" Femmes en péril : Il a tué trois femmes, en a blessé neuf autres puis s’est suicidé."

minou
Au sujet du récent assassinat de femmes, tuées parce qu’elles sont des femmes, voici un excellent article de Bob Herbert, paru dans The New York Times du 7 août 2009,
et sa traduction.
Femmes en péril

«Dans les faits, je suis un beau gars. Je m’habille bien, je me rase, me lave, me mets de l’eau de Cologne. Pourtant, 30 millions de femmes m’ont rejeté», a écrit George Sodini dans un blog qu’il rédigeait tout en préparant la tuerie [du 4 août] dans un gymnase de Pennsylvanie où il a tué trois femmes, en a blessé neuf autres puis s’est suicidé. Nous avons assisté si souvent à ce rituel tragique qu’il nous donne l’impression d’un cliché. Un type bout de colère contre des femmes, et il dispose d’armes à feu. Résultat: un massacre.
À l’automne 2006, un salopard a investi une école primaire de la collectivité Amish, dans la campagne de Pennsylvanie. Il a séparé les filles des garçons, a tiré sur dix filles, et en a tué cinq.
À l’époque, j’ai écrit que, si quelqu’un avait séparé ses futures victimes selon leur appartenance raciale ou religieuse pour ensuite n’abattre que les personnes noires, ou blanches, ou juives, on aurait entendu s’élever un tollé assourdissant. Mais quand seules des filles ou des femmes sont tuées,le tollé est beaucoup plus discret.
Selon des comptes rendus de police, Sodini est entré dans un cours de danse aérobic donné à une trentaine de femmes par une professeure enceinte. Il a éteint les lumières et ouvert le feu. La formatrice figure parmi les blessées.
Nous sommes tellement habitué-es à vivre dans une société saturée de misogynie que nous estimons plus ou moins prévisible que des femmes et des filles soient traitées de façon barbare.
Face à l’un ou l’autre de ces crimes sortant de l’ordinaire, nous proclamons certes notre stupeur, mais l’effet de choc se dissipe rapidement dans une société où le viol, le meurtre et l’humiliation des femmes constituent non seulement une constante de l’actualité mais l’ un des fondements du divertissement national.
La culture dominante fait preuve de la misogynie la plus outrancière, et la pornographie, industrie brassant des milliards de dollars, est contrôlée en majorité par de grandes entreprises américaines à la réputation irréprochable.
Quand on examine des meurtres de masse commis aux États-Unis, on constate chaque fois que les tueurs sont taraudés par la honte et l’humiliation sexuelle, et qu’ils reportent systématiquement ces sentiments sur les femmes et les filles. Pour résoudre le problème de leur sentiment d’impuissance,ils se procurent une ou des armes à feu et se mettent à tuer le maximum de gens, des femmes pour la plupart.
Ce qui est inhabituel dans le cas de Sodini, c’est qu’il a exprimé clairement dans son blog son sentiment de honte et sa haine des femmes.
«Pourquoi faire cela?», demande-t-il. «Pourquoi à des jeunes femmes ? Lisez la suite.» Dans son monologue macabre qui s’étale sur des mois, il en vient à écrire, entre autres : «Il semble que beaucoup de ces adolescentes baisent souvent. Il y en a une de 16 ans qui le fait habituellement trois fois par jour avec son copain. Alors, en moins d’un mois, cette petite salope a eu droit à plus de sexe que MOI dans TOUTE MA VIE, et j’ai 48 ans. Une raison
de plus.»

Cela me rappelle Seung-Hui Cho, l’homme qui a tué 32 personnes à l’université Virginia Tech en 2007. Même s’il a abattu des hommes et des femmes, on sait que Cho avait auparavant harcelé des camarades de classe,allant jusqu’à se glisser sous les tables pour les photographier par en-dessous. Un de ses ex-camarades de chambre a témoigné que Cho avait
prétendu lire  » la dépravation  » dans les yeux d’une femme croisée sur le campus.
Peu après les assassinats de Virginia Tech, j’ai interviewé le Dr James Gilligan, qui a consacré plusieurs années à étudier la violence, en sa fonction de psychiatre d’un pénitencier du Massachusetts ; il est aussi professeur à Harvard et à l’Université de New York. Ce qu’il conclut après des décennies de travail auprès de meurtriers, violeurs et criminels violents de tous genres, c’est qu’«un facteur fondamental, qui se retrouve
presque toujours à un degré ou un autre chez ces hommes, est le sentiment de devoir prouver sa virilité et que la façon d’y arriver, de retrouver le respect perdu, est de commettre un acte de violence».

