"Elle" patientait devant l’abri bus…

Photo : Bye !
mini vélo

Ma balade à vélo*, quotidienne. « Elle » attend le bus pour rentrer à Saint-Denis, tout en mitraillant la Saline avec son appareil photo. Son sourire si chaleureux, me scotche. Je ralentis:
– Tu habites la Saline, demande-t-elle ?
– Non, je suis une citoyenne du monde…et je lui fais un salut militaire.
Elle croise les mains sur sa poitrine, rejette la tête en arrière dans un grand éclat de rire, et s’écrie:
– Me too !
Il existe des gens comme ça, qui sont ouverts…A ceux qu’ils ne connaissent pas! Qui ont besoin de tisser des liens avec les inconnus qu’ils croisent; pour rien. Si, juste pour partager, pour échanger, pour donner un peu de soi et pour prendre un peu de l’autre… J’en fais partie.

Mon anglais petit nègre ne me pose aucun problème : j’ai des mains très expressives. En fait, c’est une Allemande qui accompagne les élèves d’un programme d’échange, accueillis dans les familles de leurs petits « camarades de classe » réunionnais. Aujourd’hui, elle est libre: c’est dimanche..
Notre plaisir de partager est si intense que mon amoureux vient nous rejoindre, ne me voyant plus dans son sillage, depuis un bon moment…

Je n’ai oublié AUCUNE de toutes ces rencontres mâles et femelles, si vraies, si fortes parce que fugitives, glanées dans une infinité de pays.
Comme ce jeune étudiant canadien, rencontré un jour de marché à Chinon et ramené chez nous, dans l' »Île de Tours »(il se plaignait avec la marchande, qu’il fallait TOUT payer en France)…Monamoureux habitué à mes rencontres éphémères, s’est étonné de voir l’énorme assiette que s’est servi notre invité: il a tout empilé en une fois, même le fromage, et tout dévoré en un éclair!
Comme cette jeune fille paumée, qui avait rencontré le grand amour; il l’avait dévalisée dès le lendemain, en son absence: en réalité, il sortait tout juste de prison! Elle ne voulait plus rentrer chez elle ce soir-là, et…J’ai dormi entre elle et monamoureux: nous n’avions qu’un matelas, qu’une couette et il faisait très froid ! (J’ai toujours horreur des…lits sur pieds et Pierrette est toujours, une amie très chère).
Comme Rocky, gérant de KOA, qui offrait à une poignée de lève-tôt, dont nous-mêmes, un grand café « américain » brûlant et sucré, dans le petit matin frais des Montagnes Rocheuses, tout en racontant des blagues.
Comme Mary, riche américaine exubérante, me prenant dans ses bras sur un « sentier » de Patmos…Comme Rosa-Maria du Mexique, Ernesto du Chili, etc…
Je fais même partie d’une famille malgache…Depuis 15 ans: que du bonheur ! ( Sans compter mes autres familles de part le monde )…
Ma superfamille Malgache
Petites plages de bonheur que je revisite, chaque fois que je rencontre « la méchanceté et la bêtise »…Oui le monde est beau, il faut juste éviter de rencontrer ceux et celles qui cherchent des boucs émissaires pour leur mal-être existentiel, pour leur vie merdique et ratée, pour se venger du mal que d’autres leur ont fait…
Comme pour la vie à deux, il faut faire le « bon » choix; parfois, pas si évident, face à des chacals à visages humains !
Je n’ai aucun mérite dans ces si belles rencontres; j’ai juste beaucoup de curiosité, de sincérité et d’empathie envers « l’autre », en général.

…Bref, c’est un peu de son âme que je garde avec moi, et c’est un peu de la mienne qu' »elle » emportera à Stuttgart**.

* Oui, je « triche »: il a une assistance électrique !

** Le marché de Noël de Stuttgart, fort de plus de 300 ans de tradition et de son offre en produits de Noël, compte parmi les plus grandioses d’Europe.

Auteur : Tingy

Romancière féministe : je viens de publier " Le temps de cuire une sauterelle " :-)) Et de rééditer : "Le Père-Ver" et "Le Village des Vagins" (Le tout sur Amazon) ... et peintre de nombreux tableaux "psycho-symboliques"... Ah! J'oubliais : un amoureux incroyable, depuis 46 ans et maman de 7 "petits" géniaux...

3 réflexions sur « "Elle" patientait devant l’abri bus… »

  1. Toute ses rencontres, tu dois être heureuse de connaitre autant de monde, et surtout d’avoir autant d’amis, en te voyant sur une bicyclette, je me suis dis , en voila une ui vit pleinement sa vie.
    j’ai ressentie à travers cette photo une joie de vivre et une volonté à prendre la vie entre ses mains et la croquer à pleine dents, ai -je raison chèreamie?
    Bisous.

    J'aime

  2. Tu as raison ma puce: j’ai une joie de vivre phénoménale! ( J’ai VRAIMENT frôlé la mort)…

    Et CHAQUE instant compte double: je suis une rescapée, une survivante de mon enfance et d’un premier mariage…

    J’ai une telle énergie en moi, qu’elle déborde sur mon entourage, qui ne s’en plaint pas (rires)…

    Je t’embrasse.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s