Pourquoi une loi ?

No excuse
You tube; campagne contre les violences.

Pourquoi une loi contre les violences faites aux femmes ?

Table ronde : journal l’Humanité :Nov.2008

Extraits :

 » Geneviève Fraisse. Philosophe et député européenne:
L’histoire des femmes, au cours des deux derniers siècles, est toujours montrée de manière partielle : divorce, droit de vote, contraception, avortement, requalification du viol comme un crime, etc. Car la domination masculine s’exerce mieux lorsque le puzzle reste en morceaux. Dès que l’on prend le problème globalement, la perception change et c’est la société fondée sur l’inégalité entre les hommes et les femmes, la dissymétrie entre les deux sexes qui est mise en cause. On ne peut plus dire alors : ce n’est pas le bon endroit, le bon moment pour traiter le problème. Deuxième remarque, les Espagnols, qui ont une longueur d’avance sur le sujet, mettent l’accent sur la prévention, mot axial de l’introduction à leur loi de 2007. Mais, dans la domination masculine, qu’est-ce que la prévention ? Enfin je veux souligner qu’aujourd’hui un homme, un représentant du peuple, un député, a tué sa femme et s’est suicidé. Or, que dit la radio ? Il n’allait pas bien car il avait perdu la mairie de Thionville. C’est très représentatif du problème. D’une part tous les milieux sont concernés, d’autre part un acte de violence contre une femme est raccourci en un échec politique.

Suzy Rojtman.( collectif National pour le droit des femmes) :
À l’encontre de l’exemple espagnol dont nous nous sommes par ailleurs largement inspirées, nous avons pris en compte toutes les violences faites aux femmes, pas seulement les violences conjugales qui sont celles que l’on met en avant actuellement en France.
Les Espagnols ont, en revanche, abordé dans leur loi la question de la domination masculine. En France, c’est de l’ordre de l’impensable : on considère que cela n’existe pas ! Nous avons, nous, repris quasi textuellement leur formulation.
…Quand j’animais des groupes de parole au collectif féministe contre le viol, les femmes se reprochaient souvent de « n’avoir rien fait ». Or, quand on essayait de décortiquer ce qui s’était passé, on découvrait beaucoup d’actes de résistance. C’est sans doute ce qui se passe dans les situations de violence conjugale. Au bout d’un moment l’homme violent annihile les actes de résistance, tant on a peur qu’il vous tue.
Mais la fin du rapport de forces est-elle possible ? Je suis pour l’utopie mais je ne pense pas que ce sera la paix. Il ne faut pas se mentir.
…Je suis frappée par une autre information de la semaine : en Afghanistan on envoie de l’acide à la tête des petites filles qui vont à l’école. La véritable arme c’est le savoir, la connaissance, l’éducation, c’est là que tout se joue.

Marie-Georges Buffet :
C’est vrai que l’éducation, ce n’est pas suffisant. Sinon on n’expliquerait pas toutes les situations de dominations dans lesquelles sont des femmes éduquées qui n’arrivent pas à franchir le pas de se révolter .  »

Auteur : Tingy

Romancière féministe; "Le Père-Ver" ( 2OOO épuisé) et "Le Village des Vagins" ( 2007,en vente chez "Virgin " et "Autrement "); un 3ème roman en long chantier ...et beaucoup de tableaux "psycho-symboliques")... Ah! J'oubliais: un amoureux incroyable, depuis 40 ans et 7 "petits" géniaux...

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s