Francine découvre la Réunion.

tableau de marée
Tableau laissé par la marée.

 » J’ai oublié de vous raconter notre arrivée dans l’île !
… Nous sommes dans l’avion, 1000 km/heure, 10 000 mètres d’altitude, moins 50 degrés à l’extérieur, destination : la Réunion ! Il fait nuit et on ne voit rien, en dessous .
Nous arrivons à L’île Maurice à 10H15. Vu du ciel c’est magnifique! Les champs sont circulaires et partagés en quartiers en fonction de ce qui y est cultivé… On dirait d’énormes parts de gâteau de différentes couleurs! C’est surprenant!
On aperçoit également quelques lagons de couleur émeraude…. hummm…..
Le temps de descendre quelques passagers et de faire le plein de carburant, nous voilà repartis ! 40 mn plus tard nous atterrissons à la Réunion. Il est 12H15 heure locale (10H15 en Métropole).
Le changement est immédiat ! Des palmiers, des cocotiers parsèment le parking de l’aéroport et l’océan… Là, juste là!
Pépito, le père de Pierre-Julien, nous accueille et nous conduit à St Denis, la capitale . Trois minutes de voiture, l’aéroport est encore visible…Nous y sommes déjà ! Ça change des 2H30 de circulation pour aller ou sortir d’Orly!
« On va manger chez Gaston, ça vous dit?! » Allez! C’est parti!
Gaston tient un petit resto-self au bord de l’océan. Tout est au bord de l’océan ici de toute façon! Sauf que l’on ne peut se baigner partout. Contrairement à ce que l’on s’imagine, il n’y a pas tant de plages que ça. Pour 70% des côtes c’est le plein océan direct, c’est à dire que l’on ne peut pas s’y baigner… Gare aux requins! C’est leur site de prédilection! Eaux profondes à proximité de la côte… Bon! nous ne nous baignerons pas ici!!!!
Sur la façade de chez Gaston trône l’emblème de la bière locale : un Dodo, accompagné de l’inscription: « La DODO Lé Là « ! J’me sens bien ici moi! Je sens que la Réunion va me plaire!
La patronne des lieux nous propose au choix : Riz avec « des grains » (en l’occurrence ici des haricots rouges), poulet au caramel ou bœuf sauce soja et légumes.
La base de la cuisine ici : du riz, « des grains » et du rougail (du piment à la tomate fraîche). Nous nous régalons. Salomé dévore son repas avec appétit! Ça creuse l’avion!
Nous sommes tellement heureuses d’être là, que la fatigue ne se fait actuellement pas sentir. Il faut dire que nous n’avons pas beaucoup dormi!
De la fenêtre on voit la route et l’océan. On m’explique qu’ici les embouteillages sont fréquents, car les transports en commun ne fonctionnent pas vraiment. Les gens préfèrent prendre leur voiture. Bien que ce ne soit pas toujours évident. L’usage du bus n’est pas encore vraiment, entré dans les mœurs. D’ailleurs je n’en vois aucun…
On se croirait un peu en Afrique du sud par certains côté, les rues, les maisons… ça dépend où on se trouve bien sûr.
Après s’être régalés chez Gaston, on roule vers le coeur de St Denis. Pépito doit faire un saut à la Mairie… On passe devant d’anciennes maisons coloniales réhabilitées en « centre social », « administratif »…Mairie… La discussion tourne autour de la colonisation. Certains autochtones ont, à une époque, réclamé l’indépendance… Pourtant on sent combien l’île serait pauvre sans la présence de la France. Ici, on est isolé de tout… C’est une île avec ce que cela implique au niveau commercial et autre…
Un peu plus tard, nous arrivons chez les parents de Pierre-Julien. Mamita n’est pas là, elle est à Maurice. On la rejoindra plus tard pour son anniversaire. La maison est superbe. Petite mais tellement pleine de charme avec son jardin rempli de fleurs de frangipanier, d’hibiscus et de bougainvillée! Et l’océan… une fois de plus juste là! à nos pieds!!!
D’ailleurs, après nous être installés, nous allons admirer le flamboyant coucher de soleil et ramasser des coquillages!
La plage est pleine de coraux que l’océan dépose à chaque marée. Ainsi, pendant que le soleil se couche à l’horizon dans de magnifiques couleurs d’or, nous arpentons la plage à la recherche de ses trésors!

Notre première journée s’achève. Nous passons à table : du riz et …. et non! Pas de grains héhé!!! J’ai ramené du marché d’Uzès un assortiment d’olives, de tapenade, anchoïade, confit de tomates, brandade…

Nous allons nous coucher, car la fatigue se fait sentir! Nous installons Salomé au pied de notre lit et nous tombons dans les bras de Morphée, à notre tour!
Je vous embrasse.

A demain, si vous le voulez bien………….  »