Les vieilles, victimes de violences ?

… « S’il existe aujourd’hui en France et en Europe une réflexion spécifique sur les violences à l’encontre des femmes, ainsi que sur les maltraitances aux personnes âgées, il n’existe rien de comparable sur les femmes âgées victimes de violences.

En 2011, le CNIDFF et ALMA ont donc souhaité rompre le silence qui entoure les violences faites aux femmes âgées en réalisant, dans le cadre du projet européen STOP VI.E.W (Stop Violence Against Ederly Women programme DAPHNE), un premier recueil de données sur les violences faites aux femmes âgées en France.

Les chiffres du réseau ALMA ont permis de constater que les femmes victimes de violences âgées de moins de 65 ans sont 24,5 % contre 75,5 % lorsqu’elles ont plus de 65 ans. L’augmentation de l’âge triple le risque d’être victime.

Rappelons par ailleurs que les femmes âgées sont souvent très fragilisées sur le plan économique, et qu’au-delà de 75 ans, 70 % des pauvres sont des femmes.
Ces premiers résultats ont ainsi permis de mettre en avant le continuum des violences envers les femmes.
Le projet STOP VI.E.W s’est donné pour objectif de sensibiliser l’ensemble des acteurs concernés à la problématique des violences envers les femmes âgées, de renforcer les compétences des différents professionnels et des bénévoles ainsi que l’information auprès du grand public.
Il entend également susciter un débat plus large au sein de la société, promouvoir les bonnes pratiques à un niveau national et européen »…(Extraits )

http://www.infofemmes.com/v2/p/Lutte-contre-les-violences/p/Lutte-contre-les-violences/Conference-de-presse-StopView/2679

***********************************************************************

« L’augmentation de l’âge triple le risque d’être victime. »

« Rappelons par ailleurs que les femmes âgées sont souvent très fragilisées sur le plan économique, et qu’au-delà de 75 ans, 70 % des pauvres sont des femmes. »

Heu…celui qui cogne, insulte, humilie, violente, etc… sa compagne, quand il est plus jeune

S’arrêterait subitement de MAL traiter la vieille qui partage sa vie

En vertu de…quoi? Un bras cassé, une diminution de la force physique?

La nature s’obstine à faire mourir les mecs bien avant les nanas

Serait-ce pour qu’un certain nombre d’entre elles puissent juste entrevoir, à quoi peut bien ressembler…le paradis? (liberté, paix, autonomie, estime de soi, choix de vie, etc…)

PS- Ah,j’oubliais: on est de plus en plus rapidement « vieille » pour des jeunes de plus en plus précoces pour singer les adultes, hahaha !

C’était … hier : no RESPECT seulement des DEVOIRS!

Il faudra attendre…2006 ! pour qu’une loi française mentionne le « RESPECT » dans les OBLIGATIONS du MARIAGE

On se souvient, entre autres de:

La condamnation machiste… à « l’obéissance au mari » !

Ainsi que du « droit indigne de violer sa femme », appelé aussi « Devoir conjugal »

Et…2010 ! pour la création de l’ordonnance de protection des victimes et du délit de harcèlement moral au sein du couple.

C’est seulement en…1965 que les femmes mariées peuvent exercer une profession sans l’autorisation de leur mari.

——————–

… »2006 : – Loi du 4 avril renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs ajoute le partenaire « pacsé » et les « ex » au titre des circonstances aggravantes.

Introduction de la notion de respect dans les obligations du mariage
– Alignement de l’âge légal du mariage pour les garçons et les filles à 18 ans

…2010 : Vote de la loi relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants : création de l’ordonnance de protection des victimes et du délit de harcèlement moral au sein du couple »…(Extraits)

A voir et revoir: http://www.infofemmes.com/v2/p/Se-documenter/Historique-du-droit-des-femmes/60

***********************************************************************

Le titre de l’article : »Les droits des femmes n’ont réellement commencé à évoluer en France qu’il y a quelques décennies »

Mais…Les MENTALITES ont-elles « évolué » :## de concert, elles aussi ?

L’affaire DSK, entre autres, a été un révélateur…sidérant

Pour beaucoup trop -mâles et femelles,- les nanas sont toujours des « salopes »( latrines à sperme), des inférieures/incapables (campagnes politiques, salaires), des bonnes à tout faire gratuites,(même le sexe « obligatoire » -fellation complète et sodomie comprises- et non rémunéré), l’objet de diktats de magazines et de « modes » diverses et variées(toujours plus pour -faire- bander plus?)

On a LA société que l’on mérite !

PS- Et des… femmes osent cracher dans la soupe, alors qu’elles BENEFICIENT,chaque jour, des lois…ARRACHEES sans relâche par des FEMINISTES courageuses, à qui on fait payer leur « témérité de justice et d’égalité »: sarcasmes,insultes obscènes, violences verbales et physiques, allant jusqu’aux…assassinats de certaines d’entre elles…

Comment,COMMENT en est-on arrivé là ?strong>

L’imposture de la liberté de…choix ?

Par Micheline Carrier:

[ L’imposture, film de la cinéaste Ève Lamont qui a mené une recherche de plusieurs années dans les grandes villes du Québec et leurs périphéries, ainsi qu’à Ottawa.

« J’ai été abasourdie, dit-elle, par l’ampleur de la violence subie, par tous les intoxiquants qu’elles consomment pour ’geler leurs émotions’ et à quel point il est difficile de sortir de cet engrenage ».

… »La question fondamentale n’est pas de savoir pourquoi certaines femmes ’choisissent’ de se prostituer, dit Ève Lamont, mais plutôt au nom de quoi certains hommes sont autorisés à acheter du sexe et à utiliser le corps de femmes et d’enfants. Est-il normal, au XXIe siècle, de réduire un être humain à une marchandise sexuelle, un instrument de jouissance et un objet à consommer ? »

… L’Imposture montre ce dont ces femmes sont capables quand elles reprennent confiance en elles et le contrôle de leur vie. Leurs témoignages, souvent touchants, font voler en éclats quelques mythes sur cette prétendue « liberté de choix ».

« Le but du film était de leur donner la parole et de voir leur réalité sans faire de voyeurisme, de sensationnalisme et de misérabilisme. Même si nous savons que la réalité est bien pire que ça », dit la réalisatrice Ève Lamont. Les récits de ces femmes font prendre conscience des obstacles considérables qu’elles ont à surmonter. On ne peut qu’admirer leur volonté, leur persévérance et leur courage à reconstruire leur vie brisée par cette violence extrême qu’est la prostitution.

On sort du visionnement en se disant qu’aucune femme ne peut choisir librement cette violence, et que, oui, il est possible de quitter la prostitution à la condition d’obtenir l’aide nécessaire. Et l’on se demande pourquoi cette aide fait si souvent défaut à ces femmes »…(Extrait).

A lire : http://sisyphe.org/spip.php?article3713

***********************************************************************

… » leur vie brisée par cette violence extrême qu’est la prostitution.

…On sort du visionnement en se disant qu’aucune femme ne peut choisir librement cette violence « …

CHOISIR une VIOLENCEEXTRÊME exercée contre SOI, des dizaines de fois par jour ?

Normal de chez NORMAL, comme comportement!

Et… concernant celles qui affirment que c’est une: « liberté de choix »(!)

Auraient-elles des fantasmes honteux non encore assouvis ?

Les clients prostituteurs ?

 » Suède : bilan positif pour la loi qui pénalise les « clients » prostitueurs -Par Claudine Legardinier.

La Suède persiste et signe, encouragée par le franc soutien de l’opinion publique à la loi. Selon le rapport, la loi a eu l’effet attendu et est un instrument important pour prévenir et combattre la prostitution.
Un rapport du ministère de la Justice paru en Suède le 2 juillet 2010 [1] conclut au succès de la loi qui pénalise les clients prostitueurs.

En vigueur depuis 11 ans, cette disposition a fait couler beaucoup d’encre. Pour la première fois, un pays adoptait une loi franchement féministe en renversant les schémas traditionnels : au lieu de pénaliser les personnes prostituées, la Suède braquait les projecteurs sur le responsable essentiel – et furtif – de l’existence et du développement du système prostitutionnel, le « client ». Il est interdit d’acheter un « service sexuel », déclarait cette loi d’un genre nouveau, menaçant les contrevenants d’amendes et même de peines de six mois de prison »…(Extrait).

A lire : http://www.prostitutionetsociete.fr/actualites/actualites-europe/suede-bilan-positif-pour-la-loi »…

***********************************************************************

« La Suède persiste et signe, encouragée par le franc soutien de l’opinion publique à la loi. »

En France, des mecs sont encore fiers, « d’emmener leurs fils aux putes » !

Et des femmes,*apparemment saines d’esprit et de corps, affirment toujours que ces « filles » ont CHOISI cette saloperie

Nous avons la société que l’on mérite!

PS- *Apparemment seulement! La majorité silencieuse de femmes…et de mecs, révulsée et révoltée, peut et doit garder espoir en l’Humanité !

Le réseau… Zéromacho ? Si, si, si !

Un réseau de… MECS ? OUI !

————-

« Tout homme peut s’affirmer sans nier l’autre, et s’assumer sans dominer. »

La prostitution est-elle un « droit de l’homme » ? Une « liberté des femmes » ? Une réalité inévitable pour répondre aux « besoins irrépressibles » des hommes ?

NON ! Finissons-en avec cette propagande !

Nous, signataires de ce manifeste, hommes de tous âges, origines et conditions, refusons de vivre notre sexualité au travers de rapports marchands. Pour nous, la sexualité est avant tout une relation humaine, vécue dans l’égalité et le respect de l’autre, de sa liberté et de son désir.

Le réseau Zéromacho présente : NOUS N’IRONS PAS AU BOIS

Des hommes disent:

-NON à la prostitution

-NON à ce marché de la misère qui pousse les plus vulnérables à louer leur bouche ou leur vagin !