La vie aux États-Unis est d’une violence effrayante. Mais nous devons prendre particulièrement conscience des violences spécifiques infligées quotidiennement aux femmes et aux filles de notre pays, en raison de leur sexe. Elles sont attaquées en tant que femmes.
Toutes les deux minutes, quelque part aux États-Unis, une fille ou une femme est agressée sexuellement. Le nombre des épouses et des partenaires gravement agressées est si élevé que pas un organisme n’arrive à en établir le compte.
Des agressions sexuelles de femmes ont été commises en si grand nombre dans l’armée que le ministère américain de la Défense a dû réviser tout son protocole de traitement du problème.
Nous deviendrions une société beaucoup plus saine et équilibrée si nous faisions l’effort de reconnaître que la misogynie est un problème grave et très répandu, et que l’addition de la perception pervertie des femmes qu’ont autant d’hommes et de l’absurde facilité à se procurer des armes à feu est tragiquement dangereuse.

Merci à Martin Dufresne pour le signalement et la traduction.
Nous dédions ce texte à la mémoire d’Elizabeth Gannon, Heidi Overmier et Jody Billingsley, les trois femmes assassinées.
http://www.nytimes.com/2009/08/08/opinion/08herbert.html?scp=2&sq=herbert&st=cse

********************************************************

De même, les féministes de notre réseau gardent vivante la mémoire des
femmes assassinées par un antiféministe le 6 décembre 1989, à la
Polytechnique de Montréal.
Voir http://encorefeministes.free.fr/poly.php3

Adelphiquement*,
Florence Montreynaud

*********************************************************************************************

Tingy:

J’ai tellement de colère…Impuissante , devant l’indifférence des femmes, pour leurs semblables : chacune pour soi, et le diable pour toutes !

Auteur : Tingy

Romancière féministe : je viens de publier " Le temps de cuire une sauterelle " :-)) Et de rééditer : "Le Père-Ver" et "Le Village des Vagins" (Le tout sur Amazon) ... et peintre de nombreux tableaux "psycho-symboliques"... Ah! J'oubliais : un amoureux incroyable, depuis 46 ans et maman de 7 "petits" géniaux...

6 réflexions sur « " Femmes en péril : Il a tué trois femmes, en a blessé neuf autres puis s’est suicidé." »

  1. la misogynie a certe sa responsabilite dans cet acte odieux mais ne pas tenir compte de la misandrie ambiante dans laquelle baigne le feminisme actuel est source d erreur ce meme geste fait par des femmes a l encontre d hommes tout aussi innocents en aurrait fait des heroines revanchardes (telma et louise,le film ,lindie ingland )ect si on veut tuer la violence inter-genre il faut reinventer la reciprocite meme si la violence est plus frequente de la part d un des 2 genres.Comprenez bien que je ne cherche en rien a excuser ce geste horrible mais je met l accent sur les responsabilites communes qu ont le patriarcat et leur complice feministe

    J’aime

  2. normal le reste est plus dur a admettre quand on apartient a l ideologie dominante nous les hommes avons connu ca aussi dur de se dire que l autre a des droits a faire valoir quand on se bagarre pour faire respecter les siens

    J’aime

  3. Oui moi aussi pour le geste horrible je suis d’accord, quand à chercher des excuses, là non. Plus on avance dans le temps et plus il y a de jeunes qui font du mal, pour le plaisir de le faire, alors pourquoi leur chercher des excuses.
    C’est horrible et c’est tout. Qu’il soit jugé comme assassin.

    Bisous

    J’aime

  4. ha ok tout a fait d accord qu il soit juge comme assassin mais a terme reconnais que ca ne resout pas le problemes les frustres sont de plus en plus nombreux et ne pas leur accorder la parole c est leur mettre les flingues entre les pattes de plus pour se suicider cela traduit un desespoir enorme . quand j entend les feministes denoncer ces actes je suis avec elles mais quand elles nient leur part de responsabilite ca me revolte car cela devient de la recuperation . j entend par la que ce ne sont pas les droits des femmes qui sont en cause mais le peu de cas qui est fait de la conditions des mecs qui ne veulent pas tout gober de la manipulation feministe et veulent decider de ce qu ils sont independemment des restes laisser par l ideologie dominante et pour cela il faut des espaces de discusion et mediatique .revaloriser l homme ne peut que servir les femmes mais les feministes le veulent elles vraiment?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :