Comportement ordurier de l’agresseur et lâcheté des passagers…

 » Mercredi 23 avril, une jeune femme de 29 ans a été agressée dans le métro de Lille devant d’autres passagers restés passifs. C’est La Voix du Nord qui rapporte le calvaire de la jeune fille originaire de Tourcoing.

En larmes, la victime livre un récit édifiant : « il est venu vers moi directement avec une bouteille. Il sentait l’alcool. Il m’a touchée et personne ne m’a aidée. Je me suis défendue toute seule ». Elle poursuit en indiquant que l’agresseur a « commencé à [la] bloquer et à [la] toucher à plusieurs reprises ». Ignorant la défense et les plaintes de cette mère de famille, l’agresseur lui fait part alors de l’intention d’appeler son cousin afin de la violer. Mais, si le comportement ordurier de l’homme ne fait aucun doute, la réaction des passagers est tout autant surprenante.

« Ils m’ont laissée toute seule »

Elle qui confirme « avoir crié à l’aide, au secours » a constaté la solidarité toute relative de l’assistance qui a préféré changer de rame plutôt que de lui venir en aide. « Ils m’ont laissée toute seule et ils me regardaient me faire agresser!  » s’indigne-t-elle.

Le calvaire de la victime a duré pendant tout un trajet sans qu’aucun passager ne lui vienne en aide. Elle arrive au bout d’un moment à quitter tant bien que mal le métro non sans avoir essuyé quelques coups et crachats.

Mais l’homme ivre ne compte pas en rester là, il la poursuit jusque dans la rue où la victime réussit à trouver de l’aide en arrêtant une voiture. Le jeune conducteur sollicité est intervenu le temps que les agents de sécurité du métro interviennent pour maîtriser l’agresseur âgé de 20 ans. Celui-ci a été condamné jeudi à 18 mois de prison ferme.

Lors du procès, le procureur a évoqué l’idée de poursuivre les autres passagers pour « non-assistance de personne en danger » et a demandé aux policiers d’enquêter en ce sens. Traumatisée, la victime n’a pu rester pendant l’audience. Ayant croisé le regard de son agresseur, elle a fui le tribunal, en larmes. »

Planet.fr

*****************************************************************************

« Lors du procès, le procureur a évoqué l’idée de poursuivre les autres passagers pour « non-assistance de personne en danger » et a demandé aux policiers d’enquêter en ce sens. »

C’est la moindre des choses à faire en effet, concernant les passagers !

Chacun pour soi et… le diable pour tous ?

Une "mise en scène de la princesse Anne Sinclair" ?

Par Michel Maffesoli, sociologue:

« …une princesse qu’il faudrait plaindre

Anne Sinclair et ses amis forment une tribu, comme il y en a tant aujourd’hui, de celles qu’elle et ses amis vilipendent. C’est grâce à cette tribu qu’elle a pu résister à tant de malheurs et au lynchage médiatique. Que la communauté soit juive n’ajoute ni n’enlève rien à son efficacité protectrice. Une des nombreuses tribus de la société postmoderne, dans laquelle on se réfugie en cas de malheur…

…Et puis Anne Sinclair est femme. La première femme à la radio, la première femme avec une grande émission de télévision, on croirait entendre parler de Marie Curie. Comme l’émission faisait dans le genre conte de fées, on n’a bien sûr pas parlé des « autres grandes femmes médiatiques et politiques » de sa génération : Simone Veil, Christine Okrent, Michèle Barzach etc. Ni contextualisé son parcours professionnel : une émission qui fit jusqu’à 10 millions d’auditeurs, à une époque où il n’y avait que trois chaînes publiques.

Ce qui est plus intéressant, c’est le jeu double que mène Anne Sinclair avec sa féminité : revendiquée comme une sorte d’obstacle qu’elle dut franchir pour sa carrière, mais largement utilisée comme adjuvant à celle-ci même. Sa voix (justement pas d’un homme, mais belle pour une femme), sa beauté télégénique et par dessus tout, sa séduction des hommes. Qu’elle n’a pas eu peur d’enlever à une autre femme. On ne sait pas finalement à quoi Anne Sinclair tient : un premier mari, qu’elle quitte pour un fougueux amant avec qui elle s’amuse aux rendez-vous clandestins ; un second mari pour lequel elle abandonne son poste, mais dit-elle maintenant, sans partager son ambition ; on se demande d’ailleurs même si elle a un moment imaginé qu’il fût le meilleur, non pas pour être élu, mais pour diriger la France.