-NON à la culture machiste qui utilise la sexualité pour dominer et avilir !

-NON à des bordels, même homologués par l’État, où des femmes, asservies et exploitées par des proxénètes, sont parquées au service d’hommes !

OUI à la liberté sexuelle ! OUI au désir et au plaisir partagés ! »…

A lire : http://zeromacho.eu/

**********************************************************************

« OUI à la liberté sexuelle ! OUI au désir et au plaisir partagés ! »

Je vous l’avais bien dit!

Et rabâché ! 😉

PS- Courrez signer leur manifeste…

"Génome, environnement et hasard" ?

Il est « faux de dire… que le comportement ne peut pas dépendre de facteurs génétiques. »

———–

[ « Daniel Cohen (généticien) : « Le devenir d’un être ne dépend pas de génome ou de son environnement ou du hasard mais des trois à la fois ».

LE DÉBAT sur le caractère inné ou acquis des comportements humains a pris une place notable dans la campagne électorale. Cela traduit un intérêt scientifique nouveau, mais souligne aussi la méconnaissance de nos concitoyens sur ces questions complexes.

LE FIGARO. – Qu’avez-vous pensé de la récente polémique sur la génétique ?

Daniel COHEN. – En tant que généticien, cette polémique m’a intéressé, et tout particulièrement les réactions du public. La majorité des Français ont dit que Nicolas Sarkozy avait eu tort d’avoir attribué à des facteurs génétiques, la pédophilie ou le suicide des adolescents, comme s’il n’y avait pas de contribution des gènes dans les comportements. Ces questions sont importantes, y compris pour les décideurs. À la lumière de cette polémique, j’ai découvert qu’il y avait un océan d’idées reçues qui circulent non seulement dans le grand public, mais aussi dans les milieux scientifiques non spécialisés. Il est faux de dire qu’un caractère dépend d’un seul gène, faux de dire que si c’est génétique, c’est héréditaire, faux de dire que le génome détermine le destin, que le comportement ne peut pas dépendre de facteurs génétiques… Hormis pour une ou deux personnes sur cent, l’orthographe de notre génome ne permet pas de prédire avec certitude quoi que ce soit, qu’il s’agisse de notre santé, de notre longévité, de notre comportement. Le devenir d’un être ne dépend pas de son génome ou de son environnement ou du hasard, mais des trois à la fois.

Pourquoi toutes ces idées reçues ?

On a commencé à comprendre la génétique avec Mendel quand il a décrit pour la première fois qu’un caractère donné dépendait d’un seul gène. On sait qu’un seul gène peut déterminer la couleur des yeux et 5 000 maladies rares qui concernent au total 2 % de la population. Dans ce cas, c’est très simple, j’ai le gène, mon destin est fixé de manière inexorable et prévisible. Mais cela ne peut expliquer qu’une minorité de situations. La plupart des caractères, morphologiques, pathologiques, comportementaux, sont dus à plusieurs facteurs. Pour avoir le caractère, sont indispensables l’orthographe particulière du génome et l’exposition à une série de facteurs de l’environnement. Ce n’est pas l’un ou l’autre, mais forcément l’un et l’autre. Dans ces cas-là, on sait aussi que plusieurs gènes interviennent et non plus un seul.

Comment sait-on cela ?

Les vrais jumeaux ont le même patrimoine génétique, ce qui n’est pas le cas des faux jumeaux. Quand un des deux vrais jumeaux est atteint d’une maladie monogénique (liée à un seul gène, comme la mucoviscidose), l’autre a 100 % de risque d’être malade. Pour les faux jumeaux, lorsque l’un présente cette maladie, le risque pour l’autre est de 50 ou 25 %, selon les cas. Pour les maladies multifactorielles (comme la schizophrénie, l’autisme, le diabète…), quand un vrai jumeau est atteint, l’autre qui a les mêmes gènes, ne présentent en général que 50 % de risque d’en souffrir. Cela prouve que des facteurs de l’environnement influent sur le destin. Mais des facteurs génétiques interviennent aussi puisque dans ces cas-là, pour les faux jumeaux, quand l’un est atteint, le risque pour l’autre est d’environ 10 %. L’autre manière d’analyser le rôle de la génétique dans les pathologies ou les comportements, c’est d’identifier les gènes associés en comparant l’orthographe du génome des personnes concernées ou non. On connaît ainsi déjà quelques gènes associés aux comportements violents. Mais on sait que lorsque des rats génétiquement prédisposés à la violence sont élevés par des souches de rats doux, ils cessent d’agresser leurs congénères. Le fait d’avoir un terrain génétique ne suffit pas : l’éducation est importante »…(Extraits).

Pour lire tout l’article passionnant: http://www.lefigaro.fr/sciences/20070427.FIG000000025_pr_cohenla_genetique_un_ocean_d_idees_recues.html

******************************************************************************

Rien à rajouter !