémonie aura lieu dans le cadre de la Journée internationale de l’élimination des violences faites aux femmes et des violences intra-familiales.  »
Source accueil site Orange. (www.ipreunion.com)

PS-Kalache définition, pour les « nulles » : Kalache nom féminin singulier argotiquement kalachnikov, pistolet-mitrailleur .

"Sale quart d’heure pour les sex-shops"…

Extrait:

« Les féministes se font terroristes :
Trois activistes en jupon ont été arrêtées dans la nuit de lundi à mardi, le cocktail Molotov en bandoulière.
« On voulait faire sauter une sex-shop de la rue Godot de Mauroy », ont-elles avoué.
C’est dans cette rue, réputée pour ses boutiques spécialisées et ses dames exerçant le « plus vieux métier du monde », que les policiers ont intercepté les premières féministes adeptes de l’action violente. Il était 2h30 mardi lorsqu’une patrouille de policiers remarqua, à l’angle de la rue des Mathurins et de la rue Godot-de-Mauroy, une 304 mal garée, les plaques minéralogiques couvertes de boue. Le moteur de la voiture tournant, sa conductrice au volant, les deux portières ouvertes.
Intrigués, les policiers se cachèrent dans une porte cochère pour observer la jeune femme prête à démarrer mais attendant visiblement des passagers. Ils virent arriver très vite deux jeunes filles portant chacune une bouteille à ma main. Passant à l’action aussitôt, les gardiens de la paix mirent la mains sur les trois demoiselles qui portaient en fait des cocktails Molotov »…
source : article d’un quotidien, décembre 1981
Site Baptiste Coulmont

********************************************************************************************

Depuis ? Des « vieilles » sont retournées à leurs casseroles et des minettes de 12 ans se perfectionent dans l’art de tailler des pipes…