Et dès lors l’affaire DSK n’est plus qu’une vulgaire histoire d’adultère. C’est bien sûr ceci qui est obscène dans toute cette saga : l’amalgame même pas discuté fait entre une accusation de viol et celle d’un adultère, les soupçons de harcèlement sexuel et ceux de libertinage, voire les relations avec de prostituées et le viol de prostituées.

Anne Sinclair a une conception bourgeoise, voire petite bourgeoise des rapports sexuels : ils ne sont autorisés que dans le cadre strict de la monogamie et du mariage. Un mariage qui serait pour la vie.

Et au fond, peut-être est-ce cela le but de cette « mise en scène de la princesse Anne Sinclair » : nous prouver qu’il ne s’agissait que d’une banale histoire de midinette, une femme qui a cru que son mari serait fidèle, qui a cru qu’il obéirait à la prescription du père transmise par le premier mari (attention les féministes, qu’est ce que cette femme « confiée » par un homme à un autre homme, puis un autre…). Anne Sinclair serait une femme banale : riche, mais c’est sans importance, juive, mais non croyante, de gauche, mais sans conviction, belle, mais devant tout à son intelligence, intelligente, mais prête à abandonner son activité.

Une femme lisse, aux mains d’un monstre, tout sauf froid. Sauf qu’il donne l’impression d’être, comme les autres hommes d’ailleurs de l’histoire, une marionnette agitée par la reine Anne.

Ce qu’on aime dans les contes, ce sont bien sûr les personnages d’ogres, de géants, de Barbe-bleue. Blanche Neige réduite à jouer avec ses petits nains, voilà un conte bien ennuyeux.

Mais une analyse de la société postmoderne bien intéressante : la bataille d’une héroïne de la modernité, lisse, efficace, rationnelle et d’un « monstre » de la postmodernité, économiste et homme politique rationnel et surdoué dépassé par moments par ses pulsions, non seulement sexuelles, mais totales : DSK économiste à la ville et dépensier (au sens de la dépense de Georges Bataille) aux champs. Sa princesse n’a pas voulu l’y accompagner. C’est pourquoi l’histoire finit mal, en général. »

http://www.atlantico.fr/decryptage/anne-sinclair-france-2-portrait-princesse-qu-faudrait-plaindre-michel-maffesoli-1051052.html#socrfk1iFyuIPawK.99
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/anne-sinclair-france-2-portrait-princesse-qu-faudrait-plaindre-michel-maffesoli-1051052.html#Xh3G4mM01fmwUdrI.99

****************************************************************************

« Et au fond, peut-être est-ce cela le but de cette « mise en scène de la princesse Anne Sinclair » : nous prouver qu’il ne s’agissait que d’une banale histoire de midinette, une femme qui a cru que son mari serait fidèle, qui a cru qu’il obéirait à la prescription du père transmise par le premier mari (attention les féministes, qu’est ce que cette femme « confiée » par un homme à un autre homme, puis un autre…).

En effet !

« Ce qui est plus intéressant, c’est le jeu double que mène Anne Sinclair avec sa féminité  »

Ce n’est pas moi qui le dis !

Elle ne peut pas « y » croire: ce serait avouer tout son « échec perso », concernant « l’affaire »(!) avec Mme Diallo et avec DSK !

Une « mise en scène de la princesse Anne Sinclair » ?

C’est ce que je pense aussi !

Cool !…ce n’est que MON opinion…

Sexualité féminine et …tsunami sexuel ?

PB (Visiteur) -jeudi, 24. avril, 2014 @ 01:44:06

Chère Tinguy,

J’aimerais pouvoir amener certaines féministes, malades d’avoir un corps, à lire votre site.

Vous savez apprécier la sexualité comme un plaisant cadeau que la nature nous a fait. L’entendre de la part d’une femme pourrait leur faire du bien.

Et quand vous citez des violences, trop fréquentes, faites aux femmes, vous ne confondez pas la « souffrance causée par un regard non-désiré » qui les préoccupe tant et celle due aux coups, blessures, viols.

****************************************************************************

Merci à vous, cher Peter,

De n’avoir pas fait semblant de croire que j’écrivais CONTRE les mecs, -que je détesterais, donc!-

Alors que je ne fais que dénoncer le mauvais sort réservé aux femmes, par les sociétés et les religions, partout dans le monde !

 » Vous savez apprécier la sexualité comme un plaisant cadeau que la nature nous a fait. L’entendre de la part d’une femme pourrait leur -certaines féministes- faire du bien.  »

« Un plaisant cadeau » ? dites-vous ?

Moi je pencherais plus pour un… « tsunami », hahaha ! (Le mot n’est pas de moi, mais d’une Allemande qui a « abandonné » ex-mari et fils en Allemagne pour se remarier à un …Mauricien; comme quoi, des amoureux de la femme* et non pas seulement de leur… sexe*, savent y faire, apparemment 😉 Beaucoup trop de mecs sont amoureux de leur…pénis(!), qu’il faut satisfaire, en priorité et à tout prix :## ; en face il n’y a plus qu’un…vagin, pas une femme ! (J’ai eu pitié de vous: je n’ai pas dit des « latrines à sperme » , hahaha !)

Le "gynosome" ? Un pénis…femelle(!) épineux !

« Cet insecte dont la femelle a un pénis et le mâle un vagin :

Ces insectes ailés, du genre Neotrogla, n’avaient pas attiré l’attention des chercheurs jusqu’alors. Mais en se penchant un peu plus sur la question, ils ont découvert que les appareils génitaux étaient inversés. Une équipe de chercheurs genevois, brésiliens et japonais ont publié leur découverte dans la revue Current Biology jeudi.

Pour la reproduction, la femelle enfonce son « gynosome », selon le terme scientifique, dans la chambre génitale du mâle. L’accouplement peut durer entre 40 et 70 heures. C’est donc le « pénis » de la femelle qui recueille le sperme et des gélules de nourriture, qui serviront à la production des ovules.

Pénis épineux

Autre découverte des scientifiques : ce gynosome est épineux, les piquants permettent aux deux insectes de s’ancrer l’un à l’autre. « Parce que la force d’ancrage de la femelle est très forte, une résistance du mâle peut causer des dommages à ses organes génitaux. Il est donc très probable que tout le processus d’accouplement soit contrôlé activement par les femelles, alors que les mâles seraient plutôt passifs », explique ainsi Kazunori Yoshizawa, coauteur de l’étude, au site The Verge.

Les chercheurs expliquent les évolutions ayant permis cet inversement des appareils génitaux par le lieu où vivent ces insectes : des caves sombres, sèches, avec peu de nourriture. Avec un pénis, la femelle peut recueillir les ressources nutritionnelles du mâle. »

http://www.lepoint.fr/science/cet-insecte-dont-la-femelle-a-un-penis-et-le-male-un-vagin-18-04-2014-1814425_25.php

****************************************************************************

« Pour la reproduction, la femelle enfonce son « gynosome », selon le terme scientifique, dans la chambre génitale du mâle. L’accouplement peut durer entre 40 et 70 heures. »

La sexualité animale est largement diversifiée et…surprenante 😉

Et dire que les religions en sont encore à réfuter…l’homosexualité

Au noms de « valeurs » qui leur sont propres ! :##

Couple: dormir à deux en laissant de la place pour les…rêves ?

… » C’est la première étude à s’intéresser aux positions de sommeil des couples », explique le professeur Richard Wiseman, son auteur principal.

Il ajoute que ces conclusions « permettent de mieux appréhender la personnalité et la relation » des individus observés.

Dans le détail, l’étude s’intéresse aussi aux positions de sommeil les plus fréquemment observées. Et c’est le « dos contre dos » qui arrive en tête avec 42% des dormeurs, tandis que seulement 4% dorment l’un en face de l’autre.

On apprend aussi que les personnes extraverties ont tendance à se montrer plus « collantes », tandis que les profils créatifs aiment avoir de la place »…

http://www.huffingtonpost.fr/2014/04/20/positions-sommeil-etude-scientifique-vie-de-couple_n_5182182.html?utm_hp_ref=mostpopular

*****************************************************************************

 » Les profils créatifs aiment avoir de la place  »

Je confirme ! 😉

Vive le lit de 2 m de large: se câliner avant de s’endormir, se laisser de la place pour rêver en long en large et en travers, et se retrouver le matin à se raconter les rêves ou…l’insomnie, hahaha !

Auteure érotique française, d’origine… thaïe ?

 » Emmanuelle Arsan est parmi les auteurs érotiques du XXème siècle, l’un des plus connus.

C’est une romancière française d’origine thaïlandaise, considérée en général comme l’auteur du roman érotique autobiographique Emmanuelle.

…Mais c’est surtout comme écrivain qu’elle deviendra célèbre, en publiant chez Éric Losfeld, sous pseudonyme, son roman Emmanuelle (1959) qui sera aussitôt interdit de publicité. Cela ne l’empêchera pas d’obtenir un succès planétaire et de faire l’objet d’un grand nombre d’adaptations au cinéma et à la télévision.

Selon certains témoignages, le véritable auteur des romans signés Emmanuelle Arsan aurait été non pas Marayat Rollet-Andriane, mais son époux « …

http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuelle_Arsan

****************************************************************************

Je vous laisse écouter la chanson du film ? 😉

http://www.dailymotion.com/video/xii74n_emmanuelle-pierre-bachelet-ouverture-fermeture-theme_creation

Le " Poète du peuple Thaï" ?

(Pointez souris pour légende).

Le soleil s'est couché sur Koh Pha Nang(Photo non contractuelle).

————————

Par Gérard Pissamai, un poème de Sunthorn Phu :

« Nous sommes peut-être ivres

Mais nous sommes aussi enivrés par l’amour.

Je ne peux pas résister à mon cœur,

Et bien qu’on soit ivre,

Demain le soleil brillera,

Et l’ivresse se sera écoulée.

Mais lorsque la nuit tombera,

L’ivresse de l’amour reviendra »

(Sunthorn Phu)

———————–

 » Sunthorn Phu est souvent considéré comme le père de la littérature Thaïe.

Né le 26 juin 1786 dans la province de Rayong dans une famille modeste et mort à l’âge de 70 ans, il est l’un des plus grands poètes de Thaïlande.

Avec son talent et son génie poétique, il a acquis le respect d’un grand nombre de gens, mais aussi de la famille royale.

Au terme de sa carrière, il fut nommé Poète Lauréat, et nommé « Phra Sunthorn Voharn ».

Aujourd’hui, deux siècles après sa mort, les créations de Sunthorn Phu sont étudiées dans les classes de littérature en Thaïlande.

Sa grandeur ne réside pas tant dans un style correct et très orné, qui est le but de la plupart des poètes thaïs, mais dans la simplicité et la sincérité de son expression »… (Extrait).

http://gerard.pissamai.over-blog.com/article-sunthorn-phu-le-poete-du-peuple-thai-55434816.html

LE sexo et le clito !

« L’orgasme clitoridien peut s’obtenir seule, sans l’intervention d’un homme et c’est un orgasme à part entière, qui n’est pas moins intéressant que l’orgasme vaginal.

Il est surtout beaucoup plus facile et rapide à atteindre, car le clitoris est un endroit extrêmement sensible », rappelle le Dr Gérard Leleu, sexologue.

Plus de 95% des femmes parviennent à l’orgasme clitoridien au cours de leur vie lorsqu’elles se caressent elles-mêmes, contre seulement 45% des femmes lorsqu’elles sont caressées par un homme. Une caresse mal donnée par l’homme peut en effet être désagréable alors que l’auto-stimulation permet plus facilement d’atteindre l’orgasme »

Par Laura Chatelain

« On peut avoir du plaisir et atteindre l’orgasme dès les premières stimulations du clitoris, mais plus on va le stimuler, plus le plaisir va devenir aigu et intervenir rapidement », précise le sexologue. Ainsi, l’orgasme obtenu via la stimulation du clitoris peut augmenter d’intensité au fil de la vie, mais aussi au fil d’une même « séance ». « En se caressant, et en continuant à le faire après le premier orgasme, la femme peut obtenir une succession d’orgasmes de plus en plus intenses », confirme le spécialiste. Il ne faut donc pas hésiter à se (faire) caresser souvent, et à recommencer plusieurs fois de suite »….

http://www.medisite.fr/orgasme-7-conseils-pour-augmenter-lorgasme-clitoridien.591445.81.html?xtor=EPR-26-583529%5BMedisite-A-la-Une%5D-20140421

****************************************************************************

« L’orgasme clitoridien peut s’obtenir seule, sans l’intervention d’un homme  » ? ? ?

Encore heureux !!!

« Peut » est vraiment de trop : « s’obtient » serait plus juste :##

J’adooooooore quand c’est UNsexologue qui nous parle de notre minou !!!!

En fait, il ne fait que recracher ce que lui racontent ses patientes

En réalité LE sexologue ne « sait » RIEN de la réalité(!) du minou: il ne fait… qu’imaginer

C’est exactement la même chose d’imaginer ce que l’on ressentirait à l’annonce d’un cancer et le véritable tsunami dévastateur quand c’est réellement le cas ! A 25 ans on m’avait diagnostiqué à tort un cancer* du tibia – le cancer des os était rapidement mortel à l’époque; je ne sais pas si c’est toujours le cas aujourd’hui- qui* n’était en réalité qu’une tumeur bénigne !

Bref ! A mon avis c’eût été plus crédible d’interroger UNE sexologue